Heureuse sédation terminale ou insidieuse exécution capitale ?

Rédigé par Daniel-Ange le dans Politique/Société

Heureuse sédation terminale ou insidieuse exécution capitale ?

Ma mort ? Ne me l’arrache pas ! Ne me l’impose pas !
Le risque effrayant de la nouvelle loi sur la fin de vie est que tous les paramètres légaux vont de suite sauter, comme au Benelux. Et que l’élimination des indésirables, des non économiquement rentables, jugés « non dignes de vivre » (lebensunwerten), soit décidée en douce par un médecin sans scrupule s’arrogeant le droit exorbitant de vie et de mort, sur les plus vulnérables, les plus dépendants de (normalement) nos soins et notre amour.

Comme au Benelux, la confiance étant sapée dans le corps médical, nos anciens s’exileront en Allemagne, où vu les antécédents nazis, la vie est (encore) protégée et garantie jusqu’à son couchant naturel. (1)

En tout cela, on oublie un élément absolument capital. Ma mort, n’est-ce pas finalement (cas de le dire !) l’instant encore le plus précieux, le sommet le plus prestigieux, l’évènement le plus décisif, le tournant le plus important de toute mon existence. La cime vers laquelle tend toute la lente ascension de ma vie. Je ne dois pas en rater l’arrivée. Tel l’alpiniste décrochant deux mètres avant le sommet.

L'acte le plus intime

Ce devrait être l’acte le plus personnel qui soit, le plus intime de tous les actes libres de ma vie. C’est le second des droits de l’homme, après celui de la vie. Ma mort m’appartient comme mon corps m’appartient. Nul n’a le droit de me l’arracher, de me l’aliéner.

Soit d’autres vont décider à ma place de la manière et surtout du moment. Soit on va tout faire pour que je ne m’en aperçoive même pas, ou à peine, à force d’antalgiques majeurs, de neuroleptiques ou d’anxiolytiques hautes doses. On va diminuer mes facultés de connaissance, anesthésier ma conscience, brouiller ma lucidité. Bref, me faire disparaître, sans même que je m’en rende compte.

La richesse des derniers mots

« Abrutir » ainsi une personne, c'est la priver de ces derniers adieux aux siens, souvent seulement quelques mots, mais qui prennent une valeur de testament : « Une seconde de vie peut contenir l'infini. Et les derniers mots qu'on laisse à ses enfants sont chargés d'un poids incomparable. Si c'est un témoignage de vérité, sa fécondité est d'une puissance énorme : le mourant enfante à nouveau, élève à nouveau, porte à nouveau dans ses bras qui sont presque des ailes. Celui qui parle dans la chair d'agonie, son enseignement, quand bien même il se réduirait à un battement de paupière, est inoubliable. C'est pourquoi les vivants ont besoin des mourants, qui sont des vivants à l'extrême. » (2)

On risque bientôt de ne plus pouvoir recueillir ces merveilleuses ultimes paroles dont l'ensemble forme un trésor d'humanité et de sainteté. (3)

Bien sûr, il faut par ailleurs aussi médicalement me soulager un maximum d’une trop forte souffrance physique, car elle aussi me déshumanise, m’enferme dans le biologique, m’obsède et par là porte atteinte à ma lucidité, trouble ma sérénité, affaiblit ma combativité. (C’est toute la question du dosage des analgésiques)

Au mieux, on va minimiser, banaliser, relativiser un max. Oh ! mais ce n’est rien. Un simple petit mauvais moment à passer, qui passe très vite. Faut pas s’en faire !

Alors qu’en réalité, c’est le plus grand moment de toute ma vie !

Ces « disparitions » – comme le disent maladroitement des journaux dits cathos – mine de rien, faits divers parmi d’autres, mais c’est tragique !

Ces pauvres gens partent tels des bêtes ou des larves, complètement amorphes, dans l’ignorance de ce qui se passe : c’est un des plus grands drames d’aujourd’hui. Du même ordre que ces stérilisations forcées, imposées, non seulement sans le consentement de la femme mais sans même qu’elle en ait conscience (simple piqûre sous prétexte d’une grippe !) (4)

Certaines personnes d’ailleurs préfèrent partir ainsi. Pourquoi ?

Pourquoi ? La plupart du temps, parce que personne n’a osé leur parler du sens profond et des enjeux de ce départ, encore moins les y préparer.

Déposséder une personne de sa mort, n’est ce pas l’amputer de quelque chose d’essentiel à sa vie ?

Me déposséder de ma mort, c’est amputer ma vie

La liberté suppose l’amour. Et l’amour conditionne la liberté. Si je veux faire de ma mort le plus grand, le plus bel acte d’amour de ma vie, et mettre le comble à ma lente croissance en Charité divine, tout au long de ma vie, alors, il me faut être lucide.

Paradoxalement, c’est au moment où je perds toute autonomie physique, où je suis le plus dépendant des autres, que ma liberté intérieure peut être la plus grande.

À cette heure, je ne suis plus dépendant du regard des autres, du qu’en dira-t-on, du souci de ma réputation qui m’a tellement conditionné, sinon paralysé. Tout cela paraît d’une telle futilité. Je ne puis être que moi-même, tel que je suis, en vérité, tout nu. Tout cela pour dire l’importance d’être conscient, lucide, clairvoyant, sur ce que je vis, sur ce qui m’attend.

Qu’on ne m’aliène pas cet instant unique

J’ai le droit strict de le vivre en plénitude. C’est bien pour cela que l’Église prie pour qu’une mort brutale me soit épargnée.

Demandons à nos prêtres de célébrer régulièrement cette si belle messe « pour la grâce d’une bonne (et donc : belle) mort ». (5) [n° 43 dans le missel]

C’est parce que je ne suis jamais sûr que je pourrai vivre cet Instant, en toute conscience et lucidité, que je puis dès maintenant, étant encore pleinement lucide, offrir mon passage, en faire le plus bel acte d’amour de ma vie.

Régulièrement, par exemple à l’occasion de mon anniversaire, renouveler cette Offrande.

Ou bien, en apprenant le départ d’un être cher : « Seigneur, je ne sais pas quand, ni comment, ni où, ni en quelle circonstance, tu me rappelleras à Toi. Je ne sais même pas si je serai conscient à ce moment-là, alors, aujourd’hui, d’avance, je veux remettre mon âme entre tes mains, m’endormir dans tes bras de Père, en toute confiance, t’offrant ma vie, dans un maximum d’amour possible, comme et avec Toi. »      

S’ils sont croyants, ceux qui l’entourent – aides-soignants, infirmier(e)s, surtout la famille –, ont un rôle primordial pour aider un baptisé à partir voir Dieu. C’est un devoir de stricte vérité, de réelle charité, de lui parler de la vraie réalité qui est en cause, si bien illustrée par les belles images ici évoquées, et ainsi lui permettre de vivre sa Pâques.

Bref, d’un mot : voler ma mort, c’est violer mon cœur.

Ma vie m’a été donnée. Je l’ai reçue. Tout au long de mon passage sur terre, je puis en faire ce que je veux : Dieu me l’a confiée, l’a remise aux mains de ma liberté. Mais la fin terrestre de cette vie reçue ne m’appartient pas non plus. Elle est à Celui qui me l’a donnée. C’est à Lui d’en choisir pour moi et le temps, et le lieu, et les circonstances, aussi déroutantes soient-elles. Comme Il a choisi celles de ma venue au monde, aussi déconcertantes puissent-elles être.

La conception comme la « disparition » de l’horizon terrestre, ma naissance sur terre comme ma naissance au Ciel sont les deux moments clefs qui n’appartiennent qu’à Dieu, ne relèvent que de Lui, ne dépendent que de Lui. Bien sûr à nous d’influer sur ce moment par notre manière de vivre, pour que ce soit le plus beau moment de ma vie, mais pour le reste : la balle est dans son camp.

Bref, il me faut avoir la nostalgie de l’éternité, mais sans jamais l’anticiper. S’arracher soi-même à la vie, n’est-ce pas provoquer une naissance prématurée, avec forceps ? Désirer le Ciel ardemment, mais sans jamais y faire effraction. Sinon par la louange, l’action de grâce et surtout l’amour.

Le péché originel du XXIe siècle

Voici le péché originel actualisé : je refuse net de dépendre d’un autre. Je suis autonome. Je décide de la vie à sa conception. Je mets la main sur gènes, ovocytes, sperme.

Logiquement, je décide, moi, de la fin : où, quand, et comment. On manipule les deux seuls moments où Dieu a tout à dire. On les lui arrache. Car il s’agit de « se rendre maître de la mort en la provoquant par anticipation » (Evangelium vitæ n. 64).

La mort est décidée, hâtée, accélérée, provoquée, donnée (mais le mot est trop beau), imposée plutôt.

Paradoxe : on abolit la peine de mort dans le social, et on la promeut à l’hôpital, lucidement voulue, décidée. On se lamente devant le plus déchirant des drames pour familles et proches qu’est un suicide, et on légalise tranquillement le suicide assisté.

 

1. Voir mon : SOS ! La vie on la tue…, Éditions du Jubilé, pp. 89 ss. et La mort et l’Au-delà,  pp. 105 ss.
2. Fabrice Hadjdadj, Réussir sa mort, Points, p. 170.
3. Dans La Passerelle vers l’Éternel, j’en citerai certaines (à paraître aux éditions des Béatitudes).
4. Cas généralisé dans bon nombre de pays pauvres.
5. Tout prêtre de rite latin peut célébrer une des 43 messes à intentions particulières, comme aussi une des nombreuses messes votives, n’importe quel jour de semaine où il n’y a pas de fêtes de saints prévus, en temps liturgique Ordinaire.

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire