Miró, le peintre catalan, au Grand Palais

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

Miró, le peintre catalan, au Grand Palais
Joan Miró, La Ferme (1921-1922), États-Unis, Washington, National Gallery of Art, don de Mary Hemingway, 1987 © Successió Miró / Adagp, Paris 2018. Photo National Gallery of Art, Washington.

C’est un univers souvent étrange qui accueille le visiteur de l’exposition Miró au Grand Palais. Après quelques peintures figuratives, des œuvres de jeunesse, marquées par le fauvisme et le cubisme (La Rose 1916, Homme à la pipe, 1917), d’autres pleines de naïveté dans leurs dessins détaillés (l’amusant Potager à l’âne, 1918, ou la surprenante Ferme, 1921-1926), semblent annoncer celles qui vont suivre. C’est-à-dire un ensemble de toiles à la fois très construites et absurdes comme le sont souvent les rêves. Et cela vaut la peine de s’y arrêter. Le Carnaval d’Arlequin (1924-1925) montre un monde hallucinatoire à la Jérôme Bosch (mais sans référence religieuse) où se mêle une échelle, un dé, des petits animaux imaginaires étonnants... Plus loin, Le Chien aboyant à la Lune (1926) ou le Paysage au coq (1927) aux joyeux aplats de couleurs, toujours oniriques, sont chargés d’humour. Un univers flottant suit avec ses étranges constellations. Mais au fil des salles, l’inspiration du maître semble conduire à un certain vide, une peinture peut-être trop cérébrale qui finit par perdre de sa verve et de sa touchante poésie.

Joan Miró (1893-1983), peintre catalan, fils d’un horloger orfèvre, eut très jeune un goût marqué pour le dessin. En même temps qu’une école de commerce, il suit des cours à l’École des beaux-arts de la Lonja de Barcelone. À la suite d’une maladie, il part se reposer à la campagne à Montroig dans une ferme que sa famille vient d’acquérir et qui deviendra un lieu privilégié pour son inspiration. Entre 1920 et 1924, il partage son temps entre cette campagne et Paris où il a pour voisin André Masson. Après diverses expériences plastiques, il se met à la céramique et la sculpture dont un bon nombre est présenté dans l’exposition. À Majorque il réalise d’immenses triptyques. Entre 1956 et 1983, Miró a atteint une grande célébrité… Il meurt le 25 décembre 1983 à Palma de Majorque.

 

Jusqu’au 4 février 2019. Grand Palais, 3 avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris.

Tél. : 01 44 13 17 17.

Lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h. Mercredi, vendredi et samedi de 10h à 22h. Fermeture le mardi. Pendant les vacances de Noël du samedi 22 décembre 2018 au samedi 5 janvier 2019 : ouverture tous les jours sauf le mardi de 10h à 22h. Fermeture à 18h les 24 et 31 décembre 2018

 

Réseaux sociaux