Fernand Khnopff, le maître de l’énigme

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

Fernand Khnopff, le maître de l’énigme
Souvenir de Flandre. Un canal (1904). © Collection The Hearn Family Trust, New York.

À Paris, au Petit Palais une exposition présente l’œuvre du peintre belge, Fernand Khnopff (1858-1921). Ce symboliste est un maître de la perfection, ses œuvres sont en effet très poussées, parfaites, d’une coloration délicate toujours harmonieuse et ce sont ses paysages ardennais qui arrêtent notre regard. Dans une atmosphère de silence, de solitude, voire de tristesse, il peint avec justesse, au moyen d’une matière lisse, A Fosset. De la pluie (1886). On y retrouve la lumière basse et le ciel plombé de cette belle région un peu austère. L’herbe verte et l’eau si présente dans ce pays humide est illustré avec Le Pont à Fosset (1897) et le somptueux tableau de L’eau immobile (1894) aux poétiques reflets. À Fosset, les sous-bois (1894), les troncs alignés sur un subtil sol orangé attendent une présence qui ne se manifeste pas. On peut penser à Maurice Denis qui, dans une même situation, ajouterait des êtres célestes… 

De beaux dessins représentant la ville de Bruges où il vécut enfant, des pastels, des fusains, quelques sculptures sont aussi donnés à voir. Son talent de portraitiste le fait connaître. Ses portraits d’enfants sont particulièrement réussis, même s’il leur donne un sérieux étonnant. Sa sœur fut son modèle préféré jusqu’à son mariage. Il utilise également la photographie pour parfaire son travail ou pour réaliser des portraits de personnes décédées ainsi le touchant portrait de Marguerite Landuyt, (1889), décédée à 20 ans. Alors que les années passent, sa vision de la femme montre sa méfiance à leurs égards (Méduse, 1900, bronze)…

Il y a des influences de Whistler pour les paysages, de Gustave Moreau dont il fut un des élèves, et d’Odilon Redon pour ses fleurs… puis des préraphaélites qu’il fréquenta en Angleterre. Sa peinture « mystique », comporte de nombreux symboles hermétiques et semble davantage marquée par la musique de Wagner que celle de Schumann qu’il admirait pourtant. 

Du talent au service de l’étrange !

Jusqu’au 17 mars 2019. Petit Palais, avenue Winston Churchill 75008 Paris. Tél. : 01 53 43 40 00. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Vendredi jusqu’à 21h pour les expositions temporaires. Fermé le lundi.

 

 

Réseaux sociaux