Quand va-t-on cesser de minimiser la formation professionnelle ?

Rédigé par Père Yannik Bonnet le dans Religion

Quand va-t-on cesser de minimiser la formation professionnelle ?

L’expérience humaine montre que les défis successifs, que les hommes ont dû affronter au fil des siècles, ont toujours trouvé un dénouement heureux grâce à une rénovation de l’éducation. Pour ce qui concerne la révolution culturelle soixante-huitarde dans notre pays, le diagnostic de ses causes a été fait rapidement ainsi que le pronostic des effets déjà perceptibles ou clairement prévisibles. Quand j’ai écrit en 1988 Le Défi éducatif, finalement édité en 1989, j’avais pu confronter mon expérience à la lecture notamment d’Interminables adolescences de Tony Anatrella. Or je constatai, moi aussi, que les nouvelles générations regor­geaient toujours davantage de ces « adulescents » et qu’il deve­nait plus difficile, pour les entreprises, de recruter des adultes matures.

La population dont le niveau d’études lui ouvre normalement de gran­des chances d’occuper un poste de responsabilité était concernée, et les entreprises couraient un risque évident : celui d’être dirigées par des pantins à la botte des pouvoirs financiers. C’est la perception de ce risque qui m’a conduit à mettre entre parenthèses ma carrière en entreprise pour venir diriger une École d’ingénieurs et y développer la formation humaine des jeunes. Et c’est ce qui m’a amené, quand j’ai quitté cette École après onze années inoubliables, à créer une entreprise de conseil pour transmettre aux clients potentiels l’art et la manière de détecter et de former d... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux