L'exposition | La Force du dessin : chefs-d’œuvre de la collection Prat

Rédigé par Céline Vicq le dans Culture

L'exposition | La Force du dessin : chefs-d’œuvre de la collection Prat
Seurat, La femme accoudée à un parapet, XIXe siècle. Crayon Conté, 24,1 x 16 cm, Collection Prat.

Issue d’une collection privée conçue avec passion mais aussi érudition, la sélection des dessins de Louis-Antoine Prat (écrivain, chercheur, enseignant à l’École du Louvre) et de son épouse Véronique (journaliste), présentée au Petit-Palais de Paris est remarquable. Suivant un parcours chronologique, elle forme une sorte de résumé de l’histoire du dessin du XVIIe au début du XXe siècle. Les plus grands noms d’artistes français y sont représentés et c’est un véritable plaisir pour les yeux que de découvrir ces feuilles magnifiques. 

Sur papier gris-beige, une émouvante étude d’un Christ mort, de son beau visage et d’une main saisissant un poignet réalisée à la pierre noire avec des rehauts de craie blanche par Jean-Baptiste de Champaigne (1631-1681), neveu du peintre Philippe du même nom, montre le travail préliminaire de l’artiste avant la réalisation d’une peinture. Ailleurs, un beau profil de jeune femme, de Simon Vouet (1590-1649), dessin à la fois spontané et poussé, à la pierre noire et sanguine avec des rehauts de pastel, préfigure la peinture du visage de la Vierge en adoration devant l’Enfant (Musée de Rotterdam).

Il y a aussi des dessins de Girodet (1767-1824), Turc tourné vers la droite, si expressif, de Géricault (1791-1824) à la plume bouillonnante, des œuvres plus statiques d’Ingres (1780-1867) aux traits précis et un peu froids (La Communion à Rome) puis d’étonnantes esquisses de Delacroix (1798-1863). Exécutées rapidement à la plume à la fin de sa vie, elles illustrent des thèmes religieux (La Cène, Tobie et l’Ange, Le Christ devant Pilate, Ecce homo). En les regardant, on ne peut s’empêcher de penser à Rembrandt.

Des paysages imaginaires et tourmentés de Victor Hugo (1802-1885), deux portraits de femmes de Baudelaire (1821-1867), un extraordinaire fusain d’Odilon Redon (1840-1916) et tant d’autres merveilles sont donnés à voir sur le parcours…

Comme La femme accoudée au parapet de la Seine de Georges Seurat (1859-1891), qui semble méditer, le visiteur est invité à venir contempler ces œuvres très diverses mais superbes qui permettent de sortir un temps des lourdeurs du présent.

 

Catalogue : La force du dessin, Chefs-d’œuvre de la collection Prat, sous la direction de Pierre Rosenberg. Avec la collaboration de Laurence Linaires, Côme Rombout et Conrad Valmont, éd. Paris Musées, 327 p., 49,90 €.

Petit Palais, Avenue Winston-Churchill, 75008 Paris. Tél : 01 53 43 40 00. Jusqu’au 4 octobre 2020. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h 

Réseaux sociaux