Au quotidien n° 80

Rédigé par la rédaction le dans Politique/Société

Au quotidien n° 80

Si la loi Avia a été retoquée explique Présent (2 juillet), les réseaux sociaux se conduisent en force d’appoint du système :

Il y a moins de deux semaines, la fameuse loi Avia qui, sous couvert de lutte contre la « haine en ligne », instaurait une véritable censure sur Internet était retoquée par le Conseil constitutionnel, pour le motif qu’elle constituait « une atteinte à la liberté d’expression et de communication ». Une petite victoire pour tous ceux qui, comme nous, s’opposent à la tyrannie du politiquement correct et craignaient de se voir subitement bâillonnés. Mais c’était compter sans la toute-puissance de ces dirigeants de réseaux sociaux qui, en bons relais de l’idéologie dominante, se permettent de bloquer et même de fermer les comptes de tous ceux dont les propos sortent des clous. (…) Plus récemment, les petits censeurs de Twitter se sont ainsi permis de bloquer l’accès aux comptes de l’essayiste spécialisé dans la géopolitique Alexandre del Valle et du politologue Guillaume Bigot, pour le motif que ceux-ci n’auraient « pas respecté les règles de la communauté ». En clair : leur discours n’était pas conforme à la pensée unique. (…) Autant dire que, si les tenants de l’idéologie dominante ne sont pas parvenus à bâillonner complètement leurs opposants par le biais de la loi Avia, ils sont en train d’atteindre leur objectif grâce à la complicité des géants d’Internet, qui ont entrepris une véritable purge des réseaux sociaux. Cette purge s’effectue au mépris total des lois, et uniquement selon le bon vouloir de dirigeants non élus par le peuple, soumis à la pression des lobbies et avant tout soucieux de leurs intérêts économiques. (…) Comble du scandale, les partisans de cette censure généralisée ne se cachent même pas de vouloir priver de parole leurs adversaires politiques. En témoignent notamment les déclarations honteuses de l’avocat de SOS Racisme lors du procès d’Eric Zemmour, qui s’est tenu mercredi devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris et à l’issue duquel le parquet a requis 10 000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, à l’encontre du brillant polémiste, pour les propos qu’il a tenus en septembre dernier à Paris lors de la Convention de la droite. Affirmant entre autres que, sans les médias (LCI, CNews, etc.), Eric Zemmour n’existerait pas, Me Klugman n’a en effet pas hésité à appeler ces derniers à le censurer ! En témoigne aussi cette pétition lancée par l’ex-figure des Gilets jaunes, proche de Tapie, Priscillia Ludosky, qui, sous le titre « Eric Zemmour, xénophobe, doit être banni des médias ! », appelle ouvertement à censurer celui que des dizaines de milliers de Français prennent plaisir à écouter chaque soir sur CNews.

Il y a une autre leçon à tirer de la mort de George Flyod aux États-Unis que la musique habituelle que l’on entend. Tout simplement, souligne Jean-Louis Harouel, historien du droit français, professeur émérite de l'université Panthéon-Assas Paris-II, sur le site de Valeurs Actuelles (27 juin), qu’il n’y a pas de société multiculturelle en paix :

Toute l'indignation qui se déchaîne aux États-Unis à propos de George Floyd et en France à propos d'Adama Traoré vient nous rappeler qu'il n'y a malheureusement pas de société “multiculturelle” heureuse. Il n'y en a pas et il ne peut pas y en avoir. La raison en est simple : les frustrations sociales, qui sont inévitables dans n'importe quelle société, deviennent particulièrement insupportables lorsqu'elles s'associent à une différence de couleur de la peau. Dans son livre Bowling Alone, le sociologue américain Robert Putnam a montré qu'au sein d'une société, la diversité ethnique est un facteur important d'affaiblissement de la confiance entre les individus. Pour autant, la différence des « souches raciales » , pour parler comme Claude Lévi-Strauss, ne crée pas en soi de difficultés quand elle ne concerne qu'un assez petit nombre d'individus. L'esprit d'une nation européenne peut parfaitement habiter un corps noir ou brun. Dumas et Pouchkine, avec leur part de sang noir, furent des écrivains merveilleusement nationaux qui firent aimer passionnément l'histoire de leur pays. Seulement, ils n'appartenaient pas à une large communauté identitaire. Même chose pour des hommes politiques tels que Severiano de Hérédia ou Gaston Monnerville. Tous deux sang-mêlé, ils furent l'un ministre, l'autre sous-secrétaire d'État sous la IIIe République, le premier dès 1887, le second en 1937. Après quoi Monnerville, sénateur du Lot depuis 1948, deviendra pour une décennie (1959-1968) président du Sénat, et donc deuxième personnage de l'État. (…) Selon Tocqueville, alors même que la destinée de la population d'origine africaine des États-Unis se trouvait « en quelque sorte enlacée » dans celle de la population d'origine européenne, il n'était pas possible de faire que ces deux populations ne restassent fondamentalement étrangères l'une à l'autre. Or, en dépit de tous les efforts des autorités politiques et judiciaires américaines en faveur des Noirs depuis les années 1950, telle est bien la situation que dénoncent les réquisitoires lancés par l'Amérique noire contre l'Amérique blanche. L'un des plus émouvants, encore que parfois injuste et partial, est le livre de Ta-Nehisi Coates, Between the World and Me , traduit sous le titre Une colère noire . Cela dit, les associations d'étudiants de couleur qui empêchent, à Yale comme dans d'autres universités américaines, l'étude d'œuvres intellectuelles majeures au prétexte de combat contre la civilisation de l'homme blanc détruisent toute possibilité de socle commun entre les communautés. Qu'il s'agisse de la population noire ou de la population blanche, le sentiment dominant de la société américaine semble bien être la peur. Dans les pays européens, où l'on avait, comme l'écrit Tocqueville, « le bonheur de naître au milieu d'hommes que la nature avait faits nos semblables » , c'est folie d'avoir laissé s'introduire une situation à l'américaine. C'est folie plus grande encore de la laisser empirer par un déversement continuel de nouveaux migrants.

 

 

Réseaux sociaux