La pipe qui prie & fume

Rédigé par Didier Rance le

La pipe qui prie & fume

Le poète suisse Maurice Chappaz, disparu en 2009, aurait eu cent ans en 2016. Ce jour­nal qui constitue en quelque sorte son testament fut terminé peu avant son décès. Il se lit comme un vent printanier sur une époque bien automnale. À 90 ans passés, Chappaz conservait l’enthousiasme qui l’avait jeté bien des décennies avant dans la poésie, dans la participation à la construction d’un barrage alpin ou dans l’invention loufoque d’un match de football entre Sion de Judée et Sion du Valais. Le premier objet de son enthousiasme n’est autre que Bernadette Soubirous, « la plus extraordinaire et la plus simple des voyantes ». S’ensuit la réponse que le poète donne à la question « Qui sommes-nous ? » : des « oiseaux pour qui la terre est un prétexte, le ciel une patrie ». Le ton est donné. Le poète séjourne alors dans un chalet de montagne, pipe au bec. Son enfance et des pans entiers de sa vie remontent au fil de la plume, intimement mariés à la nature, aux heures du jour et de la nuit, à un résumé du journal d’un commandant de navire pris dans les glaces arctiques en 1881, à bien d’autres sujets pour une écriture légère et toujours prête à offrir une nouvelle pépite, une nouvelle image baroque ou frappante de réalisme, une nouvelle trouvaille verbale. Enfin, si le poète regrette la raréfaction des prêtres, ces sentinelles de l’Absolu, il est dans l’attente paisible et plutôt amusée de la grande Rencontre car pour lui, « on meurt » signifie « on va être rapatrié en Dieu ».

Maurice Chappaz, La pipe qui prie & fume, Éd. de la revue Conférence, 196 p., 25 €.

Réseaux sociaux