Deux manuels pour retrouver le sens du réel

Rédigé par Marie Lacroix le

Deux manuels pour retrouver le sens du réel

Dans les classes de l’école primai­re, les programmes d’enseignement des sciences de l’Éducation nationale ne cessent d’évoluer dans un sens qui doit permettre aux jeunes enfants de devenir plus tard des citoyens « éco-responsables ». Entendez par là, des individus sensibilisés à la « cause environnementale », qui respectent l’environnement et sachent tout sur la protection du grand panda de Chine, soient pour les éoliennes, trient leurs déchets et comprennent que les êtres vivants résultent de l’évolution toujours agissante. Si dans tout cela on trouve évidemment de très bonnes choses, bien souvent, hélas, l’idéologie prend le pas sur la connaissance basique et pratique accessible à des enfants de primaire. Actuellement à l’école, un enfant en saura davantage sur le réchauffement climatique que sur la plupart des objets ou des êtres naturels qui l’entourent. Or cette déconnexion du monde réel est pernicieuse. L’enfant a d’abord besoin de savoir pourquoi et comment sont faits les choses et les êtres qui l’entourent, pourquoi un lapin a de grandes dents, pourquoi le cidre pétille, d’où viennent le lait, et les cerises, et le pain, etc.

C’est tout l’objet du Manuel des sciences destiné aux enfants de cours élémentaires. Cette première approche des sciences d’observation aborde autant des êtres naturels comme le chien ou l’escargot que des choses fabriquées par l’homme, tels le thermomètre ou les ciseaux, voire l’homme lui-même avec l’étude des sens, de la main ou des dents. En tout, 48 leçons exposées de manière méthodique avec une partie observation, une leçon, un résumé et des exercices. De nombreuses et belles illustrations, tant photographiques que picturales, schémas ou reproduction de tableaux, viennent soutenir un texte clair, souvent interrogatif en première partie de chapitre pour susciter l’intérêt et les réponses de l’enfant, et agréablement mis en page, les termes importants ressortant en gras. L’organisation classique de l’ouvrage, les thèmes abordés, familiers des enfants, a pour but de structurer la réflexion de l’enfant à partir de ses observations et d’éveiller l’intérêt et l’admiration sur le monde qui l’entoure.

Dans la même collection et le même esprit, l’œuvre Saint-Nicolas vient d’éditer un manuel de géographie tout à fait remarquable, partagé en deux grandes parties à utiliser sur deux années scolaires, reprenant des thèmes assez similaires prévus pour les deux années du cours élémentaire : le monde qui nous entoure, l’eau et la terre, les richesses de la nature et les voyages. On retrouve les mêmes qualités matérielles que pour les autres ouvrages de cet éditeur : de très jolies illustrations, photos, reproductions de tableaux, schémas ou dessins, pour accompagner des textes qui intéresseront sans nul doute les enfants. Ponctués de jolies citations de poèmes, les chapitres partent toujours d’une observation pour amener l’enfant à réfléchir. Puis une lecture aboutit à un résumé à retenir. Enfin, un exercice pratique est pro­posé souvent à base de manipulation ou de dessin, voire de recherches personnelles. C’est concret et bien approprié à des enfants de primaire. À noter les cartes de géographie – trois cartes de France et une du monde – présentes sur les rabats des couvertures permettent d’être consultées à tout moment, quelle que soit la leçon étudiée.

Deux belles réalisations utilisables à l’école ou à la maison pour aider les enfants à

« s’intéresser à la maison que Dieu a donnée aux hommes, en France et dans le monde, à voir comment ils l’ont arrangée ou dérangée, à reconnaître – avec leurs richesses et leurs limites – les données matérielles qu’ils doivent respecter tout en les exploitant s’ils veulent subsister honnêtement et fraternellement »,

selon les mots de R.-Th Calmel.

Dominique Carcassonne, Manuel de sciences, Premier éveil aux sciences d’observation et Géographie pour les enfants, Éditions Œuvre scolaire Saint-Nicolas, 128 p., 21 € et 168 p., 23 €.

 

Réseaux sociaux