Ernst Jünger est mort catholique

Rédigé par Denis Sureau le

Ernst Jünger est mort catholique

Le livre de Dominique Venner, Ernst Jünger. Un autre destin européen (Ed. du Rocher, 236 p., 18 €) a reçu un bon accueil, y compris - ce qui est curieux - dans la presse chrétienne.

Le 17 février 1998, Ernst Jünger est mort à l'age de 103 ans. Certains s'étonnèrent de ses funérailles catholiques. Dans son essai très personnel sur le grand écrivain allemand, Dominique Venner explique qu'il avait simplement voulu se conformer au rite des gens de son village souabe. Il passe sous silence un fait révélé après sa mort : le 26 septembre 1996, en pleine possession de ses facultés, Jünger s'était converti au catholicisme, ce qui était « l'aboutissement d'un long processus de maturation spirituelle », comme l'a expliqué son curé.

L'antichristianisme de Dominique Venner l'empêche de comprendre la totalité de cette évolution. C'est visiblement gêné qu'il évoque l'intérêt de Jünger pour Léon Bloy (« un esprit passablement dérangé », selon Venner), sa découverte de la Bible pendant la Seconde guerre mondiale et l'appel à l'Eglise comme recours indispensable face au nihilisme. C'est pourquoi Venner s'intéresse surtout, et présente avec un talent certain, les livres de jeunesse (d'Orages d'acier au Travailleur) et le Jünger national-révolutionnaire des années 20, expédiant les oeuvres de maturité qui commencent par Sur les falaises de marbre (1939) – dénonciation allégorique du totalitarisme et l'un des plus beaux romans jamais écrits. Les années 1945-1998 n'occupent qu'une vingtaine de pages, parfois méprisantes vis-à-vis du « retournement pacifiste et plus ou moins chrétien de l'ancien Jünger nietzschéen ». La biographie de Jünger reste à écrire, même si la lecture de l'essai de Dominique Venner ne manque pas d'intérêt.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire