Exposition : Georges Desvallières (1861-1950)

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

Exposition : Georges Desvallières (1861-1950)
George Desvallières, Christ à la colonne © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay)/Martine Beck-Coppola © Adagp, Paris 2016 et © droits réservés

Georges Desvallières, le co-fondateur (avec son ami Maurice Denis) des Ateliers d’art sacré, est à l’honneur au Petit Palais avec une belle rétrospective de son travail. Rarement montrées, ces 90 œuvres témoignent de ses dons de dessinateur particulièrement brillants dans la représentation de l’anatomie masculine. Ses puissantes peintures d’hommes aux corps d’athlètes sont illustrées par un monumental pastel de 1894 représentant des Joueurs de balles. Issu d’une famille aisée et cultivée (son grand-père est l’académicien Ernest Legouvé), il est peu porté sur les études mais manifeste des dons pour le dessin (superbe fusain de 1889, L’homme à la cigarette). Il se forme d’abord auprès de Jules Elie Delaunay, puis avec Gustave Moreau dont l’œuvre symboliste l’inspire beaucoup.

Rencontrant Huysmans puis Léon Bloy par l’intermédiaire de Georges Rouault dont il reçoit aussi des influences picturales, en 1904, il se convertit lors d’une visite à Notre-Dame-des-Victoires et peint de plus en plus de sujets religieux. En 1914, à 53 ans, il abandonne la peinture pour incorporer le 6e bataillon des chasseurs à pied. Deux de ses fils sont mobilisés. Le plus jeune, Daniel, âgé de 17 ans, est fauché par un tir d’obus. Desvallières fait le vœu de consacrer sa peinture à Dieu.

Il désire lutter contre l’académisme et l’imagerie saint-sulpicienne qui envahit les églises de son temps, et plaide pour un rapprochement entre « figures profanes et apparitions mystiques ».

Parmi ses réalisations, la très émouvante Flamme sous l’arc de triomphe (1925), les cartons des vitraux de l’ossuaire de Douaumont (1927 à 1930) et le chemin de croix de l’église du Saint-Esprit (1933-1937) à Paris, témoignent de sa foi qui lui faisait dire : « Certes, il y a la croix, la croix toujours mais aussi la résurrection, mais aussi le Ciel ».

Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris Tél. : 01 53 43 40 00. Jusqu’au 17 juillet. Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Fermeture des caisses à 17 h, fermeture des salles à partir de 17 h 45. Nocturne le vendredi jusqu'à 21 h uniquement pour les expositions temporaires. Fermé le lundi et certains jours fériés.

Réseaux sociaux