Les Cristeros : la véritable histoire

Rédigé par Philippe Maxence le dans Culture

Les Cristeros : la véritable histoire

Bien avant l'annonce de la sortie du superbe film Cristeros, en salle à partir du 14 mai prochain, le journaliste et écrivain Hugues Keraly s'est rendu au Mexique pour enquêter et rapporter un livre magnifique consacré à cette épopée catholique. Il a bien voulu répondre à nos questions.

 

On reparle beaucoup des Cristeros, ces derniers temps, mais vous, vous n’avez pas attendu 2014 pour en parler. Comment les avez-vous découverts ?

Hugues Kéraly : Par un livre de 1947 qu’un vieil ami de Mexico avait abandonné à dessein sur ma table de nuit : El clamor de la Sangre, de Joaquin Blanco Gil. C’était au milieu des années soixante-dix. J’avais la chance alors de servir un excellent patron de presse, Jean Madiran, directeur de la revue Itinéraires, qui me laissait partir au bout du monde aussi souvent et longtemps que je voulais, pourvu que j’en ramène de véritables chroniques sur le passé, le présent et l’avenir de la chrétienté… La découverte des Cristeros réservait à cet égard de fortes surprises, parce qu’elle avait été interdite d’Histoire, pendant trois générations, par le clergé, l’intelligentsia et l’État mexicains. J’avais la chance en outre de pouvoir mener l’enquête dans ma langue maternelle, l’espagnol, à une époque où de nombreux combattants de la Cristiada étaient toujours en vie au Mexique, et pouvaient témoigner.

 

Votre livre, La Véritable Histoire des Cristeros, se lit comme un roman. Avez-vous exagéré les faits historiques pour attirer le lecteur ?

Quand la réalité dépasse la fiction, on peut toujours penser que le narrateur l’aura un peu… sollicitée. Pour ma part, j’ai seulement voulu conter une histoire, en faire comprendre les ressorts humains, psychologiques, spirituels, transmettre une émotion. Ce n’est pas la méthode de l’archiviste ou de l’historien. Elle se rapproche plutôt de celle du romancier. Mais chacun des faits consignés dans ce livre repose sur des témoignages oraux ou écrits d’acteurs et de témoins directs, nombreux et concordants. Qu’on ait voulu les cacher si longtemps, pour ménager les responsables politiques ou ecclésiastiques du grand massacre final, ne retranche rien à leur authenticité.

 

On compare facilement l’épopée des Cristeros à la Vendée militaire. Cette comparaison tient-elle vraiment la route ?

Il y a de nombreux points de comparaison. Mais l’Armée catholique et royale de Vendée se bat pour Dieu et pour le roi. L’insurrection des Cristeros mexicains est « catholique et royale », elle aussi, mais pour la seule Personne du Christ, Roi des nations. ­Elle ne poursuit aucun autre objectif que le retour du Seigneur dans ses tabernacles et combat pour les libertés de la foi. C’est ce qui fait son caractère absolument unique, mystique, eschatologique, apocalyptique, dans toute l’Histoire de la chrétienté.

 

Face aux Cristeros, le pouvoir laïcard et franc-maçon est-il vraiment le seul adversaire ? Est-ce que celui-ci ne profite pas aussi de la réaction des « WASP » américains ?

Vous avez raison : les « Anglo-Saxons protestants blancs » de l’époque se considèrent comme une race supérieure, prédestinée à se soumettre tous les pays du Nouveau Monde. Ils méprisent résolument la population mexicaine, si fortement métissée, et plus encore sa religion. Les capitalistes américains, en échange de la paix dans leurs concessions de pétrole, n’auront donc aucun mal à convaincre la Maison-Blanche de soutenir de toutes ses forces économiques, diplomatiques, logistiques et militaires le gouvernement fédéral de Plutarco Elias Calles dans l’écrasement de l’insurrection cristera.

 

Quelle a été l’attitude de Pie XI face au soulèvement des Cristeros et, plus largement, des évêques mexicains ?

Pie XI a suivi cette insurrection de la foi chrétienne, qu’il appelait « la grande bataille du Christ », avec une énorme émotion… Qu’a-t-il pu se passer dans l’esprit du pape, en juin 1929, pour qu’il oblige ou laisse dire qu’il obligeait les Cristeros, par le truchement du délégué apostolique, à déposer les armes ? et pour qu’il entérine ensuite par un si long silence la normalisation révolutionnaire du clergé mexicain ? Le chroniqueur n’est pas en mesure de répondre à cette question, la plus tragique peut-être du pontificat de Pie XI : plus redoutable encore que le drame français de la même époque, celui de l’Action Française, si l’on songe que la condamnation des Cristeros décapitait la meilleure chrétienté d’Amérique en pleine libération nationale, et qu’elle dirigeait ses soldats vers la mort sans le secours des sacrements. La seule indication éclairante ne figure point dans les textes, mais dans la présence active d’un collaborateur très spécial du Saint-Père sur tout le marathon diplomatique des « Arreglos » : le père Walsh, jésuite américain, qui avait déjà travaillé en Russie comme diplomate du Vatican pendant les années de la Révolution, et entretenait des relations très amicales avec les bolcheviks et les francs-maçons des deux continents. Dans l’hypothèse la plus favorable, le Saint-Père se trompait à la fois sur la détermination antireligieuse du régime mexicain, et la détermination catholique de ses propres ambassadeurs. Et il faudra attendre près de dix ans, avec le soulèvement des catholiques espagnols, pour que le pouvoir temporel des laïcs soit reconnu par le Saint-Siège dans toute sa plénitude et son autonomie.

 

Hugues Kéraly, La Véritable Histoire des Cristeros, L’Homme Nouveau, 234 p., 20 €.

Prochaine conférence d'Hugues Kéraly sur les Cristeros : mardi 13 mai à 20h30 à Asnières. Pour les autres conférences, voir la page Agenda de ce site. 

 

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

2 commentaires

Par Cécilien Pelchat, le

De Québec,
Il y a déjà plusieurs années j'avais pris connaissance de ce drame incommensurable dans le livre de Mary Ball Martinez
``The undermining of the catholic church``(non traduit en français).Avec le temps, j'ai aussi découvert qu'il y avait eu aussi d'autres ouvrages (dont celui de Jean Meyer-en trois tomes, universitaire de Perpignan dans les années 1980)-``LA CHRISTIADE``. Ce qui étonne le plus dans ce drame semblable à l'holocauste et contrairement à lui, ce sont les précautions
prises par la haute hiérarchie du Vatican, du Mexique et partout dans la catholicité, pour cacher et taire ce qui fut probablement le plus grand scandale auquel l'Église catholique ait été mêlée dans son histoire. On a littéralement laissé écraser un mouvement catholique mexicain qui défendait légitimement sa foi catholique contre une autorité maçonne dont les exactions ressemblaient aux purges bolchéviques en Russie. Si l'Église a fait tant d'efforts pour éradiquer toute trace littéraire et documentaire de l'Événement, c, est qu'Elle reconnaissait une responsabilité certaine et grave en cette affaire. Dès que les ``arrangements`` furent acceptées par le Vatican, Eugenio Pacelli donna l'ordre à tous les évêques mexicains, sous peine de graves sanctions, de cacher toutes les archives ayant trait à ce drame et défendit aux institutions scolaires d'en faire un sujet
d'étude pour toujours.
Cette occasion unique pour la catholicité de mettre à la raison le pouvoir occulte ennemi de l'Église fut une chance manquée qui aurait sûrement changé la face du monde et pour longtemps. La seule décharge qu'on puisse accorder à l'Église et Pie XI, c'est qu'elle choisit encore ``le moindre mal`` pour éviter le sang versé. Mais, à mon avis, si l'Église avait au moins laissé libre champ aux Christéros, au lieu de les condamner et de les laisser tomber comme s'il avaient été des malfaiteurs, l'Église n'aurait pas subi les assauts dévastateurs dans sa foi pour le reste du 20e siècle.
Comme il est difficile pour les grandes institutions (comme l'Église)d'admettre ses erreurs et d'en tirer des leçons, comme nous le voyons maintenant depuis le concile Vatican II. ``Occulos habent et non videunt``.
Cécilien 2014-05-10

www.axion.ca

Par Pierre Marie Girardot, le

Très intéressant article pour donner l'envie d'aller voir le film au moins pour l'histoire.
Il serait bien aussi de mentionner la contribution à cette histoire des Cristeros et à celle du Mexique de grands historiens français de l'Ecole de la Sorbonne dont Jean Meyer et Xavier Guerra.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/01/10/ce-francais-qui-a-revolutionne-l-histoire-du-mexique_1815171_3246.html