Appel aux représentants du peuple de France

Rédigé par le dans Politique/Société

Appel aux représentants du peuple de France

Nous, juristes du monde,

Roberto ANDORNO, Docteur en droit, chercheur (Argentine)
Maria Gabriela AHUALLI STEINBERG, Procureur, Etat de Sao Polo (Brésil)
Fernán ALTUVE-FEBRES, Avocat, Lima (Pérou)
Julio ALVEAR, Professeur de droit, Santiago de Chili (Chili)
Marcello ANDRADE, Avocat, Sao Paulo (Brésil)
Ignacio BARREIRO, Directeur du bureau de Human Life International, Montevideo (Uruguay)
Saffi BEN HALIMA, Professeur émérite de la faculté de droit de Tunis (Tunisie)
Alfonso DE RIVERO, Juriste, Ancien ambassadeur, Lima (Pérou)
Ricardo DIP, Juge à la Cour de Sao Paulo (Brésil)
Aviol FLEURANT, Professeur de droit international des droits de l'Homme, Avocat au barreau de Port au Prince (République de Haïti)
Merab GVARAMIA , Full Professor of Law (Georgia)
Mariakutty KOCHUPURACKAL, Barister, Etat de Tamilnadu (Inde)
Mikhaïl N. KOUZNETSOV, Docteur ès sciences juridiques, professeur de l'Université de Russie de l'amitié des peuples, professeur de droit, juriste, avocat (Fédération de Russie)
Carlos MAHIQUES, Professeur de droit et juge à la Cour de cassation de l'Etat de Buenos-Aires (Argentine)
Bernardo MANZANO-TORRES, Avocat, Guayaquil (Équateur)
Truong QUANG DUNG, barrister, Hanoï (Vietnam)
Pavel PARFENTIEV, Human Rights advocate, World Congress of Families Advisor for the International Human Rights Law (Fédération de Russie)
Rodrigo PEDROSO, Avocat de l'État, Sao Paulo (Brésil)
Igor V. PONKIN, Doctor of science (Law), Law teacher (Fédération de Russie)
Horacio SÁNCHEZ DE LORIA, Avocat, Buenos Aires (Argentine)
Sesili SHAMATAVA, Assistant of barrister (Georgia)
Nino SULABERIDZE, Lawyer, Doctor of Law (Georgia)
Natalya TCHERNOVA, Avocat, Saint-Pétersbourg (Fédération de Russie)
Vicente UGARTE DEL PINO, Ancien Président de la Cour de Cassation, Lima (Pérou)

Appelons contre le danger de réification des enfants à adopter.

Depuis la Déclaration de Genève de 1924 sur les droits de l'enfant jusqu'à la Convention de New York relative aux droits de l'enfant du 20 novembre 1989 et la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale du 29 mai 1993, le droit universellement consensuel repose sur trois fondamentaux convergents : d'une part, la famille est formée d'une mère etd'un père, d'autre part, l'enfant a droit à une famille, enfin, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être garanti par la société.

Une famille est formée d’une femme et d’un homme.

Reprenant la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 (article 16), les deux grands Pactes de l’ONU, le Pacte international des droits civils et politiques (article 23) comme le Pacte international des droits économiques, sociaux et culturels (article 10) ont cette formule admirable : 

« La famille est l'élément naturel et fondamental de la société». Elle revient comme un leitmotiv dans tous les préambules. Ce postulat a pour corollaire le suivant, aussitôt énoncé par le Pacte : 

« Le droit de se marier et de fonder une famille est reconnu à l'homme et à la femme » (article 23 précité).

L'humanité ne procède pas de la génération spontanée ni du clonage des êtres humains.

L'humanité est une famille de familles. La sauvegarde de l'humanité passe donc par la protection de son origine, l'union d'une femme et d'un homme, et de son cadre, la famille.

L’article 23 du Pacte de 1966 procède tout simplement du principe de réalité humaine ; il en appréhende le fruit naturel, si on ose dire. Droit naturel et droit positif sont unis à jamais pour définir les « parents » comme l'union d'une femme et d'un homme formant une « famille » et lui réserver cette définition.

Pour lire la suite, cliquer sur le lien suivant : Appel aux représentants du peuple de France

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

2 commentaires

Par Pierre Marie Girardot, le

Que soient remerciés tous ces éminents spécialistes du monde entier (et pour la plupart de pays dits émergents) pour ce cri d'alarme. Nous ne sommes pas seuls. Je m'interroge : pourquoi, alors que les mêmes lois ont déjà été adoptées dans beaucoup d'autres pays, ce qui se passe en France a-t-il pris un tel relief. La France resterait-elle encore une référence aux yeux du monde ?? Qu'importe, l'important est que le plus grand écho soit donné à la brutalité avec laquelle est traité un sujet qui n'est pas simplement un sujet de société mais une fracture profonde et irréparable.

Par Marc Bergerot, le

Malheureusement, si ces éminents juristes ont bien raison de sonner davantage encore le tocsin pour cette tragédie,force est de constater qu'il ne s'agit plus d'un "danger" prospectif, mais d'un fait déjà avéré ici et là, constitutif d'un monstrueux crime contre l'humanité, de dimension mondiale et perprétré au nom de la révolution permanente née des pseudo "philosophies " des Lumières ,qui ont délibéremment choisi de sacrifier l'humanité sur l'autel de la très spéculative "libre volonté".C'est un véritable hold'up réalisé sur l'humanité dans son essence même , au profit de quelques cyniques et malicieux spéculateurs de la reproduction humaine * et du commerce de l'homme en pièces détachées.Même l'infâme Voltaire , l'un des Maîtres à penser du sujet - et du criminel Sytème - se trouve dépassé par ses élèves !* sachant que "l'offre" des enfants à adopter étant inférieure à la demande,il faudra "adapter la production" !