Léon XIII face à… Dieudonné et Manuel Valls

Rédigé par la rédaction le dans Politique/Société

Léon XIII face à… Dieudonné et Manuel Valls

L’affaire opposant Dieudonné et le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a pris une importance énorme, faisant la Une des journaux. En cette matière, essentiellement contingente et d’ordre prudentiel, il n’est pas aisé d’apporter un jugement clair, serein et assuré, tant les passions sont ici mobilisées. Pour sa part, le cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris s’est exprimé récemment sur cette affaire : 

Pour l’affaire Dieudonné, l’intervention de Manuel Valls a eu un effet salutaire dans la mesure où elle fait réfléchir, et il faut faire réfléchir. Car malheureusement l’histoire du XXe siècle a montré que la montée de l’antisémitisme n’est pas une révolution à grand spectacle, c’est une montée progressive, qui passe par des évènements, des paroles, des articles, des spectacles… Rien n’est anodin en matière d’antisémitisme, comme pour la xénophobie ou la discrimination religieuse. Il est scandaleux que nous soyons insensibles à la dépréciation progressive des seuils à ne pas franchir. Une culture du respect de l’autre, des autres religions, doit se réimplanter d’une manière forte. Que l’on apprenne aux enfants qu’il y a des choses qui ne se font pas ! Je pense que c’est le projet de M. Vincent Peillon quand il veut instaurer une morale républicaine… 

Retour aux principes

Au-delà du cas précis que représentent le spectacle de Dieudonné et ses propos ainsi que les intentions et la volonté étatique de Manuel Valls, deux aspects sont en confrontation : la défense de la liberté et la crainte d’une intervention exagérée voire dangereuse de l’État. Celui-ci s’étant conduit de manière scandaleuse dans les mois passés envers les manifestants pacifistes défendant le mariage traditionnel, une légitime suspicion pèse sur lui. Dans une telle situation, où la vérité ne se fait pas jour facilement, il convient plus que jamais de retourner aux principes. En 1888, le pape Léon XIII, le pape du renouveau de la doctrine sociale de l’Église, publiait une encyclique importante sur la question de la liberté : Libertas Praestantissimum (texte intégral sur le site du Vatican). On trouve dans ce texte, d’ailleurs repris en partie par le Catéchisme de l’Église catholique, plusieurs principes, permettant d’éclairer l’intelligence. En voici certains extraits : 

 

L’usage de la liberté détermine sa bonté

La liberté, bien excellent de la nature et apanage exclusif des êtres doués d’intelligence ou de raison, confère à l’homme une dignité en vertu de laquelle il est mis entre les mains de son conseil et devient le maître de ses actes.

Ce qui, néanmoins, est surtout important dans cette prérogative, c’est la manière dont on l’exerce, car de l’usage de la liberté naissent les plus grands maux comme les plus grands biens. Sans doute, il est au pouvoir de l’homme d’obéir à la raison, de pratiquer le bien moral, de marcher droit à sa fin suprême ; mais il peut aussi suivre toute autre direction, et, en poursuivant des fantômes de biens trompeurs, renverser l’ordre légitime et courir à une perte volontaire. (…)

 

La liberté a besoin de protection

La condition de la liberté humaine étant telle, il lui fallait une protection, il lui fallait des aides et des secours capables de diriger tous ses mouvements vers le bien et de les détourner du mal : sans cela, la liberté eût été pour l’homme une chose très nuisible. Et d’abord une Loi, c’est-à-dire une règle de ce qu’il faut faire ou ne pas faire, lui était nécessaire. (…)

 

Sous l’égide de la loi naturelle

Si donc, la loi est nécessaire à l’homme, c’est dans son arbitre lui-même, c’est-à-dire dans le besoin qu’il a de ne pas se mettre en désaccord avec la droite raison, qu’il faut en chercher, comme dans sa racine, la cause première. Et rien ne saurait être dit ou imaginé de plus absurde et de plus contraire au bon sens que cette assertion : L’homme, étant libre par nature, doit être exempté de toute loi ; car, s’il en était ainsi, il s’ensuivrait qu’il est nécessaire pour la liberté de ne pas s’accorder avec la raison, quand c’est tout le contraire qui est vrai, à savoir, que l’homme doit être soumis à la loi, précisément parce qu’il est libre par nature. Ainsi donc, c’est la loi qui guide l’homme dans ses actions et c’est elle aussi qui, par la sanction des récompenses et des peines, l’attire à bien faire et le détourne du péché.

Telle est, à la tête de toutes, la loi naturelle qui est écrite et gravée dans le cœur de chaque homme, car elle est la raison même de l’homme, lui ordonnant de bien faire et lui interdisant de pécher. Mais cette prescription de la raison humaine ne saurait avoir force de loi, si elle n’était l’organe et l’interprète d’une raison plus haute à laquelle notre esprit et notre liberté doivent obéissance. (…)

 

La moralité des actes ne dépend pas des prescriptions humaines

Ce qui vient d’être dit de la liberté des individus, il est facile de l’appliquer aux hommes qu’unit entre eux la société civile, car ce que la raison et la loi naturelle font pour les individus, la loi humaine promulguée pour le bien commun des citoyens l’accomplit pour les hommes vivant en société. Mais, parmi les lois humaines, il en est qui ont pour objet ce qui est bon ou mauvais naturellement, ajoutant à la prescription de pratiquer l’un et d’éviter l’autre une sanction convenable. De tels commandements ne tirent aucunement leur origine de la société des hommes ; car, de même que ce n’est pas la société qui a créé la nature humaine, ce n’est pas elle qui fait que le bien soit en harmonie et le mal en désaccord avec cette nature ; mais tout cela est antérieur à la société humaine elle-même et doit absolument être rattaché à la loi naturelle, et partant à la loi éternelle. (…)

 

Le rôle de la puissance civile

Quant aux autres prescriptions de la puissance civile, elles ne procèdent pas immédiatement et de plain-pied du droit naturel ; elles en sont des conséquences plus éloignées et indirectes et ont pour but de préciser les points divers sur lesquels la nature ne s’était prononcée que d’une manière vague et générale. Ainsi, la nature ordonne aux citoyens de contribuer par leur travail à la tranquillité et à la prospérité publiques : dans quelle mesure, dans quelles conditions, sur quels objets, c’est ce qu’établit la sagesse des hommes, et non la nature. Or, ces règles particulières de conduite, créées par une raison prudente et intimées par un pouvoir légitime, constituent ce que l’on appelle proprement une loi humaine. Visant la fin propre de la communauté, cette loi ordonne à tous les citoyens d’y concourir, leur interdit de s’en écarter et, en tant qu’elle suit la nature et s’accorde avec ses prescriptions, elle nous conduit à ce qui est bien et nous détourne du contraire. Par où l’on voit que c’est absolument dans la loi éternelle de Dieu qu’il faut chercher la règle et la loi de la liberté, non seulement pour les individus, mais aussi pour les sociétés humaines.

 

La liberté ne consiste pas à faire ce qui nous plaît

Donc, dans une société d’hommes, la liberté digne de ce nom ne consiste pas à faire tout ce qui nous plaît : ce serait dans l’État une confusion extrême, un trouble qui aboutirait à l’oppression ; la liberté consiste en ce que, par le secours des lois civiles, nous puissions plus aisément vivre selon les prescriptions de la loi éternelle. Et pour ceux qui gouvernent, la liberté n’est pas le pouvoir de commander au hasard et suivant leur bon plaisir : ce serait un désordre non moins grave et souverainement pernicieux pour l’État ; mais la force des lois humaines consiste en ce qu’on les regarde comme une dérivation de la loi éternelle et qu’il n’est aucune de leurs prescriptions qui n’y soit contenue, comme dans le principe de tout droit. Saint Augustin dit avec une grande sagesse (De lib. Arb., 1. I, c. 4, n. 15.) : “Je pense que vous voyez bien aussi que, dans cette loi temporelle, il n’y a rien de juste et de légitime que les hommes ne soient allés puiser dans la loi éternelle.” Supposons donc une prescription d’un pouvoir quelconque qui serait en désaccord avec les principes de la droite raison et avec les intérêts du bien public ; elle n’aurait aucune force de loi, parce que ce ne serait pas une règle de justice et qu’elle écarterait les hommes du bien pour lequel la société a été formée. (…)

 

La liberté d’expression n’est pas illimitée

Et maintenant, poursuivons ces considérations au sujet de la liberté d’exprimer par la parole ou par la presse tout ce que l’on veut. Assurément, si cette liberté n’est pas justement tempérée, si elle dépasse le terme et la mesure, une telle liberté, il est à peine besoin de le dire, n’est pas un droit, car le droit est une faculté morale, et, comme nous l’avons dit et comme on ne peut trop le redire, il serait absurde de croire qu’elle appartient naturellement, et sans distinction ni discernement, à la vérité et au mensonge, au bien et au mal. Le vrai, le bien, on a le droit de les propager dans l’État avec une liberté prudente, afin qu’un plus grand nombre en profite ; mais les doctrines mensongères, peste la plus fatale de toutes pour l’esprit ; mais les vices qui corrompent le cœur et les mœurs, il est juste que l’autorité publique emploie à les réprimer avec sollicitude, afin d’empêcher le mal de s’étendre pour la ruine de la société. Les écarts d’un esprit licencieux, qui, pour la multitude ignorante, deviennent facilement une véritable oppression, doivent justement être punis par l’autorité des lois, non moins que les attentats de la violence commis contre les faibles. Et cette répression est d’autant plus nécessaire que contre ces artifices de style et ces subtilités de dialectique, surtout quand tout cela flatte les passions, la partie sans contredit la plus nombreuse de la population ne peut en aucune façon, ou ne peut qu’avec une très grande difficulté se tenir en garde.

Accordez à chacun la liberté illimitée de parler et d’écrire, rien ne demeure sacré et inviolable, rien ne sera épargné, pas même ces vérités premières, ces grands principes naturels que l’on doit considérer comme un noble patrimoine commun à toute l’humanité. Ainsi, la vérité est peu à peu envahie par les ténèbres, et l’on voit, ce qui arrive souvent, s’établir avec facilité la domination des erreurs les plus pernicieuses et les plus diverses. Tout ce que la licence y gagne, la liberté le perd ; car on verra toujours la liberté grandir et se raffermir à mesure que la licence sentira davantage le frein.

 

Les questions disputées

Mais s’agit-il de matières libres que Dieu a laissées aux disputes des hommes, à chacun il est permis de se former une opinion et de l’exprimer librement ; la nature n’y met point d’obstacle ; car une telle liberté n’a jamais conduit les hommes à opprimer la vérité, mais elle leur donne souvent une occasion de la rechercher et de la faire connaître. (…)

 

La tolérance de certains maux peut être possible

Néanmoins, dans son appréciation maternelle, l’Église tient compte du poids accablant de l’infirmité humaine, et elle n’ignore pas le mouvement qui entraîne à notre époque les esprits et les choses. Pour ces motifs, tout en n’accordant de droits qu’à ce qui est vrai et honnête, elle ne s’oppose pas cependant à la tolérance dont la puissance publique croit pouvoir user à l’égard de certaines choses contraires à la vérité et à la justice, en vue d’un mal plus grand à éviter ou d’un bien plus grand à obtenir ou à conserver.

Dieu lui-même, dans sa Providence, quoique infiniment bon et tout-puissant, permet néanmoins l’existence de certains maux dans le monde, tantôt pour ne point empêcher des biens plus grands, tantôt pour empêcher de plus grands maux. Il convient, dans le gouvernement des États, d’imiter celui qui gouverne le monde. Bien plus, se trouvant impuissante à empêcher tous les maux particuliers, l’autorité des hommes doit “permettre et laisser impunies bien des choses qu’atteint pourtant et à juste titre la vindicte de la Providence divine” (S. August., De lib. arb., lib. I, cap. 6, nurn. 14.). Néanmoins, dans ces conjectures, si, en vue du bien commun et pour ce seul motif, la loi des hommes peut et même doit tolérer le mal, jamais pourtant elle ne peut ni ne doit l’approuver, ni le vouloir en lui-même, car, étant de soi la privation du bien, le mal est opposé au bien commun que le législateur doit vouloir et doit défendre du mieux qu’il peut. Et en cela aussi la loi humaine doit se proposer d’imiter Dieu, qui, en laissant le mal exister dans le monde, “ne veut ni que le mal arrive, ni que le mal n’arrive pas, mais veut permettre que le mal arrive. Et cela est bon”. Cette sentence du Docteur angélique contient, en une brève formule, toute la doctrine sur la tolérance du mal. (…)

 

Conclusion :

De ces considérations, il résulte donc qu’il n’est aucunement permis de demander, de défendre ou d’accorder sans discernement la liberté de la pensée, de la presse, de l’enseignement, des religions, comme autant de droits que la nature a conférés à l’homme. Si vraiment la nature les avait conférés, on aurait le droit de se soustraire à la souveraineté de Dieu, et nulle loi ne pourrait modérer la liberté humaine. Il suit pareillement que ces diverses sortes de libertés peuvent, pour de justes causes, être tolérées, pourvu qu’un juste tempérament les empêche de dégénérer jusqu’à la licence et au désordre. Là enfin où les usages ont mis ces libertés en vigueur, les citoyens doivent s’en servir pour faire le bien et avoir à leur égard les sentiments qu’en a l’Église. Car une liberté ne doit être réputée légitime qu’en tant qu’elle accroît notre faculté pour le bien ; hors de là, jamais.

 

 

Si, aujourd’hui, il est étonnant de voir des catholiques défendre un droit illimité à la liberté d’expression, la question demeure de savoir comment un État relativiste et officiellement « neutre » peut régir la vie en société conformément au bien, en se prononçant sur ce qui est juste et conforme au vrai.

 

 

(Les intertitres sont de la rédaction)

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

3 commentaires

Par Marc Bergerot , le

Entre la doctrine et la charité rigoureuse à appliquer en matière politique il y a un gouffre assurément diffficile à combler.
Madame Taubira déclarait dernièrement au Huffington post : " la liberté d'expression doit demeurer le principe. Ce principe ne peut servir de paravent à des ignominies."
Faut-il dès lors croire que les diverses manifestations de protestation contre la destruction du mariage authentique étaient des" ignominies ", pour avoir été traitées comme telles par Monsieur Valls sous couvert de Madame Taubira ?
Pourrait-il seulement être "prudent" de se "rallier " aux mortelles "blitzkriegen"idéologiques et transgressives de Madame Taubira et de Monsieur Peillon ?!
"Le ralliement " autant cyclique que vain ne peut-il être que le seul lot- de lamentation - des catholiques fidèles et raisonnables ?
Ne seraient-ils pas plus avisé pour chacun d'user sereinement de sa si fragile liberté de conscience , pas seulement en théorie, mais également en pratique , tant qu'il nous en reste encore ?
Quelques pistes de réflexion : est-ce à l'Etat et la loi de définir le bien et le mal , d'y établir de curieuses hiérarchies pour le coup discriminantes ? (cf la loi Gayssot qui est en cause ici) .
Quid de ces étranges notions "d'égalité" et de "liberté d'expression" jadis tant invoquées par les mêmes pour accéder au râtelier et s'y cramponner désormais si furieusement ?
Pas un peu épais le piège tendu , non ?
Mais il est bien vrai que Celui qui est la Vérité et la Vie fut trahi par les siens...
Bis repetita placent , hélas !

Par Anne Lys, le

Il serait, en effet, « étonnant de voir des catholiques défendre un droit illimité à la liberté d’expression », mais je crois que ce n’est pas le cas.

Ce n’est pas un « droit illimité à la liberté d’expression » que défendent beaucoup de catholiques, et que je défends, mais le droit de ne pas voir celle-ci limitée par une censure « à priori », alors que dans un État de droit, une personne ne doit voir ses libertés légitimes (s’exprimer oralement ou par écrit, manifester, assister à un spectacle) qu’à titre de sanction de fautes qu’elle a déjà commises et non parce que les pouvoirs publics redoutent qu’elle vienne, peut-être, à en commettre, alors que cela n’a rien de certain.

Cette réaction ne cherche pas à justifier tels ou tels propos ou gestes prêtés, à tort ou à raison, à Dieudonné (qui d’ailleurs ne faisait l’objet d’aucune critique de M. Valls lorsque c’était le Christianisme qui était l’objet de sa « verve » !) ni à lui reconnaître le droit de dire n’importe quoi au nom de la « liberté d’expression ». Il semble d’ailleurs que la justice avait suffisamment d’armes pour juguler les excès de M. Dieudonné sans que M. Valls s’arroge le droit de censure préalable.

M. Valls, qui naguère rompait des lances, au nom d’un droit illimité à la liberté d’expression des artistes, contre ceux qui voulaient faire interdire l’immonde "Golgota Picnic", au cours duquel le visage du Christ était maculé de matières fécales (ce qui semble bien aussi offensant pour les Chrétiens que les pitreries de M. Donnadieu peuvent l’être pour les Juifs), est d’ailleurs bien mal placé pour, aujourd’hui, vouloir limiter ce même droit.

Par Jardon, le

Merci de ce rappel salutaire.
Toutefois, il me semble que, dans le contexte actuel, la question, pour les catholiques, n'est pas tant de vouloir "un droit illimité à la liberté d'expression" - parfaitement inacceptable- que d'obtenir que les limites de ce droit s'appliquent à tous et non pas de façon discrétionnaire et totalement discriminatoire.