Au cinéma : Loin de la foule déchainée

Rédigé par Gabrielle Fonval le dans Culture

Au cinéma : Loin de la foule déchainée

Dans la campagne du Dorset, au XIXe siècle, Bathsheba Everdene, une pauvre orpheline ayant reçu une belle éducation, apprend qu’elle hérite de son riche oncle.

Non loin de là, Gabriel Oak, un berger aisé qui l’avait demandée en vain en mariage, perd son troupeau et se retrouve ruiné.

Valeur artistique :  Dans cette œuvre de commande, le Danois Thomas Vinterberg (Festen), cofondateur, avec Lars von Trier, du Dogme 95, a abandonné les principes austères de ce mouvement pour se laisser aller au romantisme assumé de cette superbe adaptation de Thomas Hardy. Les images de la campagne anglaise sont magnifiques, même si elles sont un peu trop léchées, et l’histoire, qui met en scène une héroïne soucieuse de conserver son autonomie en refusant un mariage de raison, se révèle assez moderne. L’interprétation est pour beaucoup dans le plaisir que l’on prend à suivre cette œuvre émouvante, mais qui n’évite pas les longueurs

Valeur morale :  Avec beaucoup de courage, l’héroïne tente de mener sa vie sans se soumettre aux conventions de son époque. Ses soupirants (mis à part l’un d’eux, particulièrement ignoble) se montrent également d’un grand respect. Quelques trivialités.

 

Comédie dramatique britannico-américaine (2015) (GA) de Thomas Vinterberg, d’après le roman de Thomas Hardy, avec Carey Mulligan (Bathsheba Everdene), Matthias Schoenaerts (Gabriel Oak), Michael Sheen (William Boldwood), Tom Sturridge (le sergent Francis Troy), Jessica Barden (Liddy), Juno Temple (Fanny Robin) (1h58). Sortie le 3 juin. 

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire