Adieu Daniel Hamiche : rendez-vous au Ciel…

Rédigé par Philippe Maxence le dans Éditorial

Adieu Daniel Hamiche : rendez-vous au Ciel…

Notre ami Daniel Hamiche a rendu son âme à Dieu ce dimanche 29 novembre, alors que nous entrions dans l’Avent, l’aurore de notre salut et du sien. Il a été emporté en quelques mois par un cancer qui s’est vite répandu, au point d’abattre cet être si jovial et généreux. Quelques jours auparavant, encore conscient, bien que déjà en soins palliatifs à la Maison Jeanne Garnier, il avait reçu les derniers sacrements et l’aide surnaturelle de la sainte Église, le préparant ainsi à voir son Sauveur face à face.

 

Né en 1947 dans une famille modeste et chrétienne, Daniel avait grandi à Paris, faisant au sein de la capitale toutes ses écoles jusqu’à l‘entrée en faculté. Il avait naturellement intégré l’aumônerie et, « naturellement » avait perdu la foi, au point de rejoindre les rangs maoïstes.

Un spécialiste du théâtre révolutionnaire

Militant gauchiste et spécialiste du théâtre, il avait alors publié plusieurs ouvrages dont Le théâtre et la Révolution (10/18, 1973, 320 pages) puis Plan de législation criminelle : texte conforme à l'édition de 1790 / Jean-Paul Marat, introduction et postface de Daniel Hamiche (Aubier-Montaigne, 1974, 201 pages) puis il avait introduit et commenté Les essais choisis de Lou Sin (10/18, 1976, 2 volumes). Cachant une grande sensibilité derrière un extérieur d’amuseur, Daniel Hamiche était donc aussi quelqu’un d’incroyablement cultivé, capable de se lancer dans des « amphis » improvisés dès qu’on le branchait sur des sujets qu’il connaissait bien.

Sa jeunesse gauchiste n’avait pas été seulement de révolte, mais aussi studieuse et, heureusement fort courte. En 1974, il avait déjà amorcé un virage, votant à la Présidentielle pour Giscard d’Estaing et se croyant alors devenu un « libéral avancé ». Très vite, il quittait ces rivages mouvants et retrouver la foi catholique tout en devenant un fervent royaliste légitimiste. Il devait consacrer à cette cause la plus grande partie de sa vie, investissant tout l’argent qu’il avait pour lancer plusieurs publications dont la Feuille d’Information Légitimiste, devenue Le Légitimiste ou encore Royal hebdo, Bourbon Magazine, Études bourboniennes, Le Journal du XVe centenaire ainsi que les éditions « Communications et Tradition » et Sicre. C’est dans ce cadre qu’il a connu Guillaume de Thieulloy qui fut, au sein du monde de la presse, celui avec lequel il fut le plus proche et qui l’accompagna d’ailleurs jusqu’au bout. Fidèle à ses convictions, Daniel fut également au service proche du Prince Alphonse et de son fils, Louis de Bourbon.

Mais Daniel fut aussi une des grandes voix de Radio Courtoisie, d’abord aux côtés de son ami Serge de Beketch puis en animant son propre Libre journal. Cet engagement radiophonique lui valut de perdre, après dénonciation, l’emploi très lucratif qu’il avait au sein d’un grand groupe d’édition, vivant dès lors et jusqu’à la fin de sa vie dans une certaine pauvreté.

 

Légitimiste et courtois

C’est à Radio Courtoisie que j’ai rencontré Daniel alors qu’il m’avait invité après la publication de mon premier livre, Petit voyage politique en Balzacie chez DMM (1999). La chaleur de son accueil, sa facétie, son entrain avait de quoi conquérir un jeune auteur qui n’en menait pas large, d’autant qu’il fallait soutenir également l’échange littéraire avec le cher abbé Chanut, complice en catholicisme, en royalisme et en radio de Daniel. À partir de ce moment, je fis quelques apparitions rue Didot à Paris, dans les bureaux où il abritait son travail militant et professionnel.

Peu après mon arrivée à L’Homme Nouveau, mes visites se firent plus fréquentes encore, facilitées par le fait que Daniel avait le génie des rencontres et réunissait autour de lui, dans des déjeuners mémorables, des amis venus de tous les bords ou presque. Avec générosité, il aimait mettre les personnes en relation les unes avec les autres. Ces dernières années, il s’était ainsi dévoué à réunir des « patrons de presse cathos » lors de déjeuners épisodiques qu’il animait avec sa verve et sa bonne humeur habituelle. Lui-même, d’ailleurs, continuait à se dépenser sans relâche pour les sites et les blogs créés ou repris par son ami Guillaume de Thieulloy, Riposte catholique, L’Observatoire de la christianophobie, etc., après avoir lancé lui-même un blog réputé sur le catholicisme américain : Americatho.

Quand a-t-il rejoint exactement L’Homme Nouveau ? Il venait de publier La “Passion" de Mel Gibson de A à Z (Sicre, 2004, 169 pages), un film qui l’avait enthousiasmé et pour lequel il dépensa une énergie folle, y engouffrant le peu d’argent qui lui restait. Avec Jean-Baptiste Chaumeil, décédé le 12 octobre dernier, ils avaient parcouru le pays pour défendre cette œuvre et son message.

 

La joie de L’Homme Nouveau

Épuisé, sans argent – contrairement à ce que certains croyaient jamais Daniel ne reçut un dollar du cinéaste –, il avait dû fermer sa boutique de la rue Didot et arrêter son travail éditorial. Je ne m’imaginais pas le laisser seul et je lui proposais de nous rejoindre à L’Homme Nouveau, comme invité permanent. Il fit d’abord escale au sous-sol, puis dans mon bureau avant que nous puissions lui en donner un. C’est de ce bureau qu’il écrivait quasiment tous les articles qu’il a publiés pour les journaux, revues, blogs, magazines auxquels il a collaboré. C’est de là qu’il a lancé son blog Americatho.

Jusqu’à il y a un an ou deux, il venait toute la journée, puis seulement l’après-midi. Sa présence transforma l’ambiance de L’Homme Nouveau. Son arrivée quotidienne était un signe de bonne humeur et de gaîté assurées. Après avoir salué la secrétaire générale de la rédaction ou la relectrice d’un « bonjour mon petit cœur », il venait dans mon bureau pour un tour de l’actualité, des échanges sur des projets ou, plus simplement, pour me raconter ses difficultés. Les stagiaires étaient toujours surpris par sa capacité à les saluer comme s’il les connaissait depuis toujours et sa proximité naturelle et jamais affectée. Il m’a aussi très souvent remonté le moral, m’a soutenu, m’a aidé à repartir, m’a empêché de prendre de mauvaises décisions, emporté par l’impatience ou la colère. En l’accueillant dans les locaux de L’Homme Nouveau, nous pensions l’aider ; c’est lui qui nous a sauvés.

Très vite, il s’est impliqué dans nos projets. Avec Denis Sureau, il participa au lancement des éditions de livres, apportant des idées et effectuant des mises en page. Sans en avoir le titre, il était un conseiller permanent de la rédaction et ses avis pesaient lourd. Tout naturellement, je lui avais proposé de rejoindre le Conseil d’administration des Éditions de L’Homme Nouveau où il apporta ses compétences et… son humour. Ouvrier discret, de l’ombre, Daniel Hamiche ne fut pas, comme on l’écrit ici ou là, un collaborateur parmi d'autres de L’Homme Nouveau au même titre que pour d’autres publications. Très impliqué au sein du Conseil d’administration, organe de gouvernement de la société, il en était aussi finalement l’âme joyeuse et rayonnante, une présence indispensable à tous.

Au sein de Radio Courtoisie, où je l’avais rejoint, je devais créer Le Club des Hommes en noir. Un club d’ecclésiastiques, à la parole franche et sans langue de buis, d’une profonde culture. Je voulais y associer un laïc. Ce fut naturellement Daniel. Pour sa culture, sa capacité à parler, à improviser et pour… ses vêtements noirs. Il avait adopté ce style permanent, « l’empruntant » à Thierry Ardisson, avec lequel il avait milité pour la cause de Louis de Bourbon. Il défendait ce style en affirmant qu’il n’avait pas ainsi à réfléchir chaque matin pour assortir des vêtements de couleurs différentes.

Daniel fut donc un des fondateurs du Club avec le regretté abbé Chanut, l’abbé Barthe, l’abbé Célier, et l’abbé de Tanoüarn. Quand nous quittâmes ensemble, avec Guillaume de Thieulloy, Radio Courtoisie, il insista pour que je relance le Club des Hommes en noir. Je le transportais à L’Homme Nouveau, en le proposant désormais en format vidéo. La fatigue et la maladie seules ont fait que Daniel a dû interrompre sa participation. Le Club continue, mais il est désormais terriblement orphelin.

 

À la droite de Jésus…

Mille souvenirs remontent, bien sûr, à mon esprit concernant Daniel Hamiche. Homme bon et généreux, d’abord pour les autres avant lui-même, il connaissait chacun de mes huit enfants et demandait fréquemment de leur nouvelle. Chaque année, peu avant Noël, il me donnait un cadeau pour eux, pour le mettre au pied du sapin. J’avais beau lui dire que désormais, hormis la petite dernière, ils étaient grands (et pour certains mariés et pères de famille), il n’en démordait pas. Que dire de sa joie quand il réussit à retrouver l’une de mes filles lors de la monumentale Marche pour la vie à Washington ? L’un et l’autre avaient espéré cette rencontre. Et le miracle, c’est qu’elle avait pu avoir vraiment lieu.

Tout naturellement, Daniel s’était lié aussi avec notre « fils adoptif », le Father Stephen, prémontré britannique, qu’il avait connu encore en civil. Dès que le Father traversait la Manche pour rejoindre la maison, Daniel rappliquait. Les doigts de fée du Father redonnaient vie au piano familial et nous entonnions des chansons puisées dans le vieux répertoire des chansons de France et des chansons militantes d’Espagne ou d’ailleurs. De la vieille Angleterre aussi ! Daniel avait toujours la larme à l’œil quand nous finissions nos soirées musicales et peu politiquement correctes par La Cavalcade.

Aujourd’hui, ces paroles, que je ne chanterai plus avec lui, me reviennent en mémoire et je pense à Daniel en priant le Dieu des cavalcades de le placer à la droite de Jésus…

Au revoir, Daniel ! Rendez-vous au Ciel.

Réseaux sociaux