Communiqué de la Secrétairerie d'État

Rédigé par le dans Religion

Communiqué de la Secrétairerie d'État

Le cardinal Bertone, secrétaire d'État et le pape Benoît XVI

La Salle de Presse a diffusé samedi midi le communiqué suivant de la Secrétairerie d'Etat:

« Le Saint-Siège a toujours étroitement défendu la liberté du Collège cardinalice, à qui revient de droit l'élection du Souverain Pontife. Elle constitue la garantie d'un choix strictement fondé sur le bien de l'Eglise. Au cours des siècles, les Cardinaux ont été soumis à toute sorte de pressions, personnelles ou collectives, destinées à conditionner leur décision en les pliant à des logiques politiques. Jadis ce sont les puissances qui cherchaient à conditionner l'élection papale. On tente aujourd'hui d'utiliser le poids de l'opinion publique, généralement sur la base d'évaluations ignorant la nature spirituelle du moment que vit l'Eglise. On déplore donc qu'avant le conclave, où les Cardinaux exprimeront leur choix librement et devant Dieu, on diffuse des informations non vérifiées ou invérifiables, quand elles ne sont pas totalement fausses, au dam des personnes et de l'institution. Plus que jamais les catholiques se concentrent sur l'essentiel qui est de prier pour le Saint-Père et pour que l'Esprit Saint éclaire les Cardinaux, de prier pour le futur Pape. Ils sont conscients de ce que l'avenir de l'Eglise réside dans les mains de Dieu ».

C'est évidemment la position de L'Homme Nouveau.

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

1 commentaire

Par Noe, le

Vous voyez comment se met en marche la machine diabolique de la dialectique qui piège l'Eglise dans ses compromissions. Ce sont des malins: ils savent parfaitement que l'Eglise a renoncé à sa mission première qui est de rendre témoignage à la Vérité et de nous préserver de la perfidie de XXX. Ainsi louvoyant entre vérité et mensonges médiatiques, le Vatican se prend les pieds dans le tapis de ses contradictions. D'un côté BXVI dénonce l'hypocrisie qui règne parmi les prélats et de l'autre la Curie jure ses grand dieux que tous sont unis derrière le souverain Pontife comme un seul homme. Naturellement personne ne va plus croire à cette version diplomatique de la vérité consistant à prétexter de la faiblesse de l'âge pour mieux servir l'Eglise au repos dans un monastère. Les grands perdants dans cet embrouillamini ce sont comme toujours les fidèles qui ne savant plus sur quel pied danser.

Laudate