Critères pour une politique familiale

Rédigé par Jean-Michel Beaussant le dans Société

Critères pour une politique familiale

En pleine campagne électorale, un petit livre blanc rappelle ce que devrait être une politique familiale efficace et juste. Dissocier social et familial, favoriser la liberté scolaire, la stabilité,… autant d’éléments trop oubliés par les récents gouvernements.

À l’approche des élections présidentielles, un livre blanc cosigné par « Famille et Liberté » et l’« Association française des familles nombreuses », à commander à Famille et Liberté, réindique opportunément les bons critères pour une vraie politique familiale. Laquelle, rappelons-le, consiste à rendre justice aux familles : non pas les récompenser ou les assister par quelque prime à l’enfant ou rente confortable, mais reconnaître et respecter leur indispensable participation en tant que telles à l’effort créateur et conservateur du pays.

Une politique subsidiaire : ­l’État ne doit pas se substituer aux parents mais leur accorder soutien et appui autant que nécessaire. Signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), la France reconnaît ce principe selon lequel « la responsabilité d’élever l’enfant et d’assurer son développement incombe au premier chef aux parents » (art. 18). Les États parties doivent les aider à exercer cette responsabilité et leur accordent pour cela une « aide appropriée ».

Le droit au choix

Une politiq... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux