Déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la foi

Rédigé par le dans Rome

Déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la foi

 

Le cardinal Levada,

préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi

La Congrégation pour la Doctrine de la foi vient de publier un communiqué au sujet de plusieurs prêtres ukrainiens se proclamant évêques et souligne qu'ils sont frappés de la peine d'excommunication en vertu du Code des canons des Églises orientales. Cette blessure invite chacun à prier pour l'unité de l'Église.

Selon l'agence Apic, « Dans une lettre adressée à Benoît XVI, en 2008, ces évêques se montraient très critiques envers les autorités du Vatican et pointaient du doigt une dérive générale de l'Eglise. Après s'être "autoproclamés évêques de l'Eglise gréco-catholique ukrainienne", en 2008, quatre anciens religieux – un Ukrainien, un Slovaque et deux Tchèques – ont fondé "l'Eglise orthodoxe gréco-catholique ukrainienne", en 2009, destinée aux fidèles les plus orthodoxes et déçus par l'Eglise gréco-catholique ukrainien».


La Cathédrale Saint-Nicolas de Kiev

« Le Saint-Siège suit avec inquiétude l'action de ces religieux, qui expulsés de l'ordre basilien, se sont proclamés évêques de l'Eglise gréco-catholique d'Ukraine. Malgré leur attitude contumace, ces clercs défient l'autorité ecclésiastique et blessent moralement et spirituellement leur ordre et l'Eglise ukrainienne toute entière, ainsi que le Saint-Siège et toute l'Eglise catholique. Les fidèles sont déconcertés et divisés. Après avoir institué un groupe épiscopal à Pidhirici ces clercs ont récemment tenté d'obtenir la reconnaissance des autorités civiles et d'être enregistrés comme Eglise orthodoxe gréco-catholique ukrainienne.

Depuis le début de cette pénible affaire, divers responsables de l'Eglise ont en vain tenté de les dissuader de s'enferrer dans une voie susceptible de tromper les fidèles, comme cela est advenu.

Dans le but de protéger l'unité et la paix du troupeau, le Saint-Siège a espéré un repentir et un retour successif de ces clercs dans la pleine communion de l'Eglise catholique. Malheureusement les derniers rebondissements, comme leur tentative d'enregistrement public comme Eglise, ont confirmé leur état de contumace.

Ces soi-disant évêques n'ayant fourni aucun signe de repentance et continuant de dérouter la communauté des fidèles en allant jusqu'à calomnier l'Eglise locale et le Saint-Siège en affirmant que la suprême Autorité de l'Eglise serait en possession d'une documentation confirmant la validité de leur ordination, pour sauvegarder le bien de l'Eglise et le salut des âmes, la Congrégation pour la doctrine de la foi :

Ayant admis le recours de l'Eglise gréco-catholique d'Ukraine et des dicastères du Saint-Siège, informe les fidèles, notamment dans les pays d'origine des clercs soit-disant évêques, de leur situation canonique, cette Congrégation se dissocie totalement des actes et déclarations de ces personnes et déclare formellement ne pas reconnaître la validité de leur ordination épiscopale, et de toute autre en découlant... Ces personnes sont excommuniées selon le canon 1457 du CCEO, d'autant que la sentence rendue le 10 septembre 2008 par le tribunal ordinaire de l'Archevêque Majeur de Kiev les a reconnu coupables de délit en vertu des canons 1462,1447 et 1452 du CCEO (usurpation, illégitimité, sédition et haine envers des membres de la hiérarchie, encouragement à la désobéissance et calomnie).

On notifie également que le terme catholique qu'ils utilisent sans la reconnaissance de l'autorité ecclésiastique est abusif et illégitime. Les fidèles sont donc tenus à ne pas adhérer à ce groupe situé hors de la communion ecclésiastique. Et invités à prier afin que ces clercs se ravisent et rentrent dans la pleine communion catholique ».

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

3 commentaires

Par Xavier Couvert, le

Qu'est-ce que ces religieux reprochent à l'Eglise ? Quelle est cette "dérive générale de l'Eglise" qu'ils contestent.D'autre part ont-ils été sacrés évêques par un évêque normalement sacré auparavant ?Dommage que cet article ne précise pas ces choses-là.Cordialement,Xavier.

Par La rédaction, le

@ Roussel : merci de mettre des commentaires en rapport avec le sujet, s'il vous plaît !

Par ROUSSEL, le

Catholiques et élections présidentielle en France.Les évêques ont à juste titre et en temps opportun attiré l'attention des catholiques sur un certain nombre d'exigences que nous devons faire valoir au titre de notre foi et des valeurs qui sont les notres. Et à juste titre, ils s'abstiennent de donner des consignes, et sans doute malgré les pressions de tous bords pour les inviter à s'engager davantage. Le problème reste d'établir une hiérarchie des valeurs donnant à ces repêres et exigences leur juste place. Par exemple, dans un récent article de la revue catholique populaire grand public "Le Pelerin", la directrice de rédaction écrit un éditorial soulignant les contradictions des candidats certes.Mais, sans trop s'en rendre compte, elle les met tyous dans le même sac, si l'on peut dire, et par exemple, Nicolas Sarkozy qui veut favoriser l'ouverture de certains grands magasins le dimanche, est mis sur le même plan que F.Hollande qui veut autoriser l'euthanasie, développer l'IVG aux frais de tous, revoir l'usage des embryons, ou revenir à une laïcité ombrageuse et sectaire etc...Il faut tout de même ici avoir le courage d'une certaine hiérarchie des valeurs, et réflexion approfondie sur les enjeux....pour ne pas mettre sur le même plan tous les candidats, d'un point de vue chrétien superficiel et confus.La destruction systématique du mariage et de la famille, des liens sociaux, et de la vie engagée par la banalisation volontaire du divorce, de l'IVG, du mariage homosexuel, de l'euthanasie, de l'embryon instrumentalisé, demain de la polygamie etc...ne peut pas être mis sur le même plan que le débat pour savoir face aux flux migratoires, quelle est la capacité honnête d'accueil et d'intégration des étrangers...n'en déplaise aux chrétiens dits "sociaux" et à leur fantasme de religion de l'humanité dans un monde sans frontières, ni Nation-Etat !Alors, chrétiens....beaucoup d'efforts intellectuels restent à faire pour un discernement de clarté et vérité...au risque de déplaire aux médias et faiseurs de la pensée unique et dominante.N'ayons pas peur !