Publicité, médias et politique…

Rédigé par Jean-Michel Beaussant le dans Politique/Société

Publicité, médias et politique…

Les dépenses publicitaires en France ont atteint 29, 624 milliards en 2014, soit 1,44 % du PIB. De deux minutes d’écrans publicitaires par jour en 1968, le téléspectateur est passé à une exposition de plus de deux heures aujourd’hui. Réflexions sur cette place croissante prise par la publicité.

Que les médias soient devenus principalement des supports publicitaires a été révélé par la formule inoubliable de Patrick Le Lay (PDG de TF1) en 2004 : « À la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (…). Nos émissions ont pour vocation de rendre le cerveau du téléspectateur disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. »

Pour lecteurs de tous bords

Soumis aux exigences des gros annonceurs, les journaux d’opinion de la presse écrite sont ainsi devenus (depuis Émile de Girardin et avec l’aide du progrès technique) des journaux d’information industriels, selon le leurre de la « doctrine de l’objectivité » masquant en réalité leur neutralisation, leur soumission à la pensée unique par dépendance à la publicité. Pour obtenir davantage de contrats publicitaires, il faut des lecteurs de tous les bords politiques : « Les conséquences de cette collusion (entre médias et publicité) sont graves. Elles aboutissent à dépolit... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux