Chesterton dans La Croix

Rédigé par Philippe Maxence le dans Culture

Chesterton dans La Croix

C'est un magnifique cadeau de Noël que nous a offert l'écrivain et critique littéraire Patrick Kéchichian dans un article publié le 23 décembre dernier dans La Croix. Sous le titre « Chesterton, sur les ailes du catholicisme », l'écrivain présente et analyse L'Église catholique et la conversion de Chesterton, récemment paru aux éditions de L'Homme Nouveau. « Un bref et lumineux essai de l'écrivain anglais démontrant la pertinence de sa conversion » résume la présentation de l'article.

Très justement, Patrick Kéchichian note que « les ouvrages qui traitent de sujets religieux, du moins ceux qui ont directement à voir avec l'expérience de la foi, se lisent avec sérieux, concentration. Généralement, même si l'on est heureux de ce qu'on lit, même si l'on y adhère de toute son âme, on ne sourit pas. Quant à l'idée d'en rire, cela frise l'irrespect, l'inconscience ! Eh bien, avec le grand Chesterton – on voudrait oser dire : l'ami Chesterton – tout devient possible en même temps : on est concentré, convaincu, frappé par l'intelligence et la profondeur du propos, et en même temps on rit de bon cœur ».


 Patrick Kéchichian rappelle la récente retraduction d’Hérétiques

 et d’

Orthodoxie

, chez Climat/Flammarion et souligne ensuite : « 

Plus bref et frontal que les deux grands livres cités, cet essai vise à démontrer clairement l’énormité du gain acquis dès que le pas de la conversion est franchi. Si Chesterton s’appuie sur sa propre expérience, il s’en abstrait rapidement, s’en excuse même : que serait la grandeur d’une religion ramenée à sa simple mesure personnelle ? Mais c’est surtout la vigueur et l’ampleur du raisonnement qui enchantent littéralement le lecteur. Rien d’asbstrait. Rien de froid, de compassé ou de distant. Rien de méprisants non plus à l’égard des (supposés) adversaires

 ».

Lui-même écrivain et converti, Patrick Kéchichian, auteur d’un 

Petit éloge du catholicisme

, voit très bien comment Chesterton, son frère aîné en littérature et, osons le terme, en conversion, perçoit le catholicisme : « La foi catholique est conçue non pas comme un particularisme, mais comme une porte (plusieurs en fait) qui donne accès au monde. Et, d’ailleurs, que serait une religion qui ne serait pas la figure fidèle de ce monde, en même temps que sa rédemption ? Et pour cela, elle se doit d’être un système de pensée – et donc un corps, une Église – où chaque est à sa place.

 » Magnifique !

À vrai dire, il faudrait citer l’article dans son entier. Le mieux est donc de se le procurer auprès de 

La Croix

. Puis de lire ce petit livre de Chesterton, si bien présenté par Patrick Kéchichian. Lequel note également qu’à la lecture de cet essai « une sorte de bien-être, de bonne humeur s’installe…Avouez que cela n’est pas courant, notamment du côté catholique

 ».

C’est bien parce que nous en sommes bien persuadés que nous lisons Chesterton et que nous le lirons encore en 2011.

Cet article a été publié à l'origine sur le blog Un nommé Chesterton.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire