Jean Breton n'en pense pas moins | Veni, veni Emmanuel !

Rédigé par Jean Breton le dans Humeur

Jean Breton n'en pense pas moins | Veni, veni Emmanuel !

Veni, veni Emmanuel… Magnifique antienne de l’Avent, qui irait jusqu’à nous réconcilier avec la polyphonisation du grégorien. Mais chanter un tel hymne en ces temps politisés à outrance, c’est montrer sans conteste que les catholiques ne croient pas à l’onomastique prédictive. Il n’y a a priori aucun rapport entre notre président de la République et le Messie. Le premier nous prive de droits fondamentaux, prend ce qui est à César et ce qui est à Dieu ; l’Autre meurt pour nous assurer la vraie liberté. L’Un laisse venir à lui les petits enfants, l’autre les arrache de force à leurs parents pour les endoctriner. Le Chemin, la Vérité et la Vie ; la propagande et les contrôles policiers. Veni, veni, Emmanuel

Et pourtant, comme tous les ans, nous nous mettons en marche. Aux buts près – une broutille donc – nous ressemblons assez aux marcheurs de la République. Nous voulons bousculer le jeu en place, être le sel de ce Monde, avancer ensemble en rassemblant le maximum de brebis égarées, suivant un guide à la fois volontaire et doux, qui a pris notre condition humaine. Nous voulons la Paix pour les hommes de bonne volonté, et un Roi qu’on appelle « Merveilleux, Conseiller, Dieu Fort, Père des siècles et prince de la Paix ». Veni, veni, Emmanuel.

Mais préparer les chemins du Seigneur, est-ce vraiment renoncer à ce pourquoi Il est mort ? Quand Emmanuel nous demande de sacrifier notre liberté – et tue notre libre-arbitre sans nous le demander – un autre Emmanuel nous invite à la conversion volontaire. Se tourner vers le Ciel, c’est renoncer au monde, à ses pompes et à ses œuvres. C’est assumer les conséquences d’un Non Possumus, d’être traités d’égoïstes par les lecteurs du Figaro quand on exige la messe. C’est se mettre librement au service de son prochain plutôt que se voir contraint de donner au monde entier ce qu’on ne peut plus lui offrir, et dont d’ailleurs il ne veut pas. C’est Tarcisius et le Poverello, face à Créon et Soros. Veni, veni, Emmanuel.

Il y a l’Emmanuel qui nous met en marche vers le Ciel, et l’Emmanuel en marche tout court, c’est-à-dire en fuite. Le Dieu qui S’est voulu Homme, pour nous pousser vers Dieu, et l’homme qui se veut dieu pour nous pousser en avant, dans la direction la plus facile, probablement vers le bas. Celui qui nous invite à L’aimer de plein gré, et celui qui s’aime bien assez pour n’avoir besoin que de notre renoncement stérile. Dominique Savio et Dorian Gray. Veni, veni, Emmanuel.

Bonne marche vers Noël, plaçons notre espoir dans le seul Emmanuel qui vaille, Celui qui rend la vue aux aveugles et n’éborgne pas ceux qui ont faim et soif de justice.

Réseaux sociaux