À la manière du Christ, faire face à la Révolution

Rédigé par Philippe Maxence le dans Éditorial

À la manière du Christ, faire face à la Révolution

Reculer pour mieux sauter ? Face à l’annonce d’un report de la loi Famille, c’est bien l’impression qui a dominé parmi les opposants à la dénaturation du mariage. Les assurances du ministre délégué à la famille que le gouvernement « garde son cap » confirment la volonté de fondation d’une humanité nouvelle, vieux projet révolutionnaire.

Une volonté révolutionnaire

La Révolution ? Le mot est lâché, mais il correspond tellement aux évènements auxquels nous assistons, parfois incrédules devant leur enchaînement. Cette Révolution n’est pas celle d’un moment de fièvre non maîtrisé, mais cette volonté de subvertir en profondeur l’ordre social lorsqu’il repose sur l’ordre naturel et divin. La Révolution ne s’exprime pas forcément par la violence physique. Sa violence, réelle, peut s’appuyer sur l’apparence de loi, sur la fragilité de l’enfant que l’on détache de sa famille et que l’on endoctrine, sur des livres et des émissions que l’on diffuse, sur des autorités de substitution que l’on impose à la place des autorités naturelles. D’un état d’esprit qu’on instaure dans lequel le normal devient l’exception et l’anormal la règle.

Le petite fille espérance

Face à ce renversement permanent, la tentation est d’user des mêmes armes, mais en sens inverse. À la subversion en opposer une autre. À la manipulation répondre par une autre. Comme si le Christ avait agi de la même manière que les pharisiens. Reconstruire est toujours plus difficile que détruire. Mais en confortant ce qui va dans le sens du bien, du vrai et du beau, nous travaillons pour demain sous les auspices de la petite fille espérance chère à Péguy.

Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

1 commentaire

Par Evariste Marie ZANA, le

Oui le titre le dit tres bien,
A la maniere du Christ, faire face ...
Depuis le debut de son enseignement Jesus nous invites au pardon: ``que celui d`entre vous qui n`a jamais peche jette la premiere pierre``
Notre monde va de travers. c`est vrai et depuis nous cherchons par nos moyens humains a remettre les choses en place, sans succes semble t`il. Mais peut etre est il temps de jeter nos filets de l`autre cote ? Changer le fusils d`epaule ?
Notre monde est blesse, l`amour n`est plus aime. Alors ne condamnons personne a la maniaire du Christ avec la femme adultaire alors seulement peut etre obtiedrons nous la guerrisons ?