La honte des cimetières

Rédigé par François Foucart le dans Humeur

La honte des cimetières

Il n’y a pas, à Paris, de plus belles promenades que les cimetières : le Père-Lachaise, Montmartre, Montparnasse, partout d’étranges chapelles, ici et là des noms illustres, tout un romantisme, le calme, des buissons, des chats, des oiseaux… Voilà pourquoi quand la dignité des lieux est troublée par des lâches qui viennent saccager la nuit, on a raison de protester. Seulement, une fois de plus, c’est maintenant piégé.

Souvenez-vous, il y a quelques années sous Mitterrand, c’était Carpentras, et le cadavre d’un malheureux Français juif, M. Germon, était sorti du caveau et adossé à un piquet. Juste et unanime protestation, vite récupérée par la gauche : le coupable n’a pu être inspiré que par le Front National, et il y aura un immense défilé avec Mitterrand et le cardinal Lustiger (« Nous ne pouvions faire autrement », m’avait dit le Père Di Falco) et un énorme ballon figurant Le Pen avec l’inscription « Carpentras, c’est lui ! ». Et puis on apprenait que M. Germon était sympathisant du F.N. et, six mois après, on arrêtait les coupables : des punks ! Eh bien, pour le saccage du cimetière juif de Sarre-Union, on a osé remettre ça ! Immédiatement, c’est un certain Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, accompagné par le député PS du coin Philippe Bies, bientôt rejoints par François Hollande, qui note que les profanateurs sont d’une région où il y a quand même beaucoup d’extrême droite et un fort vote Front National. Puis, sans désemparer, on apprend que six jeunes gens sont arr&e... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire