Ceux à qui nous n’avons pas dit merci

Rédigé par Pasquin le dans Humeur

Ceux à qui nous n’avons pas dit merci

Depuis une semaine nous lisons les posts et autres papiers qui remercient participants et organisateurs. Mais il y a tous ceux à qui nous n'avons pas dit merci, il serait dommage de clore le chapitre en les oubliant.

Merci donc :

Aux lobbies homosexuels militants, à la gauche en général et à nos loges préférées ; grâce à eux une immense chaîne d'action, de prières, de solidarité intergénérationnelle s'est mise en marche. Grâce à eux nous étions heureux et nombreux et heureux d'être nombreux, fiers de ce que nous sommes ; nous avons assumé notre style, notre foi, nos familles, nos diversités et nos gueules. Et on a adoré ça. Oui, quel renforcement du sentiment d'appartenance, quelle fierté et en même temps de quel sens de la responsabilité sociale nous nous sentons tous pleinement investis ! Nous savons qu'ensemble nous ne lâcherons rien. Merci.

Merci au Président de la République : il a redonné espoir à tous les parents d'enfants porteurs de handicaps: on peut être sourd et aveugle et gouverner un pays.

Merci à madame Taubira : elle a montré à tous nos adolescents en crise que l'on pouvait être de mauvaise foi, d'humeur de dogue, dans le déni de la réalité et pontifier comme ministre.

Merci aussi au préfet de police : c'est toute une génération de cancres qui sourit. Ils ont repris le chemin de l'école légers ; ils savent maintenant que l'on peut faire une grande carrière dans la police sans savoir compter.

Merci aux journalistes (de gauche) qui montrent à tous les élèves et étudiants studieux et appliqués mais inquiets pour leur avenir que l'on peut mettre n'importe quoi dans sa copie, ça n'empêche pas d'avoir un boulot.

Merci à Bertrand Delanoë : c'est tout le monde agricole qui reprend espoir… 100 000 euros pour planter 20 hectares d'herbe ! C'est toute la profession qui applaudit. On va s'enrichir dans les chaumières! À ce prix-là les graines sont noires et viennent de chez Petrossian, le tracteur, lui, sort des ateliers Rolls-Royce. Monsieur l'maire, on est un million deux cent mille bouseux à être d'accord pour vous l'refaire vot'gazon ; à ce prix-là on va rentrer dans nos frais.

Merci enfin au chiffre « 340 000 » : grâce à lui nous devenons une minorité. Nous serons enfin entendu !

Merci au chiffre 340 000 : nous nous sentons forts comme si nous étions un million deux cent mille!

Merci au chiffre 340 000 : le nombre on s'en fout ; c'est à douze que le monde a été bouleversé.

Et merci encore à vous tous….

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

5 commentaires

Par Sancenay, le

Et non merci à Monsieur Guaino pour sa proposition de référendum !Car On voudrait bien être convaincu de la sincérité de l'homme. Pourtant le même se dit favorable à l'avortement, n'a pas davantage bronché sur la recherche sur l'embryon, sur l'eugénisme contenu dans le DPI, sur l'acharnement euthanasique de son collègue Léonetti !Ca fait un stock de contradictions tout de même , non !?Alors dans quelle intention réelle Monsieur Guaino s'agite-t-il soudain- on le voit partout- sur cette seule atteinte parmi toutes les autres au caractère sacré de la vie pour les croyants, et intangible de toute manière pour les authentiques hommes de bonne volonté qui se réfèrent sagement au droit naturel?N'est-ce pas une habile manière de créer l'illusion d'une fausse opposition qui consiste d'ailleurs, à terme, à ouvrir la voie au projet, en suggérant malicieusement , façon Ponce Pilate ,le recours au référendum , comme si il pouvait être discutable et discuté de l'autorisation de la marchandisation de l'homme par quelque institution que ce soit ?Nouvelle et tragique contradiction!Qui ne peut concevoir que, dès lors que cette voie référendaire serait ouverte, l'orchestre rouge sang se répandrait à travers les média et la rééducation nationale pour faire "évoluer" tôt ou tard les esprits récalcitrants à rentrer dans le moule des "donneurs d'ordres", à commencer par les laboratoires et autres officines du commerce de la chair humaine? N'est-ce pas, pour beaucoup également, une tentative d'épargner le BHV de l'UMP d'un nouvel étalage de sa vanité politique et philosophique et de son seul objectif: l'accès, coûte que coûte, au râtelier, en proposant invariablement tout et son contraire ?Ceux qui douteraient du risque présenté ici seraient avisés de se remémorer le rôle que joua le clan gaulliste dont se réclame Monsieur Guaino au moment des lois sur la contraception et sur l'avortement et qui a conduit à l'hiver démographique de la France et au vieillissement de sa population, condamnant ainsi à l'avance la France à la présente régression tous azymuts.Pour mon humble part, je croirais volontiers Monsieur Guaino, s'il voulait bien tirer la leçon salvatrice tant pour lui même que pour le bien commun : à savoir appréhender enfin que le projet Taubira s'inscrit, ni plus ni moins que comme une nouvelle étape transgressive autant que mortelle de la guerre menée contre la dignité humaine au nom de cette fausse religion du "Progrès" contre l'humanité destinée à masquer habilement et servir les seuls intérêts de ses adeptes. Et que c’est pour cette seule raison, qu’ il convient d’exiger purement et simplement le retrait du projet Taubira.

Par delphine, le

excellent !!!!

Par Cassandre, le

Bravo à Pasquin pour cette humeur mémorable. A quand un deuxième tome de Pasquin concentré non sucré?

Par rouroulou, le

et merci à vous, vous m'avez bien fait rire!! et mieux vaut rire de la situation que de se lamenter ;)

Par Isabelle, le

Et MERCI à notre Pasquin national sans les humeurs de qui la vie serait bien terne !

Encart HS 17