Au théâtre : Le Mariage

Rédigé par Pierre Durrande le dans Culture

Au théâtre : Le Mariage
Jean-Luc Jeener. c Frédéric Almaviva

Voilà une pièce complètement décalée de l’esprit mondain actuel ! Un père reçoit la visite de sa fille Claire qui vient lui présenter son amie Suzanne pour lui annoncer son intention de contracter mariage avec elle. Elle demande à son père de venir à son mariage. Celui-ci refuse et il s’ensuit un dialogue où chacun cherche à faire entendre à l’autre les raisons de ses positions. La pièce aurait pu s’appeler l’affrontement, car son intérêt n’est pas uniquement et peut-être pas d’abord dans le pour ou contre le « mariage » homosexuel, même si elle donne le temps d’entendre de manière précise et rigoureuse les arguments avancés par les protagonistes, ce qui devient rare dans les dialogues de sourds actuels où l’on assiste à des juxtapositions de monologues. Ici, tout l’art du théâtre est de tenter de rapprocher non des positions inconciliables mais de montrer la violence du divorce intime résultant de la séparation de deux êtres, un père et sa fille, quand ils n’arrivent plus à s’entendre. Là, l’affrontement est bien réel, car il y a une déchirure de l’amour à laquelle au fond ils ne consentent ni l’un ni l’autre.

Cœur à cœur blessé

Cet affrontement met à mal la pestilentielle tolérance actuelle, support d’une indifférence à l’autre sous le couvert d’un pseudo-respect. Ce père et sa fille s’affrontent avec passion, dans une violence réelle, en présence d’un tiers qui est comme la voix d’un chœur médiatique invisible porteur de la doxa contemporaine, et leur corps à corps, leur cœur à cœur blessé, donnent à entendre les accents de la souffrance humaine dans la vérité de ce qui peut abîmer des vies. Le plus paradoxal, mais le plus fort de cette pièce, à la différence des pseudo-débats méprisants auxquels le public assiste trop souvent sur des sujets où ce qui peut se dire n’est acceptable qu’à l’intérieur d’une doxa déjà établie et souveraine, est dans la liberté d’un verbe qui préfère le vrai au convenable. Une pièce à voir d’urgence !

Théâtre du Nord-Ouest, 13, rue du Faubourg Montmartre, Paris IXe. Les 13 décembre à 14 h 30, 26 décembre à 20 h 45, 27 décembre 17 h, 31 décembre 21 h 30 (suite de la programmation en janvier). Rés. : 01 47 70 32 75.

Réseaux sociaux