Les exigences d'un combat de civilisation

Rédigé par Joël Hautebert le dans Tribune libre

Les exigences d'un combat de civilisation

 

Nous publions ci-dessous le texte de la Tribune libre de Joël Hautebert, professeur agrégé des facultés de droit, parue dans le dernier numéro deL'Homme Nouveau.

À l'instar de quelques revendications récentes, les débats législatifs actuels ont pour effet malheureux de brouiller la lisibilité du combat. L'institution défendue perd de sa consistance car domine le sentiment que les arguments avancés se heurtent à l'obstacle infranchissable d'un corpus politico-juridique relativiste, de fait accrédité comme norme juridique supérieure. On voit ainsi resurgir une incapacité chronique à dépasser le positivisme ambiant, un comportement schizophrène qui consiste, d'un côté, à tenir un discours de grande qualité sur ce qu'est le mariage et, de l'autre, à s'imposer une forme d'autolimitation, parce qu'on se refuse à tirer les conséquences juridiques concrètes du caractère absolu et universel de l'institution défendue, ce qui revient à rejeter le droit naturel dans la seule catégorie sympathique et peu dérangeante des énoncés intellectuels.

Alors que le garde des Sceaux a d'emblée précisé l'enjeu de son projet, une « réforme de civilisation », nous assistons à la défense de ladite civilisation à coups d'amendements, tandis que seules quelques voix s'élèvent pour affirmer que ce texte, s'il est voté, ne sera rien d'autre qu'une « corruption de la loi », une « loi transgressive »(Mgr Rey), justifiant la « résistance civique ». Le mariage, union d'un homme et d'une femme, est un « invariant humain »(Mgr Barbarin), par conséquent au-dessus des lois et des principes de la République, comme de tout régime politique.


Et quoi qu’en pense le président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, les représentants de la nation n’ont aucune compétence pour définir le cadre naturel d’épanouissement de la vie humaine. Ce combat-là est premier, essentiel, permanent, véritable clef de voûte de la défense des plus petits comme de nos libertés contre la logique totalitaire aujourd’hui déployée. Aux yeux de beaucoup, et au nom de l’efficacité, ce discours est inaudible et dangereux dans l’antre parlementaire. Mais n’est-ce pas la preuve qu’il est devenu central ?

Un député socialiste, Colette Capdevielle, a affirmé à l’Assemblée que « c’est justement la force du droit que de combattre la nature »… Il faut se rendre à l’évidence ; l’idéologie qui anime les porteurs de ce projet les rend totalement insensibles aux arguments rationnels. Leur principal atout réside dans l’espoir d’un essoufflement de la mobilisation des Français une fois le texte voté, essoufflement qui pourrait être facilité par quelques concessions momentanées, donnant aux opposants la consolation d’une victoire substantielle, mais partielle, chèrement obtenue. Ne nous y trompons pas, depuis la demande de référendum et le début du débat législatif, le gouvernement a repris tant bien que mal la maîtrise de la situation. L’opposition au projet s’enferme dans un moule institutionnel trop étroit qui n’est pas approprié à la hauteur des enjeux. L’épuisement dans la bataille législative et les espérances déçues, conjuguées à l’effet inhibant d’un texte ayant l’apparence d’une loi pourraient s’avérer problématiques, parce qu’on ne prend pas la peine d’affirmer en amont que l’on n’accordera aucune valeur à ce texte.

C’est pourquoi, le recentrage sur l’essentiel est aujourd’hui prioritaire, d’autant que la mobilisation exceptionnelle des Français ne faiblit pas. La combinaison de la diversité de sa composition et de son unité avérée autour du coeur de la revendication (le retrait pur et simple) fait qu’elle demeure l’atout principal. Le remarquable travail d’information mené pendant des mois dans toute la France a permis cette mobilisation sans précédent. Il faut éviter qu’elle soit désorientée par les concessions de certains politiciens (contrat d’union civile). L’effet politique reste et restera très limité, malgré la vaillance incontestée des uns et des autres, si l’on ne prend pas à bras le corps la question du pouvoir que s’attribue l’État, des limites du régime démocratique et donc de la nature de la République.

Nous pensons que la victoire est toujours possible, à condition de revenir à des revendications simples, sans concessions et d’affirmer notre résistance aujourd’hui et demain à un texte qui ne peut avoir raison de loi. Englué dans son idéologie, le gouvernement paraît ne pouvoir être contraint à reculer que par la difficulté d’application du texte ou par des risques de blocage institutionnel.

Sur ce terrain-là, l’esprit de résistance doit se manifester publiquement au sein des corps professionnels publics et privés concernés par l’application du texte, à l’image de ce que font déjà de nombreux maires. Du fait d’une certaine faillite des institutions de telles initiatives de résistance sont possibles. Il est souhaitable qu’elles émergent au plus tôt, afin que les Français mobilisés se positionnent solidairement derrière elles. Des lettres de soutien aux maires réfractaires seraient déjà une première manifestation concrète très bénéfique pour animer le courage des valeureux. 

 

Joël Hautebert

Recommander ce billet

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

2 commentaires

Par Marc Bergerot, le

Merci à Joël Hautebert de mettre vigoureusement ses compétences juridiques au profit de la défense du Bien commun en s'attachant à démasquer l'imposture du "débat démocratique" , alibi permanent tant de la "gauche " que de la "droite" qui ont fait depuis belle lurette des pensées transgressives issues des "Lumières" l'injuste "norme".On peut penser ici aux autres transgressions "in progress" portées par Messieurs Léonetti, Chatel, Peillon, Najat-Vallaut et autres Bertinotti.Comme Joël Hautebert, je crois que la victoire, soit la non application du projet Taubira, voté ou non, est possible , et même qu'elle se dessine un peu plus chaque jour malgré les combats d'arrière garde "délévoyés"*, si jose dire, dont le gracieux mérite est justement de souligner le caractère parfaitement totalitaire du système, jusqu'à preuve du contraire.Il n'en reste pas moins qu'à cette fin, il convient de poursuivre le combat solidaire au-delà de tout esprit partisan inféodé au Système en cours d'effondrement.*la sportivité dont nous aurons fait preuve, sans illusion toutefois , vis à vis de la saisine du Cese aura également permis d'établir aux yeux des observateurs , notamment étrangers, un comptage à hauteur de 700 000 opposants, soit le double de celui résultant du policé tripatouillage comptable du 13 janvier.

Par pmlg, le

Bonjour et merci pour cet article fort intéressant.Dans la "bataille" qui se joue depuis plusieurs semaines il apparaît évident que nous n'assistons pas à un dialogue de sourds mais à un dialogue tronqué voire impossible : deux interlocuteurs qui s'expriment chacun dans une langue qui a sa propre légitimité mais que l'autre ne connaît pas. Dès lors le dialogue est impossible non par impossibilité d'entendre mais de comprendre. Cela étant sans entrer dans le débat de fond, il me semble aussi que la méconnaissance de la langue de l'autre ne ressort pas du même type. L'une est un refus d'entendre et de comprendre, l'autre un barrage pour se faire entendre et se faire comprendre.Le mérite de cet excellente mise au point est de souligner que la réalité aura toujours avec elle la force que lui donnera un jour ou l'autre le temps de la vérité, parce même les idéologies les plus sectaires n'ont jamais le dernier mot... sinon par la violence qu'elle soit physique, qu'elle soit législative. Plus dure sera la chute de ceux qui méprisent la nature au nom d'un prétendu progrès qu'ils appellent "la force du droit".

Laudate