Le premier mariage Gay vu par Tacite, où l'on retrouve Néron

Rédigé par le dans Culture

Néron, souillé de toutes les voluptés que tolère ou proscrit la nature, semblait avoir atteint le dernier terme de la corruption, si, quelques jours après, il n'eût choisi, dans cet impur troupeau, un certain Pythagoras auquel il se maria comme une femme, avec toutes les solennités de noces véritables. Le voile des épouses fut mis sur la tête de l'empereur : auspices, dot, lit nuptial, flambeaux de l'hymen, reine ne fut oublié. Enfin, on eut en spectacle tout ce que, même, avec l'autre sexe, la nuit cache de son ombre.

Tacite, Annales, Livre 15, XXVII (traduction Burnouf).

Ipse, per licita atque illicita fœdatus, nihil flagitii reliquerat quo corruptior ageret, nisi paucos post dies uni ex illo contaminatorum grege, cui nomen Pythagoræ fuit, in medium sollemnium conjugatorum denupsisset. Inditum imperatori flammeum ; visi auspices, dos et genialis torus et faces nuptiales : cuncta denique spectata, quæ etiam in femina nox operit.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire