Les hôpitaux envahis par la violence

Rédigé par Jean-Michel Beaussant le dans Politique/Société

Les hôpitaux envahis par la violence

Selon les chiffres du dernier rapport de l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS), 14 502 cas de violences ont été signalés dans les hôpitaux. Soit une agression toutes les 30 minutes ! Si la croissance des exigences religieuses musulmanes et de l’immigration n’y est pas étrangère, cette augmentation peut aussi découler d'une déontologie mortifère.

« Peut-on citer une seule période de notre histoire – même en périodes de guerres, même sous l’occupation nazie – où nos hôpitaux et cliniques aient constitué le théâtre d’une pareille barbarie ? », interroge l’ancien directeur d’hôpital, Olivier Toma, fondateur de l’agence Primum non nocere, à propos de cette multiplication des agressions dans les hôpitaux (1). Ayant déjà averti le gouvernement sur l’absence de réaction proportionnée à cette dramatique réalité, il répond lui-même à sa question : « Non. Sauf pour ces quarante dernières années. Constatation qui devrait conduire à de saines conclusions… interdites par le politiquement correct. »

Patients et visiteurs violents

Parmi 48 agressions quotidiennes, 85 % concernent le personnel des hôpitaux, dont 46 % d’infirmières et 9 % de médecins. Dans 70 % des cas, les auteurs de violences sont des patients et 20 % des individus accompagnant ou visitant ces patients. En seulement deux ans, en sus des insultes (32 %) et des menaces (18 %), la part des violences physiques a augmenté de 45 à 48 % les atteintes aux personnes avec une légère hausse des violences les plus graves souvent avec armes (dix viols, cinq séquestrations, une prise d’otage… !), lesquelles représentent 2 % de l’ensemble.

Ces faits de violence, explique le rapport de l’ONVS, se concentrent surtout dans les services « où l’attente du patient est forte, chargée en émotions et en angoisse (pédiatrie, urgence) ou lorsque le patient estime que la prise en charge ne correspond pas à ses besoins ». Si certaines pathologies à risque en hausse, relatives à la psychiatrie, à la gériatrie ou à des addictions diverses (alcool et drogues) peuvent aussi être l’élément déclencheur de ces violences, avec également le déclin de la politesse et l’intrusion de mœurs venues d’ailleurs, le rapport fait allègrement l’impasse sur un autre facteur « addictif ou à risque » expliquant largement la recrudescence de ces agressions dans des lieux naturellement pacifiques : le lien du patient avec les exigences de la religion ou de l’idéologie musulmanes.

Si l’on ne dispose pas de statistiques à cet égard, un certain nombre de « faits divers » défraient trop souvent la chronique locale pour ne pas induire une relation de cause à effet dans cette hausse de la violence en milieu hospitalier. Comme ce musulman qui ne supporte pas que son épouse enceinte soit examinée par un docteur et le fait savoir agressivement. Ou ce musulman qui obtient, après l’avoir exigé de manière véhémente, que l’on décroche la sobre croix apposée au mur de la chambre de sa fille, bien qu’elle fût soignée à la clinique catholique de Saint-Vincent-de-Paul à Bourgoin-Jallieu (Isère). Autant de patients d’un certain genre estimant que « la prise en charge ne correspond pas à leurs besoins »…

La violence des banlieues déborde

Avec la « religion » dominante qu’elle véhicule, l’immigration massive, par les foyers de délinquance qu’elle suscite un peu partout, n’est pas pour rien également dans cette manifestation ostensible de la violence (révélatrice d’une sorte de jihâd) jusque dans les hôpitaux. Ce n’est pas un hasard si, en banlieue, dans les zones dites à risque, une violence ciblée se répand contre les représentants des services publics avec des agressions et des embuscades récurrentes contre les pompiers, les policiers, les chauffeurs de bus, mais aussi les infirmiers des urgences. L’insécurité croissante y atteint même les professionnels de santé sur place, les médecins généralistes n’étant pas épargnés, y compris les femmes médecins. Un protocole d’accord avait été signé en avril 2011 entre le Conseil national de l’ordre des médecins et les ministères de la Santé, de l’Intérieur et de la Justice, afin de protéger les cabinets médicaux. On n’en a guère vu le résultat.

Mais au-delà de cette violence venue d’ailleurs, on pourrait aussi s’interroger sur notre propre responsabilité dans cette barbarie, à la manière de sainte Teresa : comment s’étonner que les agressions et la violence augmentent dans des lieux dits de santé où des supposés médecins tuent aussi les enfants dans le ventre de leur propre mère ou euthanasient des malades déclarés incurables ? Hippocrate, au secours !

 

Olivier Toma est l’auteur d’un essai paru en septembre pour repenser toute notre politique de santé : Hippocrate, au secours ! Comment bâtir un système de santé durable, Pearson, 210 p., 25 €.

Réseaux sociaux