Messes pour la France

Rédigé par Adélaïde Pouchol le dans Religion

Messes pour la France

Il en faut beaucoup pour rassembler les catholiques au-delà de leurs querelles de chapelle. La crise que traverse la France, qui n'est pas tant économique que spirituelle est, assurément, un prétexte suffisamment terrible pour que conflits et différences passent au second plan. Sous le parrainage de Mgr Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, et de dom Philippe Dupont, père abbé de Solesmes, des prêtres ont fondé Messes pour la France, un projet pour que soient célébrées aux quatre coins du pays des messes pour la France du 1er avril au 30 juin 2012.

Le comité de coordination est composé de prêtres de la Communauté Saint-Martin, de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, des diocèses de Paris, Versailles et de Belley-Ars, des prêtres de la Communauté Saint-Jean et de la Communauté de l'Emmanuel, « rassemblés par leur désir de prier pour la France ».

Les prêtres comme les laïcs sont invités à jeûner et prier pour la France, à tourner leurs regards vers la Vierge Marie qui veille tout particulièrement sur notre pays. Mais plus encore, ils peuvent célébrer ou faire célébrer une messe spécialement à cette intention. Les laïcs peuvent le demander à un prêtre de leur choix ou, par l'intermédiaire de l'Aide à l'Église en détresse (AED), la faire célébrer par un prêtre d'un pays où l'Église est pauvre et persécutée. À la prière pour la France s'ajoute alors l'œuvre missionnaire pour que vive l'Église partout dans le monde.

Tous sont invités à relayer les dates de messes, dont plusieurs sont déjà indiquées sur le site, lesquelles messes doivent être rendues publiques et célébrées « en utilisant les formules de messe prévues par le Missel Romain. »

Le site (www.messespourlafrance.fr ) est clair, sobre et facile d'utilisation. Il précise en quelques mots la nature du projet et permet non seulement de contacter l'AED pour faire célébrer des messes mais informe aussi des horaires et lieux des messes déjà prévues. Peu de diocèses en sont dotés à ce jour mais espérons que le projet sera connu et diffusé pour que des prières s'élèvent de toutes les régions de France.

Placées sous le patronage de la Vierge Marie, de sainte Jeanne d'Arc, de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et du bienheureux Jerzy Popieluszko, les Messes pour la France, sans nous décharger de nos devoirs civiques, nous donnent en tous cas une excellente occasion de vivre en chrétiens les évènements politiques qui rythmeront le printemps 2012…

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

1 commentaire

Par Nicolas Jaisson, le

Vivre en chrétien les échéances politiques qui s'annoncent requiert avant tout de redécouvrir un courage politique qui a fait l'honneur des Francs, à une époque où ce peuple avait fait de la défense de la Vérité la caractéristique principale de son identité par rapport aux peuples environnants souvent acquis à l'hérésie, notamment arienne. A l'heure où les candidats font du mensonge leur arme politique principale, il serait grand temps de redécouvrir cet idéal avant que la navire France ne sombre corps et biens emporté par le courant mondialiste et les idéologies qui trop souvent trouvent une oreille favorable parmi les catholiques. C'est ainsi que notre Eglise préfère se ranger du côté des puissants et de leur gouvernance qu'elle prétend éclairer par les valeurs évangéliques, plutôt que de faire barrage à cette hégémonie intellectuelle en rappelant les idées qui ont fait l'honneur et la grandeur de la civilisation chrétienne, en particulier la primauté du Christ Roi comme principe et moteur de toute autorité légitime sur le corps social qui s'oppose au matérialisme structuraliste dont se réclame tous nos politiques, malgré les incessants échecs essuyés depuis les Lumières . Etre catholique, ce n'est pas seulement défendre la vie des enfants à naître ou des personnes âgées, mais aussi promouvoir une vision originale de la société où l'autorité divine est remise à sa place en tant que condition nécessaire pour que le corps social retrouve son équilibre, au lieu de se déchirer dans des luttes incessantes entre factions/communautés rivales. Tant que les mouvements catholiques continueront à frayer avec le libéralisme ambiant se muant en totalitarisme de plus en plus avoué, les neuvaines et autres campagnes de messes resteront stériles parce leur intention n'est pas droite. Ce genre d'opinion peut paraître radicale, cependant nos adversaires sont eux-mêmes radicaux dans les moyens employés pour écraser ce qu'il reste de la chrétienté (cf. le sort réservé aux chrétiens d'Orient), ce qui nous appelle nous aussi à une certaine franchise dans la promotion des valeurs évangéliques dont la force originelle s’est passablement dégradée depuis que les apôtres avaient commencé à évangéliser l'Europe.

Encart HS 17