Homélie du cardinal Burke pour l'ordination de 11 nouveaux prêtres
de l'ICRSP

Rédigé par La rédaction le dans Religion

Homélie du cardinal Burke pour l'ordination de 11 nouveaux prêtres<br />  de l'ICRSP

Jeudi 2 juillet, en la fête de la Visitation de la Très Sainte Vierge Marie dans le calendrier de la forme extraordinaire, son Éminence le cardinal Burke, cardinal patronus de l’Ordre de Malte, a ordonné 11 nouveaux prêtres de l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre (ICRSP) dont huit Français. La cérémonie s’est déroulée en l’église Santi Michele e Gaetano de Florence, desservie par l’ICRSP, en présence des familles des nouveaux prêtres et d’amis venus du monde entier. La veille, Mgr Cordileone, archevêque de San Francisco (USA), avait procédé à l’ordination de 9 sous-diacres et de 7 diacres alors que le mardi 30 juin, Mgr Perry, évêque auxiliaire de Chicago (USA), avait conféré les ordres mineurs. Nous publions ci-dessous le texte de l’homélie donnée par son Éminence le cardinal Burke. 

 

Aux fidèles

Les paroles d'Elisabeth à la Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie expriment la source profonde de notre joie aujourd'hui :

Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et le fruit de vos entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque vos paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles que lui furent dites de la part du Seigneur (Lc 1, 42-45.).

Dans le mystère de la Visitation, nous contemplons la vérité : Dieu le Père a rempli sa promesse de salut par l'Incarnation de son Fils unique dans la Vierge Marie, couverte par l'ombre de l'Esprit-Saint. La Bienheureuse Vierge Marie a porté Dieu, le Fils incarné dans son sein, jusqu’à la demeure de Zacharie et Elizabeth, qui portait elle-même en ses entrailles Saint Jean-Baptiste, le précurseur du Christ. La Sainte Vierge est en effet la Mère de Dieu, qui a cru que la parole que le Seigneur lui a annoncée par l'Archange Gabriel serait accomplie. Quand elle fut en présence d'Elizabeth, saint Jean-Baptiste, toujours caché dans les entrailles de sa mère, a rendu témoignage à la vérité de l'Incarnation en tressaillant de joie.

Dieu le Père a envoyé son Fils unique, l'Epoux, pour épouser son peuple, l’Epouse. A la Visitation, l'Epoux - le Christ -, et l'ami de l'Époux - Saint Jean-Baptiste -, se sont rencontrés pour la première fois à travers le voile du ventre de leurs mères. Le mystère insondable de l'amour conjugal de Dieu pour l'homme, loué dans le poème nuptial du Cantique des Cantiques, a trouvé la plénitude de son expression dans l'Incarnation rédemptrice dont Saint-Jean-Baptiste est le héraut fidèle, d'abord dans le sein de sa mère et enfin par le martyre. Devant le mystère de la présence constante du Christ demeurant avec nous dans l'Église, nous crions :

Ta voix est douce, et ton visage, charmant (Ct 2, 14.).

 

Nous prions afin que, à l'imitation de saint Jean-Baptiste, nos voix puissent résonner avec la même douceur que la voix du Christ et que la sainteté du visage du Christ brille de plus en plus sur nos visages.
Commentant le mystère de la Visitation comme éclairé par la lecture d'aujourd'hui, tirée du Cantique des Cantiques, Dom Prosper Guéranger écrit :

 

Entre Jean et l’Époux, que d’épanchements ineffables ! Quel dialogue sublime du sein d’Élisabeth à celui de Marie ! Admirables mères, plus admirables enfants ! Dans la rencontre fortunée, l’ouïe, les yeux, la voix des mères, sont moins à elles qu’aux fruits bénis de leurs seins ; leurs seins sont le treillis par lequel l’Époux et l’Ami de l’Époux se voient, se comprennent et se parlent
(Prosper Guéranger, L’année liturgique, Le temps après la Pentecôte, Tome III, 15ème éd., Tours, Maison Alfred Mame et Fils, 1926, p. 507).

 

Avec Saint Jean-Baptiste, laissons-nous remplir de joie aujourd'hui par le Mystère de la Foi, le mystère de l'Incarnation rédemptrice, et laissons notre joie trouver sa plus haute expression dans l'union de nos cœurs avec le cœur de l'Epoux qui rend de nouveau présent le Sacrifice du Calvaire et son fruit incomparable : son Corps, Sang, Âme et Divinité, nourritures célestes de notre pèlerinage terrestre.

Notre joie aujourd'hui est encore plus grande parce que nous assistons, lors de la célébration de la Sainte Messe, à l'ordination de onze diacres au sacerdoce sacré. Par la grâce sacramentelle qui leur est conférée, ils seront conformés, au plus profond de leur être, au Christ-Epoux dans son amour incommensurable et incessant du troupeau paternel, son Epouse, en tout temps et en tout lieu. Désormais, ils participeront à la charité pastorale de Dieu le Fils incarné, qui est venu pour sauver tous les hommes de leurs péchés et de la mort éternelle.

La réalité de leur consécration sacerdotale pour notre salut est exprimée d'une manière frappante dans le répons du complément de l'ordination qui suit la Sainte Communion :

Je ne vous appellerai plus mes serviteurs, mais mes amis, parce que vous avez su tout ce que j’ai fait parmi vous. Alléluia. 
Recevez en vous le Saint Esprit Consolateur : Celui que mon Père vous enverra. Alléluia[1].
Vous serez mes amis si vous accomplissez mes commandements. Recevez en vous le Saint Esprit Consolateur.

 

Nous nous réjouissons que le Christ ait appelé et soit sur le point de consacrer nos fils et nos frères à partager son haut ministère sacerdotal pour le salut d’innombrables âmes, ministère déjà manifesté quand il était conçu mais pas encore né, dans le mystère de la Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie.

Que la grande joie qui nous remplit aujourd'hui, nous fasse nous engager à prier chaque jour pour ceux qui seront ordonnés, afin que notre assistance ne leur fasse pas défaut dans la charité pastorale du Christ pour les âmes confiées à leurs soins.
Devant le grand mystère de l'amour de Dieu dont nous serons témoins lors de la consécration de nouveaux prêtres, je remercie, au nom de l'Eglise, leurs parents, leurs familles et amis, les prêtres qui ont les ont inspirés et assistés, les prêtres chargés de leur formation sacerdotale au Séminaire Saint-Philippe-Néri, et tous ceux qui les ont aidés de quelque façon à répondre à l'appel du Christ :

« Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes » (Mt 4, 19.).


Aux ordinands

Chers fils, vous êtes sur le point d'être élevés à l'ordre de la prêtrise. Vous enseignerez la foi au nom du Christ. Continuez à vous consacrer à l'étude des vérités de notre foi catholique, afin d'être toujours prêts à en rendre compte à d'autres, en particulier aux âmes qui seront confiées à votre soin sacerdotal. En communion avec le Pontife romain, successeur de saint Pierre, obéissez au Christ en tout ce que vous pensez, dîtes et faites. Invoquant quotidiennement l’intercession de saint Michel Archange, soyez attentifs aux germes toxiques de confusion et d'erreur que Satan et ses cohortes ne cessent de semer dans le monde entier.

Vous aurez aussi à sanctifier les fidèles, surtout à travers les sacrements de la Pénitence et de l'Eucharistie. Que votre manière de célébrer les rites sacrés fasse voir aux fidèles que c’est le Christ Lui-même qui les inonde de grâces divines. Puissiez-vous trouver toujours votre identité sacerdotale dans l'offrande quotidienne du Saint Sacrifice de la Messe.

Vous devrez aussi corriger et gouverner le troupeau confié à vos soins, afin que tous les membres du Corps mystique du Christ, comme des rameaux, tirent plus pleinement et efficacement leur vie du Christ, la Vraie Vigne. Le Christ remplit votre cœur de son amour pur et désintéressé pour vous rendre sages et courageux dans la direction de l'Eglise, en communion avec votre Prieur général, avec les évêques dans les diocèses où vous serez appelés à servir, et avec le Pontife Romain.

Que la pureté de votre offrande de vous-même au Christ, votre Frère dans le sacerdoce, soit évidente par votre continence parfaite, en pleine imitation de Lui. Que votre cœur sacerdotal, uni au Cœur Immaculé de Marie, repose toujours et en toute sécurité dans le Cœur transpercé et glorieux de Jésus, dans lequel il trouvera la purification de tout péché et une abondante effusion de la charité pastorale pour le soin du troupeau.

Aujourd'hui et toujours, confiez votre vie et ministère sacerdotal à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère des prêtres, des saints Benoît de Nursie, Thomas d'Aquin et François de Sales, patrons de l'Institut, et vos saints patrons. Ils ne manqueront pas d'intercéder pour vous obtenir la grâce dont vous avez besoin pour être de bons et saints prêtres.
Puissiez-vous vous accomplir la mission sacrée pour laquelle sont consacrés aujourd'hui de telle sorte que, lorsque vous aurez atteint la fin de votre pèlerinage terrestre, le Christ, Éternel et Souverain Prêtre, vous accueille dans sa demeure éternelle, vous ses bons et fidèles frères dans le sacerdoce.

 

 

[1] “Iam non dicam vos servos, sed amicos meos, quia omnia cognovistis, quae operatus sum in medio vestri, alleluia. Accipite Spiritum Sanctum in vobis Paraclitum. Ille est, quem pater mittet vobis, alleluia. Vos amici mei estis, si feceritis quae ego praecipio vobis. Accipite Spiritum Sanctum in vobis Paraclitum”.
“De ordinatione presbyterorum”, Pontificale Romanum, editio typica 1961-1962, ed. Manlio Sodi e Alessandro Toniolo (Città del Vaticano: Libreria Editrice Vaticana, 2008), pp. 56-57.

 

 


 

 

Réseaux sociaux