Grâce aux donateurs particuliers, un morceau de patrimoine revient en France

Rédigé par Odon de Cacqueray le dans Culture

Grâce aux donateurs particuliers, un morceau de patrimoine revient en France
Livre d’Heures de François Ier © S.J. Phillips

Au terme d’une levée de fonds un peu particulière débutée au début du mois d’octobre 2017, le Louvre a réuni la somme nécessaire à l’acquisition du Livre d’Heures de François Ier, à peu près huit millions de livres sterling.

De petit format, moins de 10 centimètres, ce livre est la seule reliure précieuse connue à ce jour pour les règnes de François Ier et des derniers Valois. Il est passé entre les mains de François Ier, qui l’a offert à sa pièce, mais aussi entre celles d’Henri IV et de Mazarin, qui possédèrent également cet objet. Ce joyau du trésor royal, chef d’oeuvre d’orfèvrerie et de joaillerie, est classé « d’intérêt patrimonial majeur ».

Arrivé en Angleterre au XVIIIe siècle, il aura fallu pas moins de 3 ans de négociation pour que son propriétaire, accepte de se séparer de cette oeuvre afin qu’elle revienne sur son sol natal. Afin que la France par l’intermédiaire du Louvre recouvre cet objet, il fallait tout de même réunir la bagatelle de 8 millions de livres sterling. C’est dans ce cadre qu’a eu lieu cette campagne de don, différentes des campagnes classiques pour ce type d’achats, du fait qu’elle ne ciblait pas seulement des entreprises (à même de donner de plus gros montants) mais aussi des particuliers. 

Depuis 2010, date à laquelle le Louvre a mis en place la première campagne de ce type ( 7 200 donateurs pour une levée de 1 260 000€ afin de racheter Les Trois Grâces de Lucas Cranach ), il y a eu 8 campagnes du même type. Que ce soit pour la restauration d’un élément d’architecture cairote, une statuette d’ivoire ou encore l’achat de tableaux. Pour cette dernière campagne la somme amassée est inédite. 1,4 millions d’euros alors même que l’objectif n’était que d’1 million. Ceci étant rendu possible par 8 500 donateurs particuliers, dont 55% primo-participants. 

Il faut noter que le groupe LVMH (Moët Hennessy - Louis Vuitton) qui s’était engagé aux côtés du Louvre pour cette campagne Tous mécènes !, avait annoncé participer à hauteur de 5 millions. À ce soutien exceptionnel, le groupe a décidé d’ajouter 2,9 millions permettant ainsi de finaliser l’achat.

Trois aspects intéressants sont à relever : Tout d’abord le retour d’une partie du patrimoine français et sa protection, ensuite, la richesse du patrimoine religieux. Dans ce livre particulier de 12 pages, chaque page est illustrée pour porter vers la prière, psaumes, heures mariales, offices particuliers, la richesse de l’ouvrage contraste avec sa petite taille. Enfin cette oeuvre revient en France en grande partie grâce aux donateurs particuliers. Symboliquement c'est un signe très fort de l'intérêt qui subsiste chez nos contemporains pour l’histoire de France. 

 

Nous sommes ici en présence d’un livre d’heures, c’est à dire un livre qui, à la différence d’un bréviaire, est à destination des fidèles. Passés de mode, ces livres étaient utilisés principalement pour suivre la liturgie des heures, mais ils avaient d'autres fonctions, comme une aide à la méditation. Il n’existe pas de livre d’heures type, couramment, ils sont composés de brêves prières accompagnées de belles illustrations tendant à élever l’âme du fidèle qui l’utilise. Ce fût un des moyens de suivre l’exhortation de saint Paul : « Priez sans cesse ! » (1 Thessaloniciens 5:17).

 

Réseaux sociaux