Les Folies parisiennes

Rédigé par François Foucart le dans Humeur

Les Folies parisiennes

La folie politique, la bêtise, la démagogie ne savent plus où donner de la tête, à tel point que c’en est comique ! Notamment à Paris où le maire, Madame Hidalgo, a concocté un effarant questionnaire adressé aux Parisiens concernant le budget.

Les priorités devraient concerner : d’abord, le logement hors de prix par la faute des requins de l’immobilier et des propriétaires rapaces. Ensuite, la sécurité : certains quartiers ne sont plus soumis aux lois de la République, la violence est effrayante, les politiques et les médias soumis, la police impuissante, la justice inexistante. Enfin, la plaie du chômage.

 

 Au lieu de tout cela, voici ce que nous propose la Mairie de Paris : Voulez-vous…

  • Une voirie pour toutes les mobilités (quescequecesksa) ( ?)
  • Une ville plus inclusive ( ?)
  • Du sport pour tous DANS LES QUARTIERS POPULAIRES (les autres peuvent crever, ne votant pas Madame Hidalgo).
  • Prévenir et guérir, priorité santé DANS LES QUARTIERS POPULAIRES.
  • Paris championne du climat ( ?)
  • Des cours d’école fraîches et végétables ; des jeux gratuits partout dans la ville ( !)
  • Vers une économie solidaire DANS LES QUARTIERS POPULAIRES.
  • De l’art et des livres à portée de main ? Des jeux et des loisirs pour tous sur les rives de la Seine ( !)
  • Barbès-La Chapelle, une promenade lumineuse et solidaire ( ?). Etc., etc.

Tout cela est d’abord nul. La municipalité parisienne ignore les souhaits et les difficultés des Parisiens, elle ne vit que dans le prisme des bobos, des bourgeois de gauche et des cyclistes écolos. C’est un rêve intello permanent, c’est l’utopie socialiste.

Il faut reconnaître qu’à Paris certains services publics – et malgré d’énormes difficultés – fonctionnent bien, mais la Mairie n’y est pour rien ! Par exemple, la RATP (malgré le verbiage permanent des haut-parleurs sur les quais) ou les hôpitaux compétents et consciencieux.

Pour le reste et la vie quotidienne il faudrait, enfin, en revenir au bon sens et à l’application de la loi au lieu des calembredaines que l’on nous propose.

 

Réseaux sociaux