Tout est grâce

Rédigé par Philippe Maxence le dans Société

Tout est grâce

Depuis hier soir à 20 h 00 nous sommes officiellement orphelins, même si nous savons que la chrétienté bat encore au rythme du cœur de Benoît XVI. Dans le numéro spécial que L'Homme Nouveau vient de publier, aux rubriques habituelles un peu bousculées, nous retraçons cette étonnante destinée, exemple sans précédent d'humilité et de science, de piété et de proximité, de bousculement aussi des attentes trop humaines. Fidèle à lui-même, Benoît XVI aura jusqu'au bout échappé aux images toutes faites.

C'est maintenant le moment du grand silence, comme une sorte de Samedi saint avant l'heure. Le Siège de Pierre est vacant et nous devons vivre à la lumière de la foi dans le recueillement de l'espérance.

C'est, pour l'instant, la dernière leçon de Benoît XVI, bien en consonance avec cette Année de la foi, qu'il a lancée pour le renouveau de l'Église. Sa grande œuvre aura été le retour aux fondamentaux du christianisme, que nous avions perdus de vue depuis cinquante ans. Au fond, c'est une invite à rompre définitivement avec le naturalisme. « La destinée du genre humain est une destinée surnaturelle »rappelait déjà dom Guéranger dans son essai sur Le Sens chrétien de l'histoire. C'est aussi la leçon actuelle de Benoît XVI. Nous sommes donc appelés à vivre ce moment historique, ce Carême inédit, dans la foi et l'espérance. Nous attendons maintenant son successeur, en confiant à Dieu le conclave qui va se dérouler. Oui, tout est grâce. 

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

3 commentaires

Par Alix Moscou, le

"Quand l'Eglise se met à justifier l'injustifiable, elle ouvre une brèche dans la confiance des Fidèles et apporte un soutien inespéré à ses détracteurs." ???? Quel homme de paix vous êtes ! Ses détracteurs ? mais vous en êtes un ! L'Eglise a-t-elle besoin de ça ? Et comment justifiez-vous vos propos, vous ? Le désir de la division ? Arrivez-vous à la cheville de Benoit XVI ? Etes-vous l'homme que l'Esprit Saint a choisi pour conduire son Eglise ? Avez-vous une ligne directe avec le Ciel qui vous autorise à le dénigrer ainsi sans retenue ? Vous êtes manifestement destabilisé vous-même, on vous souhaite de trouver vos réponses, mais de grâce, cessez de vous répandre en aigreur ainsi.

Par Nicolas Jaisson, le

Tant que la décision est "un peu déstabilisante", il n'y a pas de problèmes. Imagine-t-on un Jules II se déclarer "un peu déstabilisé" par les chefs protestants, Luther en tête, et en tirer prétexte pour aller soutenir l'Eglise "au repos" dans un monastère?? Quand l'Eglise se met à justifier l'injustifiable, elle ouvre une brèche dans la confiance des Fidèles et apporte un soutien inespéré à ses détracteurs. Il est vrai que l'heure est à la gestion des conflits "à distance" (remote war control). Donc BXVI ne fait que s'aligner sur les nouvelles pratiques de gouvernement. Il faut savoir être "à la page".

Par Marc Bergerot, le

et qu'ainsi notre joie demeure

Laudate