Des universitaires catholiques en Chine

Rédigé par Olivier Hanne le dans International

Des universitaires catholiques en Chine

Du 23 au 29 août, une équipe de chercheurs coordonnée par Jean-Pierre Deschodt (ICES, La Roche-sur-Yon) a participé au XXIIe congrès quinquennal du Comité international des sciences historiques (CISH). C’est à Jinan, à 400 km au sud de Pékin, dans la province chinoise du Shandong que s’est tenu ce prestigieux congrès.

La participation d’une équipe de chercheurs (1) au congrès de Jinan fut marquante à bien des égards. Elle signe tout d’abord le retour en force des intellectuels catholiques, au niveau international, investis dans la promotion des étudiants des instituts supérieurs privés. Alors que l’université publique, paralysée par ses lourdeurs, son clientélisme et son manque d’ambition, ne parvient plus à assumer la formation de la jeunesse, les établissements privés, même de taille modeste, réussissent à les mener à un haut niveau de compétence. La qualité de la recherche et des publications de ces intellectuels chrétiens – officiant, en tant que permanents ou vacataires, dans les départements d’Histoire et de Lettres de l’ICES – a été officiellement validée le 26 août par une assemblée de deux mille universitaires du monde entier. Personne ne s’étonnera de l’hostilité jalouse des chercheurs français qui n’avaient pas été retenus par le comité international de sélection.

L’équipe de l’Association internationale d’histoire de ­l’État et de l’administration (AIHEA), devenue officiellement organe permanent du CISH, a présen... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux