Au théâtre : Welt

Rédigé par Pierre Durrande le dans Culture

Au théâtre : Welt

Ce spectacle musical explore avec beaucoup de finesse, d'humour et très respectueusement ce monde perdu de la culture yiddish et des shtetls d'Europe de l'Est. David Bursztein qui l'a conçu, mis en scène, et qui en est le chantre, prête son corps à un « dibbouk », esprit bienveillant qui l'entraîne au pays de la mémoire où les morts sont convoqués sur plusieurs générations pour témoigner de choses essentielles, le triomphe de la vie sur la mort, le refus de l'enfermement dans un monde bipolaire où tout ne pourrait être que blanc ou noir. Le Talmud sert de fil conducteur au spectacle. Il développe en empruntant la voie de l'humour cet art subtil de la discussion où l'on se rend compte avec un peu de recul que ce qui s'explique ici-bas est infiniment dérisoire par rapport à ce qui ne s'explique pas.

Histoire joyeuse et tragique

Tous les personnages qui défilent sous nos yeux, un voleur, des tailleurs, un mendiant, une mère... sont autant d'incarnation de cette mémoire qui nous plonge, au fil de la musique et des chansons, dans l'histoire à la fois joyeuse et tragique de ce peuple en exil mais enraciné dans sa foi. Mais la beauté de Welt au pays du Yiddishland avec ce mélange des langues est incontestablement due aussi à la qualité musicale du spectacle et des instruments que l'on a le plaisir d'y voir et d'y entendre : orgue de barbarie, cymbalum, bandonéon, violon, scie musicale, contrebasse, vibraphone, accordéon... Une vraie fête ! Une invitation à la danse de la vie.

Théâtre Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris VIe. Tél. : 01 45 44 57 34. Du mardi au samedi à 21 h 30, et le dim. à 19 h. Jusqu’au 14 juin.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire