Quand l’Amérique se rebiffe : le pays des lois

Rédigé par Henry Lobster le dans International

Quand l’Amérique se rebiffe : le pays des lois

De toutes les images que l’on a des États-Unis, il en est une qui mériterait plus d’attention : celle qui illustre ce pays des lois. Elles sont innombrables. D’autant que, fédéralisme oblige, il existe les lois qui s’appliquent à l’ensemble du pays et les lois qui ne s’appliquent qu’à chacun des États. Elles se superposent, s’imbriquent, se complètent souvent, se contredisent parfois. La quasi-totalité régente gravement la société. Mais quelques-unes, grappillées par Marie Demeulenaere, apparaissent carrément farfelues. En Arizona, par exemple, il est interdit de faire dormir les ânes dans une baignoire. La loi date de 1924. Un paysan avait l’habitude de laisser sommeiller son âne dans une vieille baignoire. La crue tumultueuse d’une rivière emporta le tout. On sauva l’animal de justesse. En Alaska, si on vous surprend en train de réveiller un ours pour le prendre en photo, vous auriez 250 dollars d’amende. La loi est formelle : un ours à droit au repos. Dans l’Idaho, vous iriez en prison pour quelques heures si on vous saisit en train d’offrir une boîte de chocolats de vingt-deux kilogrammes. L’origine de cette loi est assez floue. On pense qu’elle fut votée après le brutal arrêt du cœur d’une gourmande qui allait attaquer son vingt-troisième kilogramme de chocolat. Les amateurs de déguisements sont priés de redoubler d’attention lorsqu’ils franchissent les frontières de l’Alabama. Dans cet État, une loi prohibe le port d’une fausse moustache dans une église. On présume que l’éventuelle découverte de l’accessoire postiche par les fidèles pourrait déclencher une hilarité générale. En Arizona encore, interdiction de chasser le chameau. Y en a-t-il ? Mystère. En 1855, l’armée américaine importe plusieurs troupeaux de chameaux du Moyen-Orient dans le but de transporter du matériel entre l’Arizona et le Texas. En 1865, après la guerre de sécession, on remplaça ces bêtes du désert par le train. Les chameaux s’égaillèrent dans la nature où ils devinrent la cible des chasseurs. D’où la loi.

Notre dernier numéro est disponible ici !

 

Réseaux sociaux