Petite question pour temps de normalitude* (3)

Rédigé par Philippe Maxence le dans Humeur

Petite question pour temps de normalitude* (3)

Le viol est-il assimilable à l'avortement ? D'emblée, la question ne me serait pas venue à l'esprit. C'est Clémentine Autain qui m'y a fait penser, l'autre jour, en lisant son appel dans Le Nouvel Observateur (12 juillet 2012). Pour ceux qui auraient un trou de mémoire, rappelons que Clémentine Autain a été conseillère municipale de Paris, apparentée PCF et qu'elle est aussi une féministe militante. Elle ne manque pas de courage ! Si elle lance un « appel », c'est parce qu'elle a été violée et que non seulement elle a décidé de ne pas le cacher mais aussi de mener la lutte contre le viol. Cause légitime.

Son appel se revendique du « Manifeste des 343 salopes », publié en son temps par Le Nouvel Obs. Pour Clémentine Autain, les signataires de ce texte « menaient le combat qui a conduit au droit d'avorter en toute légalité. Finissons-en avec le tabou du viol ».

Je me demande si elle s'est bien relue en écrivant une telle phrase. Avant sa légalisation, l'avortement était un tabou, ce qui veut dire selon l'étymologie du mot, un interdit sacré. La loi à laquelle se réfère Clémentine Autain a fait sauter cet interdit et a désacralisé du même coup la vie.

Le viol reste quant à lui un tabou. C'est un interdit, et un interdit sacré, parce qu'il touche au plus intime de la personne.

Clémentine Autain veut-elle vraiment en finir avec ce tabou ? Bien évidemment, non ! C'est sa comparaison avec l'avortement qui ne tient pas. Ou, plutôt, elle tient, mais en sens inverse de ce que veut dire la militante aveuglée par l'idéologie féministe. À sa manière, l'avortement est une forme de viol. Radical ! Il viole l'enfant à naître en l'expulsant du ventre protecteur. En toute logique, il faut donc s'opposer au viol comme à l'avortement.

* Normalitude : normalisation voulue par un président de la République qui entend être normal et qui utiliserait le « code de langage » mis au point en Chine par son ex-compagne alors candidate à l'élection présidentielle.

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire