Dernier recours pour Vincent Lambert

Rédigé par Adélaïde Pouchol le dans Politique/Société

Dernier recours pour Vincent Lambert

C’est le dernier recours pour Vincent Lambert : la décision de le maintenir ou non en vie appartient désormais au Conseil d’État réuni en formation collégiale, soit la plus haute juridiction administrative en France, qui se prononcera dans le courant de la semaine prochaine.

Une décision importante

Le Conseil d’État avait été saisi le 28 janvier dernier par Rachel, l’épouse de Vincent Lambert (dont nous avions déjà décrit la situation ici) après que le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne s’est prononcé le 16 janvier pour le maintien de l’alimentation et l’hydratation de son mari. Il devait se prononcer le 6 février mais le magistrat en charge de l’affaire a estimé le cas de Vincent Lambert trop complexe pour être tranché par un seul juge. De fait, la décision pourrait bouleverser l’actuelle prise en charge de la fin de vie et autoriser, par jurisprudence, l’arrêt total des soins pour une personne atteinte d’une maladie incurable. En effet, si le Conseil d’État permet l’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation de Vincent Lambert, l’euthanasie dite « passive » deviendra légale en France, avant même l’ouverture du débat sur l’euthanasie et le suicide assisté annoncé par le gouvernement.

Soins ou traitements

L’alimentation et l’hydratation relèvent-elles du traitement ou du soin dû à toute personne ? En d’autres termes, s’agit-il de médicaments dont la prise prolongée relèverait de l’acharnement thérapeutique ou des soins élémentaires dus à toute personne ? C’est l’enjeu du débat qui divise depuis des mois la famille de Vincent Lambert : ses parents et une partie de ses frères et sœurs demandent son maintien en vie tandis que son épouse Rachel et le reste de la famille militent pour l’arrêt complet des traitements. Le 16 janvier dernier, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne avait en tout cas jugé que « la poursuite du traitement n'était ni inutile, ni disproportionnée et n'avait pas pour objectif le seul maintien artificiel de la vie et a donc suspendu la décision d'interrompre le traitement ». Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les parents du patient se battaient pour qu’il soit nourri et hydraté : en mai 2013, ils avaient découvert que leur fils ne bénéficiait plus de ces soins de base depuis trente et un jours, et cela sans qu’ils aient été mis au courant. L’affaire avait été portée devant la justice et les soins avaient repris. Le docteur Kariger, médecin de Vincent Lambert favorable à l’euthanasie passive de son patient, n’a pas pour autant cessé ses démarches. La vie de Vincent Lambert est en perpétuelle remise en question depuis huit mois maintenant.

Un débat faussé

« Que fera-t-on de moi si je me trouve dans une telle situation ? » C’est la question que se posent les Français face au terrible spectacle de cette famille qui se déchire pour savoir si l’on injectera ou non la dose létale à celui qui est fils, frère, époux, oncle et patient. Le débat sur l’euthanasie n’inquiète pas seulement les personnes âgées et pour cause, Vincent Lambert est trentenaire… Ni cancer, ni maladie rare, c’est un accident de la circulation qui l’a plongé dans le handicap : comment ne pas se projeter dans une telle situation ? Alors, dans une société où l’interdit de tuer est négociable, toute la question est de savoir qui décidera de la vie ou de la mort du malade s’il n’est plus en état de se prononcer lui-même.

L’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD), fer de lance du combat pour l’euthanasie, propose un système d’enregistrement des directives anticipées. Si la loi Leonetti n’oblige pas le corps médical à observer ces directives coûte que coûte, elles sont en tout cas censées aider à la prise de décision. Une manière de se rassurer, même si beaucoup de ceux qui ont l’expérience de l’accompagnement de la fin de vie affirment que les bien-portants ne peuvent juger de ce qu’ils voudront s’ils souffraient. En attendant, l’ADMD revendique plus de 1 200 adhésions en quinze jours suite aux récents rebondissements de l’affaire Vincent Lambert… C’est dire combien l’avis de beaucoup de Français sur le droit à la vie est guidé par l’émotion ou la peur.

Quoiqu’il en soit, la décision que rendra le Conseil d’État la semaine prochaine revêt une importance capitale et pèsera lourd dans la balance lors du débat parlementaire sur la fin de vie. 

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

1 commentaire

Par Marc Bergerot, le

La révolution de 1789 revendiquée à l'Assemblée nationale par les représentants exclusifs de leurs guerres transgressives, s'est caractérisée par un acharnement sémantique sans précédent. Déjà à l'époque le Conventionnel Carrier ne noyait-il pas les catholiques fidèles dans la Loire au cours de sadiques "mariages républicains"?
Or, si nous en croyons l'actuel sinistre de la rééducation nationale, la révolution reste à parachever, notamment par la fameuse "Théorie du genre " sensée ne pas exister !
Le sinistre n'est hélas pas le seul à penser ainsi, tant à "gauche "qu'à "droite", qu'au "centre" et n'importe où en fait dans l'hémicycle.
Tel se présente Monsieur Léonetti, sénateur non moins radical de pensée et de formation, spécimen "moderne" des anciens médecins- anthropologues du siècle des "Lumières" qui entendaient déjà, tels les Cabanis et autres Guillotins régénérer l'être humain.
C'est dans le texte de son projet de loi de 2005, qui tarde selon lui à être appliqué ( pensez donc , il n'y aurait "que 6000 cas d'authanasie masquée en France actuellement ! )que les soins portant sur le maintien de l'alimentation et de l'hydratation ont été si malicieusement assimilés à des "traitements ".
Cet habile tour de bonneteau sémantique permet à la loi , dont le texte même se garde bien de rappeler ce qui se cache derrière l'innocent vocable de "traitements" ,de d'autoriser l'arrêt de ceux-ci en vue - l'objectif n'est pas moins cyniquement proposé- de mettre fin au présupposé "acharnement thérapeutique" !
C'est ainsi que le malheureux Vincent Lambert , au nom de cette insondable "compassion" , a eu la chance -républicaine - elle aussi ? - de goûter à la peu enviable satisfaction de mourir littéralement de faim pendant 31 jours , comme vous le rappelez justement ici.
De son côté , notre médecin -anthropolgue en son approche néo-humaniste a mis, lui, sept ans , pas moins, pour s'appercevoir , par quelque "grâce républicaine" sans doute , que le préocédé n'était pas vraiment et humain et que la qualification de : " loi équilibrée " décernée si charitablement par Monseigneur d'Ornellas , "responsable (sic ) des questions de bio-éthique à la CEF, n'était peut-être pas très objective...

Il n'est donc nul besoin de "débat" pour trancher entre "soins et traitements" un bon dictionnaire Robert suffit pour éclairer les esprits.

Il s'agit par contre de décider ou non si l'on va passer de l'euthanasie masquée , à l'euthanasie à tombeaux ouverts, si chaudement recommandée par de singuliers néo-humanistes, tels que Monsieur Attali, histoire notamment d'accomplir l'exploit inédit de "sauver notre pauvre sécu ".

Le rouleau compresseur des militants de la transgression permanente est en marche . L'ADMD a déjà stocké près de 40000 directives anticipées avec l'onction de la très " neutre "CNIL.

Le Professeur Sicard, dans son rapport de décembre 2012 préconise lui aussi la nécessité d'inscrire les directives anticipées, définies par la Loi Léonetti, dans le dossier des malades.
Ce dernier a apporté son soutien public au Professeur Sicard dans une émission télévisée au trimestre dernier, en expliquant combien ce rapport s'inscrivait dans le prolongement de sa loi et en recommandant "sagement" de bannir à présent le mot insupportable d'euthanasie, mais d'utiliser (religieusement , ndlr ) celui
de "suicide assisté". C'est tellement plus humain , n'est-ce pas ?

Face à ce monstrueux sujet parmi d'autres , IVG, DPI, PMA, GPA, y-a-t-il pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ?

Non , maintenir l'hydratation ou l'alimentation ne sauraient être assimilé à la réalisation de "traitements" , sinon cela équivaudrait à considérer que la faim et la soif sont des maladies !

Dès lors arrêtons de subir les ruses sémantiques des "finisseurs" de la révolution et autres militants de la transgression permanente. Rendons à César ce qui est à César , certes , mais non moins à Dieu ce qui vient de Lui et Lui seul : la Vie , en premier lieu.
Ce serait déjà redonner corps au terme bradé de "dignité humaine" , qu'il devient urgent de repréciser