Notre quinzaine : Pour retrouver notre liberté intérieure…

Rédigé par Philippe Maxence le dans Éditorial

Notre quinzaine : Pour retrouver notre liberté intérieure…

La chasse est ouverte…

En France, les dernières semaines ont notamment été occupées par la traque aux « fausses nouvelles » que le jargon en cours s’évertue à nous imposer sous le terme de « fake news ». Avec la « Loi de fiabilité et de confiance de l’information », le ministère de la Culture a donc travaillé à la mise en place d’une nouvelle législation qui vise essentiellement les canaux de diffusion, principalement l’univers numérique, considéré aujourd’hui comme trop incontrôlable.

Il ne s’agit évidemment pas ici de prendre la défense de cette forme de chasse, d’un nouveau type, qui ressemble par bien des aspects à un nouvel épisode de l’extension du territoire de ce que l’écrivain britannique George Orwell a baptisé du nom de « Big Brother » dans son roman 1984. La liberté étant en jeu, on en profitera plutôt pour relire l’importante encyclique de Léon XIII, Libertas Praestantissimum, qui rappelle ce qu’est exactement la liberté ainsi que les limites qu’elle rencontre, évitant de tomber dans les écueils jumeaux du refuge dans la servitude ou dans l’absolutisation de la liberté.?1

 

Politique familiale et baisse de l’avortement

Heureusement, il n’y a pas que les fausses nouvelles ! En sens inverse, par exemple, la Hongrie affiche aujourd’hui un bilan particulièrement positif dans le domaine de la politique familiale. Intervenant le 21 mai dernier, à Rome, dans le cadre d’une réunion organisée par l’Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille, la jeune secrétaire d’État à la famille de Hongrie a pu ainsi évoquer les résultats obtenus par son pays : « Le nombre des mariages est passé de 35 520 en 2010 à 50 600 en 2017. Le nombre de divorces a baissé, de 23 873 en 2010, à 18 600 en 2017. Le soutien de l’État aux familles a fait baisser le nombre d’avortements de plus d’un tiers : de 40 449 en 2010 à 28 500 en 2017. »2

Hasard ? Pas du tout ! La loi fondamentale de ce pays accorde, en effet, une importance particulière à la famille et au mariage naturel entre un homme et une femme. Tout logiquement, l’État appuie une politique démographique qui repose sur tout un arsenal, allant des allocations familiales à l’aide aux frais de garde à domicile des enfants en passant par un programme de logements familiaux qui inclut notamment l’aide à l’accession à la propriété. Symbolique et révélateur : depuis 2014, les affaires familiales sont séparées des affaires sociales. Avoir une famille, mettre au monde des enfants, ne rime plus mentalement avec pauvreté.

 

Face à l’asservissement

Quelles leçons en tirer ? Malgré plus de quarante ans de communisme et deux décennies de libéralisme, cet exemple témoigne des vertus de la politique, qui, conforme à la loi naturelle et dans la perspective du bien commun, crée les conditions d’une vie sociale normale, notamment en replaçant la famille à la base de la société. Mais au préalable, il faut bien convenir que la Hongrie est parvenue à se libérer des formes modernes de la servitude.

Et la France ? Un tel chemin doit être emprunté en toute urgence, afin de rendre possible, spirituellement et intellectuellement, ce qui doit se traduire un jour politiquement.

Intellectuel allemand, d’origine sud-coréenne, Byung-Chul Han en donne clairement les raisons en faisant ressortir que le climat de liberté dans lequel nous baignons, et auquel nous adhérons spontanément, ainsi que le conformisme qu’il génère, finissent par nous asservir de manière beaucoup plus efficace que le totalitarisme de grand-papa : « À la place d’une autorité manifeste, une autorité “anonyme” règne. Elle revêt la forme du sens commun, de la science, de la santé psychique, de la normalité. »3 Cette analyse rejoint, d’ailleurs, sous d’autres mots et dans un autre contexte, celles d’Augustin Cochin auquel nous consacrons le dossier de ce numéro. Ce dernier avait analysé les moyens mis en œuvre pour conduire à une nouvelle socialisation au moment de la Révolution française. Nous sommes confrontés aujourd’hui à une nouvelle normalité.

Heureusement, le christianisme nous offre les armes pour rompre avec cette servitude en mettant nos pas dans ceux de Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie. Plus que jamais être chrétien revient à être (vraiment) libre. Deo gratias !

 

 

1. Disponible sur le site du Vatican.

2. Cité par le blog d’Yves Daoudal.

3. Byung-Chul Han, Psychopolitique. Le néolibéralisme et les nouvelles techniques de pouvoir, p. 25, Circé, 120?p., 15 e.

Ce billet a été publié dans L'Homme Nouveau, je commande le numéro

Réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

Après validation par l'Homme Nouveau, le commentaire sera mis en ligne sur le Blog.
Pour commenter cet article, veuillez remplir le formulaire suivant :

* Champs obligatoires

Aucun commentaire