À Konabé : la Turquie sur les traces des Ottomans

Rédigé par Olivier Hanne et Thomas Flichy le dans International

À Konabé : la Turquie sur les traces des Ottomans

Nous assistons actuellement à la mise à mort par l'État islamique de la ville kurde de Kobané. La Turquie n'a rien fait et va pouvoir rétablir une sorte de protectorat sur le nord de la Syrie. Analyse.

 

Le retour du protectorat turc

Les pressions actuelles autour de Konabé sont en train d’aboutir, sans que la Turquie ait lévé le petit doigt, à ce qu’elle pouvait espérer de mieux : la création de zones-tampons sur sa frontière méridionale. Alors qu’Ankara n’a cessé depuis 2011 de souffler le chaud et le froid sur la Syrie et le Kurdistan irakien, voici que l’ONU, les États-Unis et la France s’apprêtent à la récompenser en lui offrant ce qui deviendra, à terme, un protectorat turc sur le nord de la Syrie.

Dès le départ de la crise syrienne, la Turquie a appuyé la rébellion contre al-Assad, car ce soutien renvoyait à une stratégie d’influence visant à reconquérir les marges méridionales ayant jadis fait partie de l’Empire ottoman et perdues en 1920. La formation des troupes de l’ASL par des officiers turcs et l’hébergement de leur base principale à Hatay fut aussi une réponse au soutien inconditionnel de Damas au PKK, le parti indépendantiste kurde. Malgré l’amélioration des relations entre Ankara et le PKK depuis 2012, la fragilisation du monde kurde reste un objectif pour la Turquie afin de préserver l’intégrité de son espace national.

Une pose

En accueillant les réfugiés kurdes menacés par l’EI, le Président Erdogan prend la pose d’homme providentiel en faveur de populations que la Turquie a toujours voulu maintenir sous dépendance. De fait, la stratégie autonomiste kurde est des plus dangereuses pour Ankara, qui a joué la carte salafiste en Syrie contre cette menace. La Turquie depuis 2011 a servi de plateforme logistique à tous les trafics et déplacements d’armes, de liquidités et de recrues qui ont permis à al-Nosra et à Daesh de se renforcer sur place. Le pouvoir avait intérêt à maintenir la porosité de ses frontières, puisque la Turquie sunnite et rigoriste profitait des trafics et favorisait la fragilisation de la Syrie pro-shiite, tenue par al-Assad, l’ennemi de toujours.

Intelligence avec l'ennemi ?

En septembre 2014, les prises de position de la Turquie ont, semble-t-il, donné raison aux observateurs qui accusaient le pays d’intelligence avec l’État islamique. Malgré les énormes pressions des États-Unis et de l’OTAN, Ankara annonça sans justification ne pas participer aux opérations contre l’État islamique. Puis au début du mois d’octobre, l’avancée djihadiste sur Konabé a contraint Erdogan à faire un geste de bonne volonté. Contre un engagement de pure forme contre Daesh, la Turquie va obtenir des zones-tampons dans lesquelles elle pourra faire progresser librement ses troupes. À terme, le pouvoir central syrien – même s’il redevenait légitime – ne sera plus en mesure de récupérer ces territoires. Ankara retrouve ainsi ses ambitions ottomanes…

 

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire