Un nouveau Préfet pour le Culte divin

Rédigé par Philippe Maxence le dans Religion

Un nouveau Préfet pour le Culte divin

Le Pape François a nommé le cardinal Sarah à la tête de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements, le dicastère romain chargé de la liturgie. Le nouveau préfet du Culte divin remplace le très ratziguérien cardinal Cañizares Llovera (lequel était nommé le « petit Ratzinger » en raison de sa taille et de sa communion d’idées avec Benoît XVI), désormais à la tête de l’archevêché de Valence (Espagne) depuis août dernier. La nomination du cardinal Sarah s’inscrit globalement dans la même lignée.

Né en 1945 en Guinée, Robert Sarah a été ordonné prêtre en 1969, l’année de l’application de la réforme liturgique mise en place par Paul VI à la suite des demandes du concile Vatican II. Dix ans après son ordination, l’abbé Sarah est nommé par le pape Jean-Paul II, évêque de Conakry. Il a tout juste 34 ans et il prend la tête de ce diocèse dans le contexte politique d’un pays officiellement non-aligné mais qui s’appuie essentiellement sur l’aide de l’Union soviétique. Tout naturellement, Mgr Sarah, au regard de son origine et de ses compétences, de sa foi profonde et de sa grande capacité de travail, est appelé en 2001 comme secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Créé cardinal par le pape Benoît XVI, en 2010, il est placé par celui-ci à la tête du Conseil pontifical Cor Unum. Tout dernièrement, il a été l’un des participants du Synode extraordinaire sur la famille.

Une forte interrogation

Sa nomination à la tête du Culte divin arrive à un moment de forte interrogation. Récemment deux sous-secrétaires de la Congrégation, Mgr Ferrer et le Père Ward ont été limogés alors qu’ils étaient de très fidèles collaborateurs du cardinal Cañizares et qu’ils étaient dans la ligne du pape Benoît XVI, celle de l’herméneutique de la continuité et de la réforme de la réforme, au plan liturgique. L’arrivée de Mgr Roche, comme secrétaire, et du Père Maggioni, comme nouveau sous-secrétaire, augmentait encore l’idée d’une « purge » des ratzinguériens au profit des tenants d’une ligne beaucoup plus moderne. De ce fait, le nom de Mgr Piero Marini, très opposé à la vision de Benoît XVI, circulait déjà comme préfet probable de la Congrégation pour le Culte divin.

Un homme d'équilibre

Le Pape François a finalement tranché et c’est un homme d’équilibre qui prend la tête de ce dicastère. S’il n’est pas un liturgiste, le cardinal Sarah est un homme de conviction et d’action, et qui ne mâche pas ses mots. En 2011, alors qu’il procédait aux ordinations au sein de la Communauté Saint-Martin, il avait prononcé un sermon qui avait profondément marqué les participants et ceux qui en eurent connaissance. Il y déclarait notamment :

« Le prêtre doit être exclusivement un homme de Dieu, un saint ou un homme qui aspire à la sainteté, quotidiennement adonné à la prière, à l’action de grâce et à la louange, et renonçant à briller dans des domaines où les autres chrétiens n’ont nul besoin de lui. Le prêtre n’est pas un psychologue, ni un sociologue, ni un anthropologue, ni un chercheur dans les centrales nucléaires, ni un homme politique. C’est un autre Christ ; et je répète : il est vraiment “Ipse Christus, le Christ lui-même”, destiné à soutenir et à éclairer les âmes de ses frères et sœurs, à conduire les hommes vers Dieu et à leur ouvrir les trésors spirituels dont ils sont terriblement privés aujourd’hui. Vous êtes prêtres pour révéler le Dieu d’amour qui s’est manifesté sur la Croix et pour susciter, grâce à votre prière, la foi, l’amour et le retour de l’homme pécheur à Dieu.

En effet, nous vivons dans un monde où Dieu est de plus en plus absent et où nous ne savons plus quelles sont nos valeurs et quels sont nos repères. Il n’y a plus de références morales communes. On ne sait plus ce qui est mal et ce qui est bien. Il existe une multitude de points de vue. Aujourd’hui, on appelle blanc ce qu’hier on appelait noir, ou vice versa. Ce qui est grave, ce n’est pas de se tromper ; c’est de transformer l’erreur en règle de vie. Dans ce contexte, comme prêtres, pasteurs et guides du Peuple de Dieu, vous devez avoir la préoccupation constante d’être toujours loyaux envers la Doctrine du Christ. Il vous faut constamment lutter pour acquérir la délicatesse de conscience, le respect fidèle envers le dogme et la morale, qui constituent le dépôt de la foi et le patrimoine commun de l’Église du Christ (…).

Si nous avons peur de proclamer la vérité de l’Évangile, si nous avons honte de dénoncer les déviations graves dans le domaine de la morale, si nous nous accommodons à ce monde de relâchement des mœurs et de relativisme religieux et éthique, si nous avons peur de dénoncer énergiquement les lois abominables sur la nouvelle éthique mondiale, sur le mariage, la famille sous toutes ses formes, l’avortement, lois en totale opposition aux lois de la nature et de Dieu, et que les nations et les cultures occidentales promeuvent et imposent grâce aux masse-media et à leurs puissances économiques, alors les paroles prophétiques d’Ezéchiel tomberont sur nous comme un grave reproche divin. (…)

Vous, chers amis et serviteurs bien-aimés de Dieu, aimez à vous asseoir dans le confessionnal pour attendre les âmes qui veulent avouer leurs péchés et désirent humblement revenir dans la Maison paternelle. Célébrez l’Eucharistie avec dignité, ferveur et foi. Celui que ne lutte pas pour prêcher l’Évangile, convertir, protéger, nourrir et conduire le Peuple de Dieu sur la voie de la vérité et de la vie qui est Jésus lui-même, celui qui se tait devant les déviations graves de ce monde, ensorcelé par sa technologie et ses succès scientifiques, s’expose à l’un ou l’autre de ces esclavages qui savent enchaîner vos pauvres cœurs : l’esclavage d’une vision exclusivement humaine des choses, esclavage du désir ardent de pouvoir ou de prestige temporel, l’esclavage de la vanité, l’esclavage de l’argent, la servitude de la sensualité.

Et il n’y a qu’une voie qui puisse nous libérer de ces esclavages et nous conduire à assumer pleinement notre ministère de pasteurs et de bergers : c’est la voie de l’amour. L’amour, l’agapè, est la clef pour comprendre le Christ. Et pour celui qui exerce le ministère pastoral dans l’Église, il ne peut puiser ses énergies que dans un amour suprême pour le Christ : faire paître le troupeau est un acte d’amour. C’est parce que l’amour nous lie étroitement et intimement au Christ que nous sommes à même de paître son troupeau, et ce lien d’amour avec le Christ est si fort que nous ne pouvons plus aller où nous voulons ».

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire