Rendez-vous avec Jeanne

Rédigé par Philippe Maxence le dans Culture

Rendez-vous avec Jeanne

 

Nos amis de l'association « Avec Jeanne » organisent ce samedi un congrès sur le thème « Jeanne d'Arc, une figure politique pour aujourd'hui ». Le sixième centenaire de la naissance de la Pucelle d'Orléans, sainte patronne secondaire de la France (avec sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus qui la vénérait tant), explique bien sûr cette rencontre et cette mobilisation. L'approche de rendez-vous électoraux importants pour notre pays – quoi que l'on pense par ailleurs du système qui les suppose – fournit une autre raison explicative à cette rencontre. Sainte Jeanne d'Arc, ce n'est pas seulement une belle figure du passé, une parfaite enluminure pour un album de sainteté, ni même une geste héroïque qui touche aux tréfonds de nos âmes de Français par temps de grosse pluie. Jeanne résume tant et tant de choses, chacune vraie dans leur ordre, qu'elle apparaît comme une formidable synthèse de la rencontre du Ciel et de la terre, sans altération d'aucune sorte.


De ce fait, aujourd’hui encore, Jeanne nous paraît vivante, si vivante même que l’on s’attend à la voir surgir d’un coup, à Orléans, à Reims et même à Rouen, terme de sa vie terrestre, lieu de son martyre, ville symbole de la forte et paradoxale parole de l’Évangile qui veut que si le grain ne meurt, il ne peut porter du fruit.

Jeanne est morte aux yeux des hommes de son temps ; elle s’est envolée vers Dieu comme une prière pour la France, encens consumé en sacrifice d’agréable odeur pour que la France reste fidèle à sa vocation et à sa mission, que le pape Jean-Paul II devait rappeler lors de sa première venue en France, au Bourget : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? Permettez-moi de vous demander : France, fille aînée de l'Église et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l'homme, à l'Alliance avec la Sagesse éternelle ? 

».

Fleur du paradis de Dieu qui nous apprend comment aimer notre pays – encore le paradoxe chrétien qui résout si bien l’antique tension métaphysique entre l’un et le multiple, entre le particulier et l’universel –, Jeanne sera le grand thème de cette rencontre du samedi 31 mars. Le programme mérite le détour et plus encore le déplacement.

Le professeur Jean de Viguerie, qui fait l’honneur à L’Homme Nouveau

 de lui donner une chronique, ouvrira cette rencontre en évoquant comme sujet : « 

La politique de Jeanne d’Arc est une politique de la foi

 ». C’est une raison suffisante pour venir. Le professeur Frédéric Rouvillois continuera en traitant le thème de « 

La politique de Jeanne d’Arc est une politique du droit et de la légitimité 

». Parce que Jeanne est aussi une « passion française », un débat est également prévu sur le thème du nationalisme chrétien, en faisant appel à de grandes voix d’hier.

Venu de Düsseldorf, le professeur

Gerd Krumeich répondra ensuite à la question : « A qui appartient Jeanne d’Arc ? 

». Élargissant le sujet même, Gérard Leclerc traitera de la question d’une culture alternative avant qu’un débat sur le christianisme comme contre-culture n’achève cet après-midi qui promet d’être riche.

Pour ma part, j’aurai le plaisir d’intervenir lors du premier débat sur la question du nationalisme chrétien. Les grandes figures tutélaires qui participeront de leurs ombres lointaines à cet échange sont Péguy, Maurras, Barrès et… Chesterton. Si les noms des premiers, écrivains français, ayant abondamment parlé de Jeanne, ne surprennent pas, la présence de Chesterton, elle, apparaît sinon étonnante, du moins paradoxale. J’imagine bien l’abbé de Tanoüarn, l’un des principaux organisateurs, l’avoir convié à ce débat, avec une sorte de malice, bien dans son genre. Anglais, patriote anglais, amoureux de sa terre, de son histoire, de ses légendes, de sa culture, Chesterton a-t-il vraiment quelque chose à nous dire sur Jeanne et sa lumineuse leçon ? Il ne suffit pas, en effet, de répéter comme une bête mécanique « ils ont brûlé Jeanne d’Arc 

» pour tirer toutes les conclusions de cette histoire. Bien au contraire ! Jeanne habite la mémoire anglaise et Jeanne vue d’outre-Manche peut, à nous aussi, apporter quelque chose. Surprenante Jeanne ! À samedi.

Samedi 31 mars, Forum de Grenelle, 5 rue de La Croix-Nivert, 75015 Paris. De 14h00 à 20h00.

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire

HS numérique