Le conflit en Ukraine : moralisme et réalité

Rédigé par Xavier Moreau le dans Tribune libre

Le conflit en Ukraine : moralisme et réalité
Xavier Moreau, géopoliticien, spécialiste de la Russie

Nous avons publié sur cet site jeudi 20 février un appel de Myroslav Marynovych, vice-recteur de l'université catholique d'Ukraine, à propos des événements se déroulant dans son pays. Xavier Moreau, géo-politicien, spécialiste de la Russie et collaborateur du site Realpolitik.tv, apporte ici en réponse une autre vision. On pourra trouver ses autres analyses sur le sujet sur Realpolitik.tv, le site de géopolitique créé par Aymeric Chauprade.

 

Nous avons beaucoup écrit sur l’Ukraine, en essayant d’expliquer l’enjeu géopolitique qu’elle représente pour les États-Unis, la Pologne, l’Allemagne et la Russie. Le conflit qui secoue le pays n’est pas une lutte des gentils manifestants contre les méchants policiers. Nous pourrions, pour répondre du berger à la bergère à Myroslav Marynovych, donner les liens internet où l’on voit les policiers ukrainiens torturés, assassinés, brulés vifs…  mais se jeter les morts et les blessés à la figure ne ferait pas avancer ce débat. Nous nous contenterons donc, de rappeler à Myroslav Marynovych quelques règles de base de la démocratie française, qui pourraient inspirer ses partisans :

– Si une décision du Président ou du Parlement de notre pays, légalement et légitimement élus, ne nous satisfait pas, nous avons le droit de manifester et de voter contre eux aux élections suivantes. Les prochaines élections ukrainiennes ayant lieu en 2015, Myroslav Marynovych n’aura pas longtemps à attendre.

– Le fait d’être, le weekend, entre 100 000, 500 000 ou 1 000 0000 à occuper une place de la capitale ne change pas la première règle, un million de Français peuvent en témoigner.

– Le fait d’être, en semaine, 2000 désœuvrés et armés, ne nous autorise pas non plus, à remettre pas en cause la première règle.

– Si nous dépassons la zone ou l’horaire qui nous sont attribués pour notre défilé, la police nous dispersera. En France, ce sera plus brutalement qu’à Maïdan la première nuit.

– Si quelques milliers de manifestants se barricadent sur la place des Invalides, la police donnera l’assaut immédiatement, jettera les manifestant en prison et condamnera lourdement les meneurs. En France, il est inconcevable, contrairement à l’Ukraine, que les policiers français se fassent incendier par des « cocktails molotov » sans réagir, même si les manifestants sont soutenus par des capitales étrangères.

– Le gouvernement français n’autorisera jamais des bandes armées à occuper une place de la capitale parisienne et à la transformer en camp retranché.

– Comme la plupart des manifestants pacifiques du week-end, Myroslav Marynovych est visiblement mal informés sur l’accord de coopération proposée à l’Ukraine. Il n’a JAMAIS été question de supprimer le régime des visas. Il ne s’agissait pas non plus d’une première étape vers l’adhésion, ni même d’une candidature. Il s’agissait d’ouvrir les frontières ukrainiennes à l’UE et d’adapter la législation ukrainienne aux dizaines de milliers de normes européennes, ce qui prendrait à l’Ukraine une dizaine d’années. Après cela, elle pourrait en effet prétendre à être candidate à l’intégration.

– Même si les Européens prennent des sanctions, cela ne changera rien à la réalité de cet accord, dont vous oubliez qu’il a été préparé par l’ancien gouvernement et souhaité par votre Président. Ce que vous devez réclamer à l’Union Européenne et qui provoquera la signature immédiate de cet accord par Viktor Ianoukovitch, c’est 15 milliards de dollars. Sans cet argent votre pays est en banqueroute immédiate, le hrivna s’effondre, les fonctionnaires ne sont plus payés, les services publics disparaissent.  

– En 1993, Jean-Pierre Chevènement rappelait déjà à Bernard-Henri Lévy, que le rôle d’un intellectuel est de rendre les événements intelligibles et non pas d’attiser les tensions en jouant sur l’émotion. En tant qu’intellectuel, votre rôle est d’inviter vos compatriotes à respecter la démocratie et à choisir leur destin dans le bureau de vote et pas dans la rue.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

4 commentaires

Par Vince, le

En fait je me trompais. Il n'y a pas que Xavier Moreau qui ignore ce qu'il s'est passé à Rennes le 8 février et à Nantes ce samedi ( encore que pour ce dernier cas, M. Moreau ne pouvait pas savoir). Il existe bien une catégorie d'émeutiers en France qui font à peu près ce qu'elle veut, avec une grand mansuétude de la part de la police.

En Ukraine, ce sont les Berkout et non pas les protestataires qui ont tiré les premiers. De plus les premiers morts ne datent pas de la semaine dernière. Mais visiblement certains considèrent que les insurgés de Maidan auraient du se laisser tirer dessus au Kalashnikov comme de lapins sans réagir. Après tout Xavier Moreau écrit bien dans un autre papier que les nationalistes ukrainiens sont des fascistes et il a des suiveurs.
Alors à Kiev comme à Paris un seul mot d'ordre, pas de fascistes dans nos quartiers et pas de quartier pour les fachos, c'est bien ça ?

Les journalistes de l'Huma ne disent pas mieux http://www.humanite.fr/monde/ukraine-le-parti-svoboda-est-fasciste-559608

Par Eric, le

Tout à fait d'accord avec ce qui a été écrit, en France la situation aurait été neutralisée bien avant.
Et pour répondre à Stefanov, je te rappelerai le cas Merah où une centaine de GIGN ont été déployés et l'ont abattu d'une cinquantaine de balles.
Et là je ne prends qu'un cas récent.
Quand des émeutes finissent avec 13 policiers tués, 130 autres blessés par balles, on ne s'étonne pas que l'on neutralise 67 émeutiers par les mêmes moyens.
Et le grand tort de l'ex-gouvernement (parce que je ne sais plus qui gouverne ce pays) est de n'avoir pas réagi fortement dès le début des émeutes.
Maintenant j'attends la suite car à mon avis le feuilleton n'est pas fini

Par Vince, le

Visiblement M. Moreau n'est pas au courant qu'en France certaine catégories de manifestants font ce qu'ils veulent sans craindre la police et la justice. Mais il est vrai qu'à passer trop de temps en Russie on ne peut pas vraiment savoir ce qu'il se passe dans son pays. Ni en Ukraine d'ailleurs.

Par Stefanov, le

Le problème c'est qu'il y a des snipers qui tirent sur les manifestants avec l'autorisation des forces de l'ordre gouvernementales. Ça aussi ça fait partie de la "violence légitime" qu'un État peut exercer sur ses citoyens ?
Ne faites pas trop le cire pompes avec les russes ça manque d'objectivité pour un professionnel de la géo-politique.