Élections : Ils n’ont rien compris !

Rédigé par Marie-Pauline Deswarte, Professeur de droit public le dans Politique/Société

Élections : Ils n’ont rien compris !

Non décidément, ils n’ont rien compris ! Ils n’ont toujours pas compris, malgré les coups de boutoir donnés à nos sociétés occidentales par l’islam. Ce, « ils », ce sont les candidats à la présidentielle réunis par TF1, lundi 20 mars au soir. Ils n’ont pas compris qu’ils ne pourraient éternellement ignorer ce que la bien-pensance actuelle nomme le « fait religieux ». Ils n’ont pas compris que le Dieu des chrétiens s’invitait peut-être dans notre société, en empruntant le chemin d’Allah pour nous forcer à réagir.

Là n’est pas la question, me répondrez-vous ! Grâce au progrès des Lumières, notre pays a grandi ; il s’est émancipé de la tutelle religieuse qu’avaient connue nos ancêtres. Pour nos candidats à la présidentielle cela ne fait aucun doute. Ce 20 mars au soir François Fillon notait avec un soulagement certain que la République avait fait rentrer la religion dans le rang. Certes, il n’a pas nié « les persécutions » dont furent victimes les chrétiens depuis la Révolution, jusqu’à l’époque de la séparation de l’Église et de l’État. Mais, nous n’en sommes plus là ! Le candidat des Républicains observe que le catholicisme a fini par rentrer dans le modèle républicain. Dès lors, la conclusion s’impose : si l’on veut que notre pays vive en paix, il faudra bien que l’islam subisse la même mise au pas. Tous semblent en convenir ; la République doit être capable d’intégrer l’islam. Ce raisonnement souffre à notre avis d’une erreur de perspective.

En réalité ils n’ont pas compris que si la République avait combattu le catholicisme, c’était pour imposer une autre « religion », pour passer, comme l’avait noté Vincent Peillon, « de la religion révélée et théocratique à la religion laïque et libérale » (V. Peillon, Une foi laÏque pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson, Seuil, 2010, p. 50). Effectivement, la laïcité républicaine, est bien une « religion ». Elle est la nouvelle transcendance qui fonde notre pacte républicain. Les débats de la présidentielle montrent que, concrètement, cette nouvelle « religion » est incapable de répondre aux problèmes religieux qui se posent à notre société et qui la minent. Ainsi, sur la simple question du port du burkini nos candidats du 20 mars ne savaient comment trancher entre le symbole de soumission de la femme ou la simple menace à l’ordre public. Nos politiques oseront-ils traiter Allah comme les républicains de la IIIe République ont traité le Dieu des chrétiens ? Ont-ils une réponse autre que la déradicalisation à opposer à ceux qui donnent sèment la mort au nom d’Allah ?

Notre « religion » républicaine présente en effet certains caractères qui expliquent cette incapacité. Le premier est le relativisme. Mettre toutes les croyances à égalité comme le fait l’article 1er de notre Constitution, revient en effet à ignorer la question de la Vérité sans laquelle aucune civilisation digne de ce nom ne peut se développer. Nos aïeux qui recherchaient « la clé de la science » avaient choisi leur Dieu, lors d’un certain baptême de Clovis, en 496. Ils s’étaient réjouis grandement de l’avoir trouvé et s’étaient donnés à Lui dans la « joie » et la « félicité ». En retour ils Lui avaient demandé aide et protection (Prologue de la loi salique in P. Riché, Les carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette, 1983, p. 91). Le pacte avait été vérifié au long des siècles. Ainsi, l’ordre naturel du Dieu Créateur auquel ils s’étaient peu à peu soumis, leur avait permis de produire de grands fruits de civilisation. C’est un fait. Il fait partie de notre patrimoine, voire de notre identité. À chaque République nous avons renié ce Dieu et nous nous trouvons à présent bien démunis. Il faut avoir un sens religieux pour comprendre et traiter les très graves problèmes de religion qui se posent à notre société.

Cette « religion » républicaine souffre aussi de son individualisme. Ce caractère l’empêche de se soumettre à l’ordre naturel qui est d’essence communautaire. Ainsi les droits de l’homme révolutionnaires, parce qu’ils sont d’essence strictement individualiste, s’avèrent actuellement incapables de structurer une société solide fondée sur la réalité familiale et respectueuse de la dignité de l’homme. Jean-Louis Harouel nous a démontré avec beaucoup de pertinence, comment l’obsession de la non-discrimination à laquelle nos droits actuels conduisent était une menace pour l’équilibre de notre société. Refuser de distinguer entre les discriminations justes et injustes aboutit finalement à privilégier l’ennemi mieux armé, par rapport à la victime. Les droits de l’homme se retournent contre le peuple qu’ils sont censés protéger (J. L. Harouel, Les droits de l'homme contre le peuple, Desclée de Brouwer, 2016). Prolongeant cette démonstration, nous osons affirmer qu’un peuple qui ne croit pas en Dieu est incapable de se défendre contre un peuple qui veut lui imposer une religion contraire à ses racines.

Emmanuel Macron est la suite logique de cette dérive idéologique. Le candidat d’En Marche !, qui ne cessait le 20 mars de revendiquer son « pragmatisme », avait cependant démontré le contraire dans les colonnes du Figaro du 17 mars. Il y affirmait que le « fondement de la culture française » c’est « une ouverture sans pareil ». Puis, aussitôt il exigeait que cette culture cesse d’être accolée à « l’identité française » car, selon lui, l’identité « exclut ». Nous sommes bien dans l’idéologie qui, elle, exclut le réel. Notre société française, communauté lentement formée au cours des siècles, est sommée de disparaître. L’IVG et le suicide assisté que le candidat Jean-Luc Mélenchon appelait de ses vœux le 20 mars, dans une future VIe République, confirment la pente suicidaire dans laquelle nous sommes engagés.

Quand comprendrons-nous la nécessité de retrouver le sens du sacré qui a si longtemps inspiré notre pays ? C’est le passage obligé du retour à l’ordre naturel et à ses principes civilisateurs dont nous avons tant besoin.

Marie-Pauline Deswarte est l'auteur de La République organique en France. Un patrimoine constitutionnel à restaurer, Via Romana, 262 p., 22 €.

Réseaux sociaux