Paul Delvaux (1891-1994) se contemple à Évian

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

Paul Delvaux (1891-1994) se contemple à Évian
Paul Delvaux, La Gare, 1971 © Adagp, Paris 2017.

Le palais Lumière d’Évian expose des œuvres du peintre belge Paul Delvaux. Ce fils d’avocat voulait être chef de gare, il devint peintre après avoir suivi des cours l’Académie Royale des beaux-arts de Bruxelles. Fasciné par les gares et leurs trains qui invitent au voyage, il en peignit ou en dessina un grand nombre ainsi que des tramways et qui comptent parmi ses plus intéressantes réalisations (La Gare, 1971, lithographie, La Gare, 1922, huile sur toile) mais pas seulement. En effet, l’essentiel de sa production présente des femmes, souvent nues, lascives, diaphanes, sans vie réelle dans une atmosphère silencieuse étrange. Elles ressemblent à des ombres quoique colorées, tout cela sur des fonds d’architecture antique, un peu à la manière de De Chirico dont il admirait l’œuvre découverte lors d’une exposition à Bruxelles. Sont aussi montrés des dessins – moins connus que ses peintures très poussées – qui révèlent, par leur spontanéité, ses tourments et ses rêves. À la suite de James Ensor qu’il admire, il dessine des squelettes (impressionnante animation de ses Squelettes à l’escalier, 1934). Ces images deviennent alors cauchemardesques. Un univers vraiment surréaliste !

Palais Lumière, quai Albert-Besson, 74500 Évian. Tél. : 04 50 83 15 90. Ouvert tous les jours de 10h à 19h (lundi 14h-19h). Jusqu’au 1er octobre 2017.

Réseaux sociaux