Reconstruire l'humain : le testament spirituel du cardinal Caffarra

Rédigé par Cardinal Carlo Caffarra (+) le dans Religion

Reconstruire l'humain : le testament spirituel du cardinal Caffarra

La Nuova Bussola Quotidiana, principal portail d'information catholique italien fidèle au magistère pérenne de l'Église, tenait ce dimanche 10 septembre sa journée annuelle de rentrée à Milan. L'invité d'honneur de cette journée devait être le cardinal Carlo Caffarra, archevêque émérite de Bologne, pilier de l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille. Hélas, dans la matinée de mercredi 6 septembre, le cardinal a été emporté par un malaise soudain (lire ici l'hommage de Thibaud Collin). Figurant parmi les quatre signataires des dubia adressés au Pape François concernant l'interprétation de l'exhortation apostolique Amoris Laetitia, le cardinal a, jusqu'au bout, combattu la bonne bataille et conservé la foi. Nul doute qu'il ne reçoive aujourd'hui, au milieu des chœurs angéliques, la couronne de justice. Avec l'aimable autorisation de Riccardo Cascioli, directeur de la Nuova Bussola Quotidiana, L'Homme Nouveau est heureux de vous faire partager quelques-unes des réflexions de l'ultime conférence du valeureux cardinal, qui ont été lues ce dimanche à Milan et dont nous publierons l'intégralité dans notre édition papier.

 

Le destruction de l'humain

(…) Nous savons que Pierre a trahi, et pleure. Il a été l'auteur, la victime et le témoin de la prévarication contre la vérité. Dans une situation analogue, Judas considéra ne plus être digne de vivre et se pendit. « L'homme est lui-même à travers la vérité », nous dit Karol Wojtyla (in Le signe de contradiction). « Sa relation à la vérité décide de son humanité et constitue la dignité de sa personne. »

Nous pouvons dire que la destruction de l'humain consiste dans la négation, par l'usage de notre liberté, de ce que notre raison a reconnu être le vrai bien de la personne. En termes théologiques, il s'agit du péché. Ovide n'avait-il pas écrit : « video meliora proboque et deteriora sequor » ? [Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal.]

La destruction de l'humain a donc le caractère de la lacération de la propre subjectivité. Et celui du mensonge : elle construit un humain – personnel et social – faux. Nul n'a sans doute décrit avec plus de profondeur et de sens tragique la mascarade que représente la vie et la société humaine ainsi construites, que Pirandello.

L'homme ne vit pas dans une maison sans portes et fenêtres ; il vit dans une culture et respire un « esprit des temps » – aujourd'hui soutenu par de puissants outils d'obtention du consensus – qui favorisent plus souvent qu'à leur tour les facteurs destructeurs de l'humain. (…)

La falsification de la conscience morale

Le premier facteur destructeur de l'humain est la falsification subie par la conscience morale dans la culture occidentale. Progressivement, et comme l'avait déjà compris John Henry Newman il y a plus d'un siècle, celle-ci a été réduite au droit de penser, de parler et d'écrire selon son propre jugement ou ses propres humeurs. Dans la communication contemporaine, dire « ma conscience me dit que... » signifie simplement : « je pense que... je désire que... j'aime que... ». (…)

Le second facteur est constitué par le divorce de la liberté et de la vérité (en matière de bien). En quoi consiste l'admirable union de la liberté et de la liberté ? Quelle est la nature de ce lien ? (…)

En raison de processus culturels longs et complexes, le lien entre vérité et liberté est aujourd'hui rompu : soit l'homme affirme une vérité sans liberté, soit il affirme une liberté privée de vérité. Cette double affirmation peut se vérifier en matière d'idéologie écologiste, de vision contemporaine de la sexualité, de doctrine économique, de réduction du droit à simple technique normative. Un homme sans vérité est condamné à la liberté et sera bien soulagé de l'abandonner au puissant du moment – pensons au Grand Inquisiteur de Dostoïevski. Un homme sans liberté devient une trace sur le sable, remodelée et effacée par un destin inexorable et impersonnel – « qui préside au malheur universel », dirait Leopardi.

 Qui reconstruit l'humain ?

Je commencerai la seconde partie de ma réflexion par une métaphore.

– Deux personnes marchent sur la berge d'un fleuve en crue. L'un sait nager, l'autre non. Celui-ci tombe dans l'eau, qui l'emporte. Son ami a trois possibilités à sa disposition : lui apprendre à nager ; lui lancer une corde en l'exhortant à bien s'y agripper ; se jeter dans le fleuve, se saisir du malheureux et le ramener au rivage.

Laquelle de ces voies a chosi le Verbe incarné en voyant l'homme entraîné vers son auto-destruction ? La première, répondirent les pélagiens, et répondent encore tous ceux qui réduisent l'événement chrétien à une exhortation morale. La deuxième, répondirent les semi-pélagiens, et répondent encore tous ceux qui considèrent la grâce et la liberté comme deux forces inversement proportionnelles. La troisième, enseigne l'Église : le Verbe, ne retenant pas Sa condition divine comme un trésor à garder jalousement, se jeta dans le courant du mal et se saisit de l'homme pour l'en tirer. Voici ce qu'est l'événement chrétien. (…) Qui reconstruit l'humain ? La grâce du Christ. Il convient de l'affirmer de nouveau, et clairement. De dire que ceci est le christianisme.

Le Seigneur ressuscité a un rapport réel avec le monde, un rapport qui demande, de la part des disciples, d'être traduit dans la pratique chrétienne. Ce rapport réel s'établit chaque fois que nous célébrons un sacrement de la foi. Les sacrements, en effet, sont l'avènement cultuel de la présence corporelle du Christ dans notre monde. (…)

Conclusion

Au moment de conclure, je voudrais faire une constatation. Tout ce qui constitue ce que l'on appelle « la civilisation occidentale » conduit à l'athéisme ou du moins à l'expulsion de la religion de l'horizon de la vie. En deux mots, il s'agit d'une civilisation athée et immanentiste. La falsification subie par le concept et l'expérience de la conscience morale en est le symptôme pathologique le plus évidemment diagnosticable. (…)

En bref, nous vivons une période de combat que nul ne peut déserter, car chacun de nous a au moins une de ces trois armes à sa disposition : la prière, la parole, la plume. Un combat à mener dans la paix car souvenez-vous que « les doux possèderont la terre ».

(Traduction : Guillaume Luyt)

Réseaux sociaux