Les grands vaincus de l’Histoire

Rédigé par Philippe Maxence le dans Culture

Les grands vaincus de l’Histoire

C’est tout un art d’être un vaincu. Et un art difficile ! À cet exercice, quelques-uns franchissent pourtant la barre, à l’instar de sainte Jeanne d’Arc, Charette ou Robert Lee, le généralissime des armées sudistes contre la statue duquel des idéologues sans racines ni mémoire s’échinent aujourd’hui. 

Mais, au fait, pourquoi parler des vaincus, et de ces vaincus-là, alors que notre époque révère plus que tout le teint frais et l’insolente réussite ? Tout simplement parce que Jean-Christophe Buisson et Emmanuel Hecht ont décidé de braquer leurs projecteurs sur treize destinées bousculées par l’Histoire. Étrange renversement, mais qui éclaire pourtant beaucoup sur la nature humaine et sa fragilité : grandeur de l’échec, leçon du désastre, méditation sur le destin contraire et les occasions manquées. D’Hannibal à Nixon, de Cléopâtre à Che Guevara, en passant par Montezuma, le duc de Guise, le Grand Condé, Trotski ou encore Chiang Kai-Shek, les causes de leur élimination sont bien différentes. Pourtant, les portraits écrits ici à quatre mains, et avec un art consommé de la nuance, pourraient servir de bréviaire à nos modernes chefs d’État. Mais prennent-ils encore le temps de lire, non dans le marc de café, mais les leçons du passé ?

Les grands vaincus de l’Histoire, Jean-Christophe Buisson et Emmanuel Hecht, Perrin, 410 pages, 21€.

 

 

Réseaux sociaux