Mobilisation pour la famille

Rédigé par Adelaïde Pouchol le dans Politique/Société

Mobilisation pour la famille

Les députés européens ont rejeté le 10 décembre dernier le rapport Estrela qui préconisait, entre autres, l’accès généralisé pour toutes les femmes à l’avortement et à la contraception. Non seulement rejeté, il a été remplacé par un texte qui réaffirme la primauté des États pour légiférer sur ce type de sujets. Une première remise en cause de l’avortement, considéré comme un droit, rapidement suivie par un projet de loi espagnol qui ferait passer l’avortement d’un régime de délais à un régime d’exception.

 

Les féministes montent au créneau

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, qui porte ce projet de réforme annoncé déjà lors de sa campagne, s’est donc attiré les foudres des féministes de son pays et d’ailleurs qui dénoncent un retour de trente ans en arrière. Si Malte et l’Andorre ont toujours maintenu l’interdit de l’avortement et si la Pologne et l’Irlande gardent une législation plutôt restrictive, tous les autres pays européens avaient fait de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) un droit comme un autre. L’adoption, par les parlementaires français le 18 décembre dernier, d’un amendement supprimant la notion de détresse comme critère pour recourir à l’IVG en est emblématique.

La bonne nouvelle vient d'Espagne

Approuvé le 27 décembre par le Conseil des ministres espagnol, le proj... Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

La lecture intégrale de cet article est réservée à nos abonnés, pour la lire vous devez maintenant vous connecter.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire