Au quotidien-n°14 (Revue de presse du confinement)

Rédigé par la rédaction le dans Politique/Société

Au quotidien-n°14 (Revue de presse du confinement)

Chaque matin, la rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une courte revue de presse, principalement axée sur la réflexion (sans dédaigner l'information pure). Nous ne cherchons pas d'abord à faire du clic, pour nourrir des statistiques et l'auto-satisfaction. Notre démarche est plus simple et repose sur une conviction presque simpliste : « demain se prépare aujourd'hui ». Dans ce sens, depuis des années, L'Homme Nouveau propose un regard différent, loin des clivages faciles dans le but d'offrir les outils conceptuels, les habitus de réflexion pour reconstruire une société humaine et chrétienne.

 

Où en est le système s’interroge Philippe Mesnard dans son éditorial de Politique Magazine (avril). Vers quoi se dirige-t-il ?

Cette pandémie est unique par tout ce qu’elle met à nu : les vices de la mondialisation, l’aveuglément des élites humanistes, la crispation idéologique de l’Union européenne, l’incurie française, les mensonges de la technocratie, l’égoïsme des politiques, la fragilité de nos économies, la dictature du sentiment… Car à quoi bon nous faire applaudir des médecins et des infirmières qu’on ne peut pas, qu’on ne sait pas, qu’on ne veut pas équiper ? Pourquoi invoquer sans cesse la science comme boussole quand la même science, ailleurs, indique un nord différent ? Pourquoi avoir nié la crise de longues semaines, de long mois, pour reprocher ensuite aux Français leur inconscience ? Pour justifier que tout change pour que rien ne change. Voilà Macron, encore une fois, capable de nous expliquer qu’il est l’homme providentiel quand il est clair que lui, ses ministres et leurs conseils ont précipité la France dans une telle ornière qu’on n’imagine pas comment en sortir. Les administrations sont incapables de réagir, elles découragent les bonnes volontés privées qui se manifestent, n’imaginent rien de mieux que d’expédier à la campagne les chômeurs, mettent en place des consignes contradictoires et tatillonnes, qu’une police applique, selon les cas, avec une sévère idiotie (cette femme verbalisée pour être allée abreuver ses chevaux en pleine campagne, sous prétexte que ce n’était pas vital !… pour ne citer que ce cas) ou un laxisme nonpareil, comme à Saint-Denis, où les journalistes suisses du Temps décrivent un territoire qui n’est pas régi par les même règles.

Le confinement obligé permet de rappeler que, même au plan naturel, l’homme a besoin de rituel. C’est ce que souligne une étude publiée dans l’AFS (avril) sous le titre Du rituel dans la vie ordinaire :

Le rituel a aujourd'hui mauvaise presse, car il est compris comme synonyme de statique, de figé, de réactionnaire. Ce qui est chanté de nos jours est plutôt le changement, le neuf, le surprenant, "ce qui bouge". Tout doit participer à cette œuvre du progrès et les règles, jusqu'alors immuables, doivent être précipitées dans les précipices du passé, sans espoir de retour. (…) Plus que jamais, il est nécessaire de se raccrocher à des rites légitimes pour tenir bon dans la vie familiale notamment. Ce sont ces coutumes répétées qui forment comme un ciment unifiant les différents membres de la famille. Chacun s’y plie de bonne grâce car bien conscient de la nourriture intérieure qu’il reçoit ainsi. Sachant que la vie privée est l’îlot sur lequel s’élabore la résistance actuelle contre l’effondrement des mondes, il est d’autant plus précieux de l’entourer de rites qui lui permettent de demeurer droite et ferme. Par exemple, il n’est pas inutile d’être éduqué en respectant les règles de la politesse et de la courtoisie. Les révolutionnaires de 1789 avaient bien compris que le vandalisme contre la pierre devait s’accompagner de la destruction de l’esprit. Aussi édictèrent-ils des lois pour mettre à bas l’ancienne et exquise politesse qui réglait les rapports humains, jusque dans les plus humbles campagnes, sous la monarchie. En nivelant ainsi par le bas les relations entre les hommes, ces nouveaux maîtres espéraient vaincre toute opposition : abandon des titres, tutoiement obligatoire, mise à l’écart de toute formule de politesse, etc. (…) Il ne s’agit pas d’être "à cheval sur les principes", car cela n’a rien à voir avec le respect d’un rituel. Les sans-culottes étaient à cheval sur les principes et ces derniers conduisent toujours à la mort. Un rite fait vivre, il adoucit les mœurs et huile les rouages qui, sinon, sont grinçants et rouillés.

Bon constat d’ensemble dans le magazine de gauche Politis (4 avril) sur la dimension de la crise que nous traversons, même si on reste un peu sur sa faim, notamment en terme de préconisations :

La crise sanitaire que vit le monde aujourd’hui du fait de la pandémie de coronavirus est l’une des dimensions d’une crise beaucoup plus globale, anthropologique et philosophique, une crise de la modernité technique. Cette crise a aussi des facettes écologiques, sociales, économiques, financières et politiques. Il ne faut pas les envisager séparément, mais d’un même mouvement, comme différentes manifestations d’une seule et même crise profonde, celle de nos rapports à la nature et à la société. Ces derniers sont caractérisés entre autres par une volonté de maîtrise étendue, une hubris proprement prométhéenne. Il s’agit d’exploiter, de produire, de posséder toujours plus. (…) Enfin, toujours au nom de la recherche de la puissance économique, les gouvernements occidentaux ont glorifié l’individualisme et procédé à la destruction systématique des services publics et des solidarités collectives. Les modes de gestion étatiques étant jugés pas assez efficaces, il fallait laisser entrer la logique du marché dans l’hôpital, les écoles, l’université… D’où des économies drastiques et la situation de pénurie généralisée qu’on connaît aujourd’hui. La pandémie actuelle, grain de sable dans la grande machine économique, dévoile l’illusion d’un contrôle total poursuivi par nos gouvernants et nos sociétés. Elle nous enjoint l’humilité et le sens des limites.

 

 

La Revue de presse de L'Homme Nouveau ne se contente pas de proposer des informations éphémères, mais vous offre aussi de découvrir des réflexions. Elle est là pour nous inviter à réfléchir. En ce sens, elle ne perd (presque) rien de son actualité. Elle se lit et se relit.

Au quotidien n°13

Au quotidien n°12

Au quotidien n°11

Au quotidien n°10

Au quotidien n°9

Au quotidien n°8

Au quotidien n°7

Au quotidien n° 6

Au quotidien-n°5

Au quotidien-n°4

Au quotidien-n°3

Au quotidien-n°2

Au quotidien-n°1

 

 

Réseaux sociaux