Un rêve d’Italie : la collection du marquis Campana

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

Un rêve d’Italie : la collection du marquis Campana
Maître des Cassoni Campana, Thésée et le Minotaure. Dépôt du musée du Louvre – Avignon, musée du Petit Palais © L’œil et la mémoire/Fabrice Lepeltier

Un nombre considérable d’œuvres splendides qui ornent les cimaises et les vitrines du musée du Louvre provient de la collection Campana dont l’origine est plutôt rocambolesque. C’est le thème de l’exposition temporaire actuelle de ce musée, qui présente un grand nombre d’acquisitions de ce grand amateur d’art, archéologue, mécène, philanthrope, tellement passionné qu’il en devient malhonnête et puise dans les caisses du Mont-de-piété dont il était le directeur. Il est arrêté en 1857 puis exilé et son immense collection est vendue. Elle attire les Russes, les Français (Napoléon III), les Anglais, devenant ainsi européenne…

Des aquarelles présentant ses sites d’exposition en différents lieux de Rome ouvrent le parcours. Ce collectionneur, issu d’une famille aisée amatrice d’art, avait un attrait certain pour l’art gréco-romain trouvé ou acheté dans la péninsule italienne. De très beaux vases antiques peints, de superbes terres cuites étrusques, dont le fameux Sarcophage des époux (v. 520-510 av J.-C.) qui est un des fleurons du Louvre, mais aussi un magnifique Buste d’Ariane, en terre cuite, provenant d’une statue en pied, d’étonnants objets en verre, de beaux bijoux, des sculptures en marbre, une imposante main en bronze de Constantin (provenant de Rome) qui vient de retrouver son index (conservé jusqu’ici au Louvre), en témoignent. Et puis, il y a des peintures de toute beauté. La monumentale Croix peinte de Giotto, La Bataille de San Romano de Paolo di Dono, dit Ucello en sont des exemples que le Louvre garde en ses murs, mais il y a aussi des tableaux de tailles plus modestes éblouissants dont une douce Piéta, d’un peintre siennois du XIVe siècle, du musée du Petit Palais d’Avignon… 

Des pièces uniques rassemblées par l’« œil » exceptionnel d’un collectionneur hors du commun : Giampietro Campana !

À ne pas manquer !

Jusqu’au 18 février 2019. Musée du Louvre, Hall Napoléon. Ouvert de 9h-18h, nocturne mercredi et vendredi jusqu’à 22h. Fermé le mardi.

 

 

 

 

Réseaux sociaux